Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

Ils m'ont mis sur le "mur des cons", j'ai honte pour eux...

Audience de l'article : 2267 lectures
Nombre de commentaires : 8 réactions
Vous le savez, il s'agit de ce mur que les magistrats entretiennent à partir des photos de ceux qu'ils considèrent comme "cons", c’est-à-dire ceux qui ne sont pas fatalement en accord avec leurs méthodes, leur pensée, voire leurs jugements.

La chose pour moi se révèle à partir d'une affaire bégnine, une agression dont je suis la victime, en pleine nuit, au projecteur, sur l'autoroute, perpétrée par trois gendarmes en fonction, où je suis menotté pour avoir fait part de mon étonnement. Puis brutalisé, enfin pris d'un malaise et conduit vers une clinique amie des gendarmes. Contrairement à ce qu'espèrent les pandores, je ne suis pas sous l'emprise d'une alcoolémie indécente. Choqué, je fais part de la situation à la hiérarchie des gendarmes.

Il s'en suit un délire total où ces mêmes gendarmes m'accusent d'outrage et de rébellion !!!

La chose est grotesque. Je mets à votre disposition mes conclusions en nullité link, l'ensemble des pièces de procédure est très lourd, mais il est à votre dipsosition sur demande.

Après avoir bien compris la situation, vous pourrez lire le jugement rendu link où je suis condamné à 8.000€ et des poussières !!!!!!!!

8.000€, je suis convaincu que vous voyez ce que cela représente. Vous percevez bien le temps qu'il faut pour mettre 8.000€ de côté. En ce qui me concerne, c'est deux ans de ma retraite. Vous avez bien compris la pantalonnade à laquelle se sont livrés, tout seul, les gendarmes.

Non seulement je suis sur le "mur des cons", mais je suis vraiment traité comme un con, comme un moins que rien, comme une raclure, une racaille, j'ai honte pour mon pays.

Pour moi, ce n'est pas grave, je leur souhaite bien du plaisir à saisir mes comptes, mes pantalons, mes chemises, mes sandwichs etc… mais eux, ce sont des merdes tous complices, forces de l'ordre et magistrats, la preuve en est ici rapportée.

Ce billet est une nouvelle occasion pour eux de me poursuivre pour injure, diffamation, terrorisme, mise en danger de l'Etat, pourquoi pas m'interner, il y a-t-il une limite à la connerie ?

Bien cordialement. H. Dumas







    Poster un commentaire

    8 commentaires

    • Lien vers le commentaire Henri Dumas lundi, 30 septembre 2013 20:06 Posté par Henri Dumas

      Bon, voilà un commentaire anonyme bien fait et correctement écrit. Pour celui qui prend la peine d'écrire des billets, c'est réconfortant.

      Vous vous présentez en homme de qualité, pondéré, objectif, pourquoi pas. Je suis étonné, qu'à travers mes billets, que vous ne lisez pas, vous ayez pu conclure que je serais partisan.

      Je vous assure que ce que je dis n'est que le millième de ce que je vis, qui ne peut ni être décrit, ni être compris. Je vous assure aussi que cela est le sort de milliers de gens, cela dans l'indifférence totale des autres, dont la vôtre. Ce qui évidemment ramène aux mêmes abus, pratiqués dans la même indifférence à d'autres époques, car enfin tout commence par le pillage. Permettez que je le dénonce y compris ses bénéficiaires. Balzac : "après le vol vient le meurtre".

      Enfin, vous avez mal apprécié mon emploi du mot anonymat, je ne souhaite pas la célébrité, je souhaite simplement ne pas disparaître anonymement comme tout les autres persécutés par le fisc, uniquement pour essayer d'enrayer la machine, rien de plus.

      Je pense que vous êtes probablement un homme intéressant, je suis sûr que l'économie vous passionnerait, n'hésitez pas à vous y intéresser, elle est quand même essentielle, l'argent n'est pas issu des presses de l'Etat.

      Bien cordialement. H. Dumas

    • Lien vers le commentaire Henri Dumas lundi, 30 septembre 2013 08:06 Posté par Henri Dumas

      Bonjour,

      Votre commentaire n'est pas antipathique, vous défendez les fonctionnaires, dont vous êtes, par ailleurs vous pensez que mon oppression est en grande partie liée à ma révolte.

      Je n'ai rien contre un à deux millions de fonctionnaires. Ce sont les trois ou quatre autres qui me gênent. Leur présence, à l'utilité largement contestable, déséquilibre l'économie de notre pays et génère pour masquer ce déséquilibre la recherche d'un bouc émissaire. Ce bouc émissaire est dénommé "fraudeur fiscal".

      De ce fait ma révolte n'est pas l'origine de mes problèmes, ne rien dire m'aurait simplement amené à disparaître dans l'anonymat, comme des milliers de français.

      En ce qui vous concerne, je peux vous comprendre, mais je ne peux vous pardonner. Votre position, lucide mais partisane, est du type de celle d'un Hutu qui, partiellement objectif, s'inquiéterait de l'assassinat des Tutsis, mais conclurait que, quand même…ils sont des Tutsis.

      Cordialement. H. Dumas