Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Communication et fonctionnaires

Audience de l'article : 441 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Il y a deux façons de communiquer avec les autres.

          – La première est de s’adresser à leur intelligence en espérant apporter un plus, bénéfique aux deux parties. Difficile mais motivant.

          – La deuxième est de s’adresser à leur bêtise en espérant tirer un bénéfice personnel de l’échange. Facile mais indélicat.

De l’option choisie, en général pour toute une vie, dépendra notre personnalité, notre intégration au groupe, et finalement l’esprit du groupe lui-même.

La deuxième solution parait majoritaire dans notre pays, avec les conséquences liées.

Peut-on inverser la situation ?

Il me semble que cela est non seulement possible, mais extrêmement simple. Il suffit d’inverser le sens du fonctionnement de l’intérêt de ceux qui ont le pouvoir.

Didier Picot a décortiqué avec lucidité et efficacité la prise du pouvoir par les fonctionnaires, leur domination sur les élus réduits à être des figurants. Cette situation est imputable à l’indélicatesse des fonctionnaires, c’est certain, mais aussi à la complexité de notre société qui requiert des spécialistes, statut qu’ils revendiquent.

Il y a donc très peu de chance que l’on puisse diminuer le pouvoir des fonctionnaires et le remplacer par autre chose. Par qui ou par quoi ?

L’idée de la suppression des fonctionnaires est donc une impasse.

Reste la possibilité qu’ils utilisent leur pouvoir à bon escient.

C’est là qu’intervient l’œuf de Christophe Colomb, ou encore le fil à couper le beurre, c’est-à-dire la solution simple pour un problème compliqué.

Solution :

Il suffit que le salaire des fonctionnaires et des élus soit indexé au résultat comptable annuel du pays.

La France dégage un bénéfice, le pourcentage du bénéfice est appliqué au salaire des fonctionnaires et des élus. La France dégage une perte, c’est le pourcentage de la perte qui leur est appliqué.

Normal puisqu’ils possèdent le pouvoir, donc la capacité d’orientation qui générera pertes ou bénéfices. Non seulement c’est la réalité, mais c’est aussi leur prétention.

Cette solution porte-t-elle en elle des inconvénients, des effets pervers ? Objectivement, je n’en vois aucun.

Tous ceux auxquels je pense se heurtent à la logique économique et se neutraliseraient d’eux-mêmes.

Il ne reste plus qu’à convaincre le pays, les électeurs, ce ne devrait pas être trop difficile.

En avant donc…

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire