Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

Comment osent-ils !!

Audience de l'article : 1206 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Le coronavirus va peut-être tuer 20.000 personnes en France, il en a déjà tué plus de 12.000.

Nous ne pouvons pas encore comparer les ratios entre les pays touchés par la pandémie, ceux-ci apporteront une idée assez claire du niveau de qualité de l’organisation sociale de chacun.

Le risque étant le même pour tous, le résultat sera donc significatif.

En admettant que nous finissions par avoir les vrais chiffres de la pandémie, il nous restera à connaître le coût social qui lui succédera, probablement beaucoup plus conséquent, y compris en morts réelles.

Quoiqu’il en soit nous savons déjà que notre pays n’avait aucunement anticipé ce risque parfaitement connu, qu’il l’a géré de la façon la plus improvisée qui soit.

Les responsables ont des postes et des noms connus.

Ce sont :

  • D’abord l’URSSAF, société de droit privée chargée de la mission de service public du financement de l’assurance maladie. Donc de l’encaissement des primes et de la gestion de leur utilisation incluant les investissements prévisionnels nécessaires pour garantir la santé des français.
  • Ensuite l’Etat lui-même, donc les hommes de l’Etat qui ont obtenu de l’Europe le droit exceptionnel d’un monopole pour gérer en exclusivité la santé des français au motif de la solidarité, sans réserve de coût. Une situation ayant fait déjà de nombreuses victimes économiques, bien avant le coronavirus, pudiquement ignorées par l’Europe sous la contrainte et le chantage de nos hommes de l’Etat.
Les fautifs, ce sont donc les responsables de l’URSSAF, ceux des structures administratives de la santé qui sont leurs prolongements, et tous les élus depuis les maires siégeant aux conseils d’administration des hôpitaux jusqu’aux ministres évidemment. En incluant tous les zélotes qui vantent la suprématie mondiale de notre système de santé.

Cela fait beaucoup de monde.

Ce sont eux qui portent la responsabilité du carnage actuel et qui porteront celle de celui à venir, qui lui sera supérieur.

En est-il un d’eux qui a présenté au pays ses excuses ? Qui s’est désolé d’avoir tant coûté pour un tel échec ? Qui a regretté toutes les morts économiques passées, tous les harcèlements, toutes les mises en faillites dues à la prétentieuse violence de l’URSSAF ?

Bien pire. Ils occupent le devant de la scène et pérorent à qui mieux mieux à longueur de journée, sans aucun résultat sauf celui de nous enfermer chez nous et de nous y abandonner… solidairement.

Leur échec patent nous entraîne vers un avenir économique mortel, dans un environnement dont la faiblesse est aussi de leur responsabilité.

Et tout ce beau monde plaide la faute à pas de chance.

S’ils avaient ne serait-ce que quelques vapeurs d’honneur ils donneraient tous, publiquement, leur démission et se mettraient à la disposition de la justice, d’un tribunal d’exception qui aurait à juger de leur crime contre le pays.

Nous aurions alors le droit d’organiser démocratiquement notre avenir et de choisir notre voie et nos hommes de confiance pour la suite.

Rien de tout cela.

Cette bande d’incapables ne se pose aucune question, sauf celle de se demander jusqu’à quand nous resterons vivants au service de leurs délires et à leur profit.

Pas longtemps sans doute. Le carnage, c’est pour demain.

Je pense à tous ces hommes et ces femmes courageux qui ont pris et s’apprêtent à prendre des risques, à être responsables, que le boulet qu’ils traînent — fait de l’engeance au pouvoir et de ses affidés — va précipiter dans les grands fonds de la misère.

PS : Dans cette vidéo le jeune Macron va à Marseille voir l’oracle. Celui-ci lui fait visiter sa caverne. Macron croise le personnel engagé, il oublie son objectif et se pavane devant ceux qui sont au front. Raoult veut poursuivre la visite, toujours brève pour un Président de La République, mais il est obligé d’attendre que Macron ait fini son opération charme…. Mauvaise communication.



Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire philbp vendredi, 10 avril 2020 14:42 Posté par philbp

    Pour ce qui concerne les personnes agées dépendantes ou souffrantes (notamment celles confinées en EHPAD) je crois qu'en l'absence de traitement ou de vaccin, la voie du salut passe par un confinement "hermétique" autant que faire se peut.

    L'Hydroxychloroquine n'est pas efficace en phase de réanimation.

  • Lien vers le commentaire philbp vendredi, 10 avril 2020 14:17 Posté par philbp

    Sur la catastrophe économique qui va se déployer notamment en France, je crois que nous sommes d'accord. 
    Sur la responsabilité des politiques de tous bords qui font de la surenchère sanito-sécuritaire, quoi qu'il en coute à l'économie du pays, je crois que nous sommes d'accord également.
    Il faut de plus souligner le corset médiatique, c'est à dire une JUNTE qui au nom de la loi du BUZZ et de la Bien Pensance (aucune mort n'est tolérable qu'elle qu'en soit le cout BLA BLA BLA) se sent autorisée à faire feu de tout bois (dénicher le faux pas...), 

    Mais il y a d'autres coupables. Je veux parler de cette grosse partie des Français qui s'enfoncent (parfois à leur insu) dans la morbidité. Les dérives sanitaires sont connues:
    - gavage d'antibiotiques pour soigner tout et n'importe quoi et donc disparition du systeme immunitaire
    - gavage d'anxiolithiques, gavage de sucres de toute nature (diabète) 
    - alcoolisme, tabagisme