Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

promospeciale

Et si l'Allemagne...

Audience de l'article : 1178 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
En 1946, l’Allemagne s’est retrouvée dévastée. Conséquence des folies du socialisme, puis du national-socialisme, auxquels elle s’était abandonnée. Mirage de l’accès aux richesses pour tous, haine de la réussite des autres savamment déguisée en racisme, avaient vaincu ce peuple courageux.

Le pays est alors coupé en deux. L’Ouest engage sa reconstruction en économie libérale, l’Est en économie socialiste. D’un côté le consommateur commande,  de l’autre c’est le producteur. Le producteur de l’Ouest s’efforce de séduire le consommateur, celui de l’Est utilise la force dont il dispose, puisqu’il est aussi l’Etat, pour contraindre le consommateur à acheter sa production.

Un demi-siècle plus tard, l’Allemagne aspire à une réunification légitime. Celle-ci ne pourra pas se faire par la diplomatie, les vainqueurs d’hier s’y opposent. Elle se réalisera, de façon totalement imprévisible, à la suite de la faillite soudaine de l’économie socialiste de l’Allemagne de l’Est. La réunification s’est donc réalisée sans que les allemands de l’Est, faillis, aient droit à la parole. La réunification fut libérale, avec le succès que l’on peut constater aujourd’hui.

Politique fiction

Rien ne nous empêche, intellectuellement, d’imaginer une réunification diplomatique entre les deux parties de ce pays où chacun aurait pu dicter ses conditions. Le moteur de cette réunification négociée aurait été le patriotisme, cette force qui lie, comme le disait Georges Brassens, “les imbéciles heureux qui sont nés quelque part”.

A la table des négociations nul doute que les Allemands de l’Est auraient mis la sauvegarde de leur industrie comme préalable à la réunification. Comment, lors d’une négociation, sacrifier par exemple un million de salariés de l’automobile et de la machine outil, quand bien même leurs entreprises fabriqueraient des produits dont personne ne veut ?

Désireux par patriotisme de réunifier le pays, il est probable que les allemands de l’Ouest auraient accepté de payer un impôt pour subventionner l’industrie de l’Est. Ainsi, aujourd’hui, à chaque achat d’une Mercédès ou d’une Volkswagen, l’acquéreur financerait une Trabant. De leur côté, les allemands de l’Est seraient toujours contraints d’acheter des Trabant. Il est aisé d’imaginer le bordel que cela serait.C’est ça l’impôt illégitime, un vol organisé par l’Etat, entrepreneur failli, sous la contrainte, à l’aide de la force dont il est le seul à disposer, pour remplir les caisses qu’il a vidé par incompétence et inadaptation entrepreneuriale. La résistance à ce type d’impôt est une cause noble, vitale pour l’avenir d’un pays.

Plus près de nous

La chute du mur de Berlin, en 1989, peut se regarder comme la rupture d’un barrage qui a mêlé les eaux de deux fleuves différents, le fleuve libéral et le fleuve socialiste.

Jusque là, chez nous, en France, ces deux types d’organisation cohabitaient à distance. La chute du mur a rompu la distance, la cohabitation est devenue amalgame. Là est tout le problème que nous vivons actuellement.

L’Etat français est, pour sa plus grande partie, un entrepreneur socialiste. Il répugne à se séparer de ses activités d’entrepreneur, tant ses salariés, par ailleurs électeurs de poids,  trouvent avantage et confort à leur situation de monopole socialiste.

L’Etat Français, entrepreneur socialiste, est en faillite, comme tout entrepreneur socialiste qui néglige ses consommateurs préférant les contraindre par la force qu’il représente. La possibilité lui est offerte, par l’amalgame issu de la chute du mur de Berlin, de lever l’impôt sur la fraction libérale de la société pour financer ses pertes, pourquoi ne le ferait-il pas ? Il le fait donc.

A charge par ses communicants de dissimuler les vraies raisons de ces levées d’impôts massives, de les attribuer à la bonne marche d’un Etat protecteur pour tous, notamment pour les plus faibles. Ces communicants sont les élus, qui défendent d’autant plus la thèse officielle qu’ils sont grassement rémunérés pour le faire.

La solution

Pas de problème, il n’y en a pas. La seule compréhension de la situation demande un effort de réflexion accompagné de connaissances qui ne sont pas à la portée de chacun. Le tout pour conclure, inévitablement, à la nécessaire ruine de ceux qui sont enrichis indument par le système, les jetant ainsi dans la misère qu’ils ont cru pouvoir quitter sans effort et sans risque. Peu de chance de succès avec un tel programme. Seule la ruine effective pourra les contraindre, mais avant ils seront prêts à tuer pour continuer à rêver.

Les escroqueries

Il y a deux grandes escroqueries qui déciment régulièrement l’humanité, qui arrivent même quelquefois à s’associer dans ce but, elles sont bâties sur l’idée de Dieu et sur l’idée d’égalité.

Ces deux idées sont en nous, ancrées au plus profond de nous, nécessaires à l’homme autant que l’air et l’eau, si nécessaires que les aigrefins qui les utilisent jouent sur le velours.

En ce qui concerne Dieu, nous aurons tous la solution après notre mort, je nous souhaite qu’il existe, mais bon…. En ce qui concerne l’égalité, son irréalité ne nous est accessible qu’après la paix, quand la guerre s’empare de la société. Je pense que ceux qui sont revenus récemment à Homs doivent largement douter à son sujet.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire