Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

Bercy : l'Empire du mal absolu

Audience de l'article : 795 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Depuis vingt ans que j’observe et me bats contre la terreur fiscale, ses harcèlements, ses tortures, ses pillages, je commence à avoir une idée précise de la situation, des raisons qui la sous-tendent, des intérêts en jeu et des personnages peu ragoutants qui animent tout le cirque, de leur moteur et de leur psychologie.

En revanche, je vois mal comment sortir de ce drame, dont la population n’a pas conscience tant il lui est dit que ces meurtres économiques sont faits en son nom et pour son bien et touchent des personnes qui ont été au préalable déshumanisées, qualifiées de délinquantes.

Le cercle vicieux

Il faut prendre en compte la notion de pouvoir.

Le même que celui qui dans les familles pousse les machos de service à humilier femmes et enfants, qui dans les bals ou fêtes votives pousse les petits coqs au coup de poing, sur la route amène celui qui est à l’aise à humilier celui qui ne l’est pas, en fait ce fond primaire, mélange d’orgueil et de prétention, largement répandu chez l’être humain.

Figurez-vous que cette tare n’épargne pas le microcosme des dirigeants nationaux qui alternativement s’écharpent ou s’accoquinent pour la possession du pouvoir absolu, somme des deux composantes de pouvoir que sont la fortune ou les fusils, l’économie ou la loi, les usines et le commerce ou les armées et la police, la ruse ou la force.

L’idéal pour nous serait que ces deux types de pouvoir se neutralisent en s’équilibrant, inversement pour eux l’idéal est de posséder les deux ou d’installer une connivence entre eux.

L’absolu pour tout le monde serait que personne ne cherche à posséder le pouvoir qui n’a, contrairement à ce qui est prétendu, aucune utilité. Acceptons l’idée que ce rêve, pourtant simple, soit totalement irréaliste, donc inaccessible.

La quête du pouvoir est le cercle vicieux.

Le mouton et les loups

Il est une chose que possède chacun de nous.

Certains l’appellent l’esprit, d’autres l’âme, l’intelligence, la pensée, la vie, ce sont ces constructions intellectuelles que librement notre cerveau fabrique à longueur de journée, qui vont du meilleur au pire et restent, à 99% voire plus, dans l’espace inaccessible de notre cortex.

Tant que ces constructions sont là, dans ce vide personnel qui n’appartient qu’à nous, elles n’impliquent rien, elles sont acceptables, même les pires. C’est ce que l’on appelle la liberté de penser, soi-disant sacrée.

Mais si l’une de ces constructions s’échappe, atteint l’inerte et lui donne vie, direction, usage, part d’action, alors cette construction, cette pensée, n’est plus libre, elle devient responsable.

Responsable devant chacun de nous et devant les autres. Responsable de la trajectoire à venir qu’elle initie.

Cette responsabilité, corollaire de la liberté de pensée évadée, bien peu se sentent capable de l’assumer.

A cet instant ils sont un mouton offert aux loups.

Responsabilité contre liberté

C’est ici que se noue l’intrigue mortelle.

La plupart du temps la terreur s’empare de celui dont la pensée s’évade vers le concret, il refuse la responsabilité induite. C’est alors que des aigrefins lui proposent de prendre en charge cette responsabilité.

Le principe est, soit de lui faire croire que son idée est un souhait collectif général que de ce fait il peut l’émettre sans en être responsable, soit au contraire que son idée est particulièrement originale et que le seul fait d’avoir le droit de la conceptualiser librement dans sa tête lui ouvre la possibilité de la répandre sans en être responsable.

Enfin, certains aigrefins, les pires, prétendent intervenir dans l’âme de chacun pour y déposer et surveiller une pensée qui serait si parfaite qu’elle pourrait être libérer matériellement sans engager la responsabilité de l’émetteur.

Quelque soit la stratégie imaginée et proposée, l’instigateur va demander à son protégé, en échange de l’effacement de sa responsabilité pour ses pensées libérées, une diminution, voire une suppression, de la liberté pour ses pensées et ses actes à venir, une soumission au protecteur.

Une masse d’irresponsables ayant abandonné au passage leur liberté de penser et d’agir est ainsi créée.

De fait, les aigrefins du pouvoir auront ainsi mis en place l’esclavagisme. Il n’est pas d’exception à cette configuration.

La liberté n’existe que dans l’imaginaire, dans le réel elle n’est que la fille putative de la responsabilité, bien peu ont le droit d’y prétendre.

Deux armées d’irresponsables, décérébrés, vont s’affronter, ceux qui sont soumis aux hommes du pouvoir économique, et ceux qui sont soumis aux hommes du pouvoir politique.

Et Bercy dans tout ça ?

Une fois la population asservie, la lutte peut commencer pour la conquête du pouvoir.

L’armée des décérébrés au service des hommes du pouvoir économique est relativement informelle, ceux-ci pratiquant naturellement la séduction consentie — avec cependant quelques réserves — ils recrutent par l’intérêt donc en prenant en compte les limites naturelles de ce type de recrutement.

Alors que, à l’armée des décérébrés au service des hommes du pouvoir politique il est demandé abnégation, fidélité absolue, servitude illimitée. Le recrutement est ici moins naturel, plus dur. Le recruteur doit payer cash.

Les deux armées sont face à face, la petite poignée d’hommes de pouvoir se doit de les entretenir.

C’est ici que Bercy est chargé de l’intendance, comprenant le recrutement et l’entretien, de l’armée d’esclaves des hommes du pouvoir politique.

Bercy poursuit donc deux buts, grossir les rangs de l’armée d’esclaves dont il a la charge et affaiblir les rangs des esclaves de l’autre armée, voire leurs chefs.

C’est donc bien une guerre dont est chargé Bercy. Une guerre civile de pouvoir.

Les chefs de Bercy ne sont pas les idéalistes qu’ils prétendent être, ils se foutent complètement du pays, des hommes qui le composent. Ils sont des guerriers au service du pouvoir politique. La terreur et la torture ne sont pour eux que les outils naturels à tout guerrier.

Ces chefs de Bercy disposent d’une armée de kapos zélés, dont seule une minorité est consciente de ses actes, la plus grande partie se contente de croire qu’elle ne fait qu’obéir, le plaisir qu’elle prend à détruire l’armée ennemie n’est pour elle que du bonus, inavouable.

Le problème pour Bercy est que ses victoires sont autant d’échecs à venir. Les hommes du pouvoir économique tiennent l’économie. Bercy n’a ni les hommes ni les compétences en ce domaine.

Donc Bercy fait semblant. Les vrais tenants du pouvoir économique sont peu inquiétés, ils sont si loin de la population que leur maintien ne prête pas à conséquence. Pour Bercy, il suffit qu’ils sachent que leur situation n’est pas pérenne, dépend du bon vouloir de Bercy. Ils l’ont d’ailleurs si bien compris que la plupart se sont mis à l’abri.

Ne restent donc que ceux qui sont exposés aux niveaux inférieurs. Ceux-là sont immolés pour l’exemple dans le cadre de la guerre civile des pouvoirs.

Tout cela serait très amusant s’il n’y avait pas régulièrement mort d’homme, s’il ne s’agissait que d’un jeu sur le net.

L’audace de Bercy dans le mensonge, la manipulation et le crime n’a pas de limite, comme dans toutes les guerres, qui ne sont toujours que des affrontements de pouvoirs, totalement incompris par ceux qui sont amenés à faire les guerres et à en supporter les conséquences.

Que dire de plus ?

La Reconquista

Elle passe par recouvrer la liberté, donc la responsabilité.

Objectivement cela ne me parait pas possible en l’état actuel de délabrement moral de ce pays. La somme des irresponsables augmente exponentiellement, ceux qui font mine d’être responsables sont poursuivis et massacrés par Bercy. La lutte est inégale.

C’est de la masse des irresponsables que meurent les sociétés, ainsi est morte l’URSS, mourra la Chine et bien d’autres.

Bercy tuera-t-il la notre ? C’est objectivement probable….

Donc la Reconquista, je n’y crois pas.

Bien à vous. H. Dumas
Poster un commentaire