Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

Conquérir la bourse

Campagne radiophonique anti-fraude de L'état français

Audience de l'article : 2627 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

En avant première, voici le prochain spot qui sera diffusé dans le cadre de l'actuelle campagne radiophonique de sensibilisation de l'opinion contre les fraudes, intitulée "Frauder, c'est voler", sponsorisée par le ministère des finances, l'Urssaf, la caisse des allocs, et l'association "Amnistie Interne Nationale".

(voix d'homme, ton chafouin) Avouez le... Parfois, une petite voix vous susurre à l'oreille: "Allez, quoi, la prochaine campagne électorale va coûter cher, et l'entretien de mes maîtresses aussi... Pourquoi ne pas détourner l'argent de ma mairie, ou accorder des appels d'offres à mes amis contre un petit bakchich ?"

Variante: Pourquoi ne pas accepter une bonne grosse valise de billets d'un dictateur africain, hein ?"

(Voix de femme, moralisatrice) "Ah non, alors. Cela s'appelle de la Fraude et de la corruption. Des chefs d'entreprises sont rackettés et doivent licencier du personnel, ce qui accroit le chômage. Les achats publics voient leur coût augmenter, et donc les impôts font de même. Et le système récompense les plus malhonnêtes."

Variante: "Les familles pauvres d'Afrique, qui auraient besoin de cet argent, verront leur niveau de vie encore plus massacré, et votre entente avec le dictateur favorisera le maintien des oppresseurs au pouvoir."

"... Et en plus, vous risquez d'être poursuivi, condamné et votre carrière politique sera brisée !"

(Voix d'homme du début) "Mais keskeldit, celle là ? Mais non, je ne risque pas d'être condamné, le pouvoir, c'est moi, pauvre truffe ! Ce sont mes amis qui contrôlent la justice. En plus, si cela chauffe trop, je serai amnistié. Au pire, après 5 ans d'inéligibilité, les électeurs sont tellement cons qu'ils sont capables de me réélire ! alors pourquoi se gêner, hein ? Par ici les talbins !"

(Slogan final) "La Fraude, on a tous à y perdre... Euh, non, pas tous !"

---------
Lire également:
 
 
 
Et, pour rire jaune (liste non exhaustive) :
 
 
Quand Chirac, Villepin et Le Pen touchaient de la bonne oseille africaine par pleines valises
--------
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire letoxis dimanche, 18 septembre 2011 23:20 Posté par letoxis

    Bonjour,

    je l'ai entendu sur BFM (pur hasard !)
    Le ton moralisateur m'a immédiatement fait penser aux actualités (propagandes) de la seconde guerre mondiale!
    Comme quoi, regarder Arte a parfois du bon...

    L