Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

HERVE BRABANT est une sous-merde

Audience de l'article : 1029 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Evidemment, vous vous en doutez, le titre de ce billet n’est pas une insulte. Je m’en garderais bien.

Il s’agit d’une caricature écrite, car malheureusement je n’ai pas le don du coup de crayon permettant la caricature dessinée.

Cette caricature, qui représenterait un plat de merde posé sur la tête d’Hervé Brabant, visant ainsi son statut de sous-merde, est dans la droite ligne de mon droit au blasphème face aux Dieux vivants que sont les agents des Services Fiscaux et les magistrats qui couvrent leurs agissements.

Hervé Brabant est le sous-directeur des Services Fiscaux de la Charente-Maritime, chargé des recouvrements. Tel XXXL pendu, il exécute, peaufine, améliore sans cesse l’efficacité dans son activité principale : faire entrer dans les caisses de l’Etat des sommes indues, ruiner les sous-hommes, que nous sommes, issus de ses accusations de fraudes fiscales imaginaires.

Il est parti de loin. Obscur petit comptable d’un camping dans les Vosges, il a gravi tous les échelons des Services Fiscaux grâce à son zèle réputé de serveur de merde.

Pourquoi user de mon droit au blasphème par la caricature, que nous accorde dans sa grande bonté le chef de ces sous-merdes, notre Président de La République B. Macron ? (B pour Bon).

Et bien c’est très simple

La photo ci-dessous est le bouquet qui finit une jolie table, à laquelle Hervé Brabant s’apprête à mettre la dernière main chez moi, en servant à toute ma famille son assiette de merde.

img class="aligncenter size-medium wp-image-13820" src="https://www.temoignagefiscal.com/wp-content/uploads/2020/10/Chaudi%C3%A8re-le-26-10-2020-225x300.jpg" alt="" width="225" height="300" srcset="https://www.temoignagefiscal.com/wp-content/uploads/2020/10/Chaudière-le-26-10-2020-225x300.jpg 225w,

Il s’agit de la vanne trois voies et de la pompe d’accélération de mon chauffage central.

L’ensemble vient de rendre l’âme après vingt ans de bons et loyaux services. Je n’ai plus de chauffage, plus d’eau chaude.

J’ai 76 ans, je m’attends aux pires conséquences. Je n’ai plus d’argent, ni pour manger à la fin du mois, ni maintenant pour me chauffer.

Merci aux sous-merdes.

Rappelons brièvement les faits.

Hervé Brabant et ses complices divins me poursuivent pour des dettes dont j’ai la preuve qu’elles sont imaginaires.

Il est possible que je me sois mal défendu, mais un fait est certain, alors que tout le monde sait que ces dettes n’existent pas, Hervé Brabant a reçu l’onction des magistrats spécialisés dans cette œuvre destructrice, de sa hiérarchie, de l’opinion publique, et il paralyse, lui et les siens, ma trésorerie depuis 15 ans.

Je suis au bout de mes capacités de résistance, des capacités d’aide de la famille ou des amis qui m’entourent, je vais donc crever.

Dieu soit loué, il me reste le droit au blasphème. Piètre consolation, mais quand même…autant en profiter.

Pouvez-vous imaginer cela ?

Hervé m’empêche de vendre trois maisons, sans aucune raison.

Il a largement de quoi couvrir sa fausse dette par la vente forcée qu’il a engagée sur sept autres maisons, toujours pour sa dette imaginaire.

Il piétine et ravage le capital que j’ai mis de côté en cinquante ans de travail, pendant que ses amis fonctionnaires, prétendants à la fonction divine de représentant de l’Etat, m’ont pompé pendant quarante ans des cotisations, pour me verser aujourd’hui une retraite de 420€ par mois !!!

Mon écœurement est massif, il me donne envie de vomir, voir plus si affinité.

Comment j’arrive à limiter ma haine à cette simple caricature ? L’éducation sans doute…

Il est cinq heures, je retourne me mettre sous les couvertures, j’ai froid, on verra demain…

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire