Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

"Cocu-menteur", le jeu qui tue

Audience de l'article : 1585 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Ainsi donc, Hollande met fin, officiellement, à sa liaison depuis huit ans avec dame Trierweiler. La conclusion qui s’impose est que cette liaison existait, puisqu’il y met fin.

Elle existait donc lorsqu’il a été candidat à l’élection présidentielle.

La preuve est ainsi rapportée qu’il a menti lors des déclarations préalables à sa candidature. Ce mensonge invalide évidemment cette élection. Nous n’avons donc plus de Président de La République.

N’importe quel observateur normal arrive à cette implacable conclusion. Qu’en pensent nos grands magistrats, nos pharisiens ? Nous verrons

Ceci dit:

Cocu, déjà, tout seul à la maison, c’est dur à digérer. Mais, exposé devant le monde entier, alors là, franchement, ce doit être très, très, dur.

Madame Trierweiler n’est pas d’un abord franchement sympathique, son allure générale n’inspire pas la compassion. Mais, maîtrise-t-on son apparence ? Est-on fatalement à l’intérieur comme à l’extérieur ? Rien n’est moins sûr. Si ça se trouve, elle est charmante, fiable, enjouée, douce, câline, confiante. Si c’est le cas, elle doit tomber de haut.

De toute façon dans cette affaire, il n’y a que trois solutions :

-1- C’est un salaud, il a tous les torts

-2- C’est une salope, elle a tous les torts

-3- Ce sont deux salauds, ils ont des torts partagés

Car, vu la situation, ils ne peuvent pas être deux êtres charmants, d’une grande correction, transparents, simples, et avoir tous les deux raisons.

La solution N°2 serait pour nous sans importance. Encore que, elle démontrerait que notre Président fait des choix hasardeux en ce qui concerne ses proches.

Cela serait inquiétant du fait que son activité principale se résume à choisir ses proches collaborateurs. Une carence à ce niveau peut entrainer de lourdes conséquences.

Les solutions 1 et 3 terrorisent.

En effet, elles supposent que le Président de la République est un salaud en amour. J’entends dire que la vie privée et la vie publique n’ont pas de rapport, je veux bien. Mais, ce que nous sommes nous le restons, que ce soit en public ou en privé. Salaud un jour, salaud toujours. C’est quand même inquiétant.

Un homme qui peut faire croire à une femme qu’il l’aime, au point qu’elle expose cet amour sans méfiance, alors que, dans son dos, il l’a trompe, ne risque-t-il pas d’avoir la même attitude avec ses autres amours ?

Si cet homme vous dit qu’il aime la France, ne risque-t-elle pas d’être cocue ?

Si vous l’avez cru au point de lui accorder votre confiance, n’êtes-vous pas en position d’avoir à vous inquiéter sérieusement, à vous demander si vous n’avez pas mal placé vos sentiments et votre confiance politique ?

Pour moi la réponse est claire : impossible de faire confiance à un tel homme.

L’avenir devient flou

C’est la première conséquence du doute, lorsqu’il s’instille dans la confiance que doit inspirer le chef d’un pays ou d’une entreprise.

Je ne veux pas parler des gorges chaudes, du voyeurisme populeux, non, je parle très sérieusement de la nécessité de l’intégrité morale et psychologique du chef.

Ne soyons pas dupes, ses décisions, qui nous impacteront, sont étroitement liées à son caractère, à sa personnalité. C’est pourquoi, arrivés à ce stade de pouvoir, les hommes s’efforcent de dissimuler leur personnalité, ils savent que, perçue, elle permet de juger leurs actes. Or, ils veulent faire croire que ces actes seraient désincarnés d’eux-mêmes, uniquement liés à la situation, à la conjoncture. Rien n’est moins faux.

La méfiance s’installe

Savoir que le Président de La République ment à sa compagne, en public, ne peut qu’inquiéter. La confiance en lui est entamée, pour elle évidemment, mais aussi pour nous tous. Qu’il n’éprouve pas le besoin de s’expliquer est invraisemblable.

Je ne me pose pas là en moraliste, en défenseur de l’idée de couple, ce point là ne m’intéresse nullement. Chacun vit sa vie personnelle comme il l’entend. Mais, je n’ai pas de respect, globalement, pour ceux qui dissimulent, qui mentent. Menteur un jour, menteur toujours.

Je n’ai aucune raison de garder mon respect à un Président qui trompe sa compagne, je me méfie de lui. Pourquoi ne me tromperait-il pas ?

En réalité

D’accord, je l’avoue, je n’ai jamais eu confiance en cet homme. Je ne suis donc pas de ceux qui sont déçus par cette histoire significative. Disons que, par contre, je suis conforté dans mes doutes, ils deviennent, sous nos yeux, légitimes.

Cette histoire est bien une affaire d’Etat, ou plutôt de chef d’Etat. Nous sommes en droit d’en connaître la réalité, à travers elle nous connaîtrons notre (ancien) Président, ce qui devient objectivement impératif.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire