Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne ! 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.


MON COMPTE FACEBOOK est ici

MON COMPTE TWITTER est ici



Le livre JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE (10.000 ventes à 40€) est téléchargeable 

==> ici

Charles-Dereeper

charlesjungle

Mes 2 comptes INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit
User 2  = charlesbkkcr

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

promospeciale

Salariés du privé - n'ayez pas honte d'en avoir marre ! Le système vous piège. Non, vous ne rêvez pas !

Audience de l'article : 7995 lectures
Nombre de commentaires : 12 réactions
J'ai reçu un énième email de témoignage d'un salarié privé qui est révélateur de la réalité de la vie en France. Je le publie ci dessous après ma réaction.


Dans son email, il y a un constat principal, le sentiment de se faire voler sa vie. Des millions de francais le sentent. Ils appartiennent tous à la catégorie des salariés du privé, dans le top 10% qui payent les 75% de l'impôt sur le revenu.


La progression sociale en France est totalement assomée et à la fin décourageante.

On me demande très souvent quoi faire !


Les solutions pour sortir de ce modèle de vie sont à peu près les memes pour tout le monde, devenir indépendant pour pouvoir truquer la compta, apprendre à zigzaguer pour éviter le matraquage fiscal ou réduire à la baisse les ambitions financières, établir un diagnostique chiffré de combien on gagne en pouvoir d'achat par heures travaillées (donc en prenant l'intégralité des heures, y compris celles de déplacement pour aller à son job et en calculant le net net fiscal dans la poche en face), diagnostiquer combien on paye à l'état francais pour avoir le droit de vivre sur son territoire et chercher des solutions plus attractives ou réduire encore une fois à la baisse ses ambitions, chercher les meilleurs plans économiques, ceux où la valeur ajoutée est très forte à quantité de travail égal.


Je me suis laissé expliquer le rêve socialiste hier. Car j'ai vu dans l'avion un film qui m'a beaucoup plu, un films francais  LES LENDEMAINS QUI CHANTENT où on met bien en évidence que les idéaux socialismes de 1981 ont donné naissance à une génération d'hommes aussi pervertis par l'argent et le pouvoir que ne peut l'être la très très vilaine droite.


Le socialisme est un rêve qui vend l'idée que nous ne sommes pas des bêtes, que nous naissons tous égaux avec des droits à vivre avec un niveau de vie décent au lieu de voir une minorité se goinfrer dans le luxe pendant que la majorité crève la dalle.

 
Pour réaliser le rêve socialiste, il faudrait que tout le monde touche 1000 euros par mois et que seulement ensuite, ceux qui veulent bosser, puissent toucher des revenus complémentaires et financent par l'impôts les 1000 euros d'allocations universelles à chaque français. Cette organisation permettrait de valoriser une sortie par le haut, avec la juxtaposition d'une société qui avance et d'une qui ne veut pas avancer, mais qui se fait aider par ceux qui avancent. Je suis totalement convaincu que ne pas bosser peut être valorisable à partir du moment où on consacre son temps à des activités non professionnelles, non monétisées. Si nous assumions que certains veulent bosser et d'autres veulent glander, en posant ce constat comme base même de notre organisation sociale, les choses iraient beaucoup mieux. En ce moment, l'hypocrisie est maximale, on explique à ceux qui veulent glander qu'ils bossent et rapportent à la France alors qu'ils ne sont que des parasites (qui exécutent des tâches pathétiques dans l'administration française) et à ceux qui bossent, on les regarde de travers en suspectant de déviance leurs ambitions professionnelles.

 
Aujourd'hui le modèle socialiste francais consiste donc à assomer une minorité qui créée la richesse à partager et à embaucher à rien foutre un énorme paquet de gens.

C'est un énorme gâchis. Ce système obtient que les gens qui veulent bosser sont découragés jusqu'à vouloir arrêter ou quitter le pays et ceux qui ne veulent pas bosser, voient petit à petit réduire leur rente jusqu'à ce que la vie devienne peu agréable pour eux aussi. En outre, ce système génère d'énormes tensions sociales.

A la fin, comme on peut le voir en Grèce, tout le monde finit par devenir pauvre. On est tous égaux... au fond du trou. Tout est nivellé par le bas. C'est l'absurdité du socialisme moderne, le venin qui détruit les pays.



En outre, je fais le reproche que le système socialisme reposant sur un mensonge, on est obligé d'abrutir en permanence la majorité pour stabiliser l'équilibre sociale et éviter la révolution. Donc on obtient une majorité d'idiots finis qui ne comprennent rien, totalement faignants pour ne pas progresser et éveiller une quelconque amélioration et progression, souvent de plus en plus méchants avec des comportements très basiques. Et de l'autre, on a une élite triste, lâchée, pourchassée, vivant dans la peur, consciente de tout ce cirque. Les socialistes détruisent la créativité, l'esprit d'équipe, la lumière de l'être humain. Je les vomis.


Je le répète ici à nouveau parce que souvent, les gens pensent que je juge Nicolas Sarkozy à droite. La vérité dans mon esprit, c'est qu'il existe en France l'extrême gauche, le socialisme qui englobe la gauche et la droite et l'extrême droite. Nous n'avons absolument aucune alternative entre le socialisme et les extrêmismes. Il n'existe aucune proposition, aucun parti libéral offrant une autre forme d'organisation sociale. Sarkozy, Chirac et Mitterand ont pratiqué la même politique de merde qui mène à la situation actuelle.


J'ai une autre vision du monde, de l'humain et des groupes d'humains. Je suis totalement persuadé que nous pouvons faire beaucoup mieux, avec beaucoup moins de pipo, tout particulièrement en France où nous sommes en train d'étouffer un peuple particulièrement capable du meilleur. Si ceux qui ne veulent pas bosser consacraient leur énergie à des activités humaines digne de ce nom (et non remplir des formulaires et administrer jusqu'à l'absurde) et ceux qui veulent avancer, se défoncaîent au boulot avec des espoirs de retour sur investissement digne de ce nom là aussi, la France serait à la fois un pays riche humainement et riche économiquement. Parce que nous avons le potentiel, la culture et la profondeur, l'efficacité et les ressources économiques pour y arriver.
 

Le "soldat français, salarié du privé" qui m'a inspiré cet édito, voici son témoignage ci dessous. J'en ai reçu des centaines. Depuis que je suis plus actif sur Objectifeco depuis quelques mois, la cadence est à un par jour pour ce genre d'emails. Je préfère vous rassurer. Oui, vous en avez tous plein le cul. Vous êtes piégé par le système et il n'y a pas de honte à le dire. Qui n'en aurait pas ras le bol de cette organisation sociale aussi idiote que destructrice et injuste ?


Charles Dereeper





Bonjour Charles,

Cela fait maintenant 5 ans que je vous (toi et les autres) suis sur objectif eco. 

Je suis juste un lecteur, en regle générale je n'interviens pas sur les forums de discussion et autre. Probablement par manque de temps et de disponibilité / passion.

Aussi, j'ai toujours voulu ouvrir un compte sur bourse direct afin d'essayer quelques stratégies de placement, mais je n'ai jamais pris le temps.

Comme tu le verras, je temps c'est le truc qui me manque. je me questionne quant à mon quotidien.

Alors voila, je me présente : 

J'ai 33 ans. Je suis de formation ingénieur dans les systèmes industriels. 

Job : Je suis salarié cadre du privé. Mon quotidien est un job d'encadrement d'une équipe de 5 techniciens bureau d'étude + 10 ouvriers à l'atelier, en gros je veille à ce que les commandes soient honorées en temps et des les coûts budgétées + un peu de R&D. 

Je prends 5 semaines de congés par an (pas de RTT), et encore (avec le smartphone, ce n'est pas vraiment des congés). Vacances en famille qui ne coutent pas très cheres.

En gros je pars le matin à 6h30-7h et je rentre à 19h. Je rebosse le soir environ 2  fois par semaine et parfois le dimanche après midi. J'habite à 35 minutes de mon lieu de travail. Je gagne ~ 3000€ net / mois (primes et intéressement compris) et j'ai une voiture de fonction que je peux utiliser le week-end + une mutuelle. Je me suis donné pendant 8 ans pour arriver à ce statut. 

Famille : J'ai 3 enfants de moins de 5 ans. Ma femme est salariée cadre actuellement en congés mat, elle va reprendre le boulot en septembre. Elle gagne 1700€ par mois sur une base de 3 jours 8h-19h non stop, pas d'heures supp payée et 1 semaine de garde par mois + 1 week end de garde par mois. (Nous vivons à proximité du lieu de travail de ma femme).

Nous sommes en location dans une maison 900€/mois, je n'ai pas voulu acheté car le marché était baissier et que nous n'avions pas assez de revenu pour acheter ce que nous souhaitions tous les deux : 200m² du terrain, des animaux, une serre, du calme, du cachet.... en gros c'est un billet de 400k€ par ici.

Nous épargnons ~ 8000 euros par an.

J'ai l'impression de ne pas voir ma femme, ni mes gamins ou quand on se voit, on est tendu. 

Nous n'avons pas pris le temps de construire un projet en commun. Moi qui adorait bricoler des trucs, je n'ai plus le temps.

C'est la fuite en avant et a continuer comme cela, je vais me retrouver tout seul à voir mes enfants de temps en temps comme une merde et avec un gros sentiment d'échec.

Je dois prendre une décision, mais j'ai un peu la boule au ventre! 

Je prendrai comme un échec de demander un 80% au boulot et ce n'est pas la mentalité de ma boite et je ne suis pas sur que ca arrange les choses. J'aurais la même dose de travail à tomber en moins de temps.

Je pensais à me faire licencier comme cela ça me laisse un peu de temps pour nous retrouver et construire qqch ensemble.

Bien qu'ayant vécu un an à l’étranger, on va rester en France : nous voulons aider nos parents quand ils en auront besoin.

Merci d'avance pour le temps que tu consacreras à la réponse.


crisedusiecle
Poster un commentaire

12 Commentaires

  • Lien vers le commentaire marinq lundi, 16 mars 2015 23:11 Posté par marinq

    Bonjour Amaury,


     


     


    Pour avoir un ordre de grandeur, quellle quantité d'argent avez-vous pu mettre de coté? Et en combien de temps?


     


     


    Marin


     


     

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mercredi, 18 février 2015 22:26 Posté par Charles DEREEPER

    Que du beau linge dans ces commentaires. des super témoignages d'expérience. Très inspirant...

    alors comme ca, j'ai cru comprendre que certains préfèrent mon style d'écriture petite couille très soft... ? hhaahahahahahah

  • Lien vers le commentaire amaury mercredi, 18 février 2015 10:33 Posté par amaury

    Bonjour à tous,


    Je ne peux que recommander le choix de partir. J'ai été salarié pendant 3 ans dans une société thaie (à de bonnes conditions) et j'ai ensuite monté ma propre affaire dans les services financiers il y a 18-20 mois de cela.


    Dans le cadre de la création de mon business, je me souviens d'un excellent article de Samuel Rondot qui parlait de la "capitalisation des impots". Il avait rencontré un entrepreneur qui ne payait pas de mine mais qui avait accumulé une véritable fortune. Le type s'était en effet arrangé pour ne pas payer (légalement bien sur) ses impots des le 1er jour et réinvestir. Imaginez que vous évitiez plusieurs milliers d'euros d'impots par mois et que vous les réinvestissiez à 7-8% par an...


    J'ai ensuite monté mon affaire à Hong Kong avec un associé qui est à Singapour. Pas d'impots sur les bénéfices si le CA est payé par une entité hors Hong Kong. En substance, vous avez vos clients à Singapour, au UK, en Suisse, France etc... qui vous payent à Hong Kong (place d'ailleurs considérée comme "propre"). Vous vous payez ensuite en dividendes et vous vous apercevez que votre bénéfice final est presque votre CA. Je ne fais pas d'affaires en Thailande, c'est trop compliqué. Je cible les marchés matures dans mon business.


    Vous vous economisez ainsi chaque mois des milliers d'euros d'impots, de charges etc... Pour ma part je réinvestis une grande partie de ces sommes dans des ETFs, des grosses sociétés americaines et européennes cotées etc.. Au bout de 10-20 ans ca fait un paquet de fric.


    Et cerise sur le gateau, la Thailande n'impose pas les revenus offshore... et le cout de la vie est sensiblement moins élevé qu'à Paris..


    Il faut tout de meme etre méthodique et épargner chaque mois, se faire soi meme sa protection sociale. Si vous etes jeunes, sans trop d'engagement, foncez! Rien ne vous empeche d'ailleurs de préparer le terrain pour votre business depuis la France.


     


     


     


     


     


     

  • Lien vers le commentaire Pierre mercredi, 18 février 2015 09:22 Posté par 8ball

    Très bel article Charles, et franchement, la retenue que tu y as appliqué en améliore la porté.


     


    Le témoignage de Amaury, on est pas mal à l'avoir vécu. C'est vraiment le message d'"Extension du domaine de la lutte" de Houellebecq (son premier et meilleur bouquin AMA, visionnaire). En moins "philo" mais plus pragmatique, c'est la "Rat Race" de Kiyosaki, qui vient du fait que l'on est globalement ignares financièrement dans les démocraties occidentales.


     


    Une fois les enfants et la famille en place, c'est effectivement le "deadlock". Personnellement, bosser sans m'éclater me fait tellement chier, que je préfère vivre avec moins de la moitié de ce que gagne Amaury mais en ayant presque tout mon temps libre. C'est le choix "petit filou", c'est non productif pour le pays, mais je ne vois pas le système s'en sortir par le haut.


    Le but est de partir quand l'une des deux conditions suivantes sont atteintes : 1) capital suffisant (ou) 2) un des points sur ma check list "ca craint vraiment trop et ca devient plus dangereux de rester que de partir" est coché. Il est bien sur très dangereux d'avoir quoi que ce soit en son nom propre dans des banques françaises si l'on veut pouvoir décoller illico sans laisser trop de plumes.

  • Lien vers le commentaire Jardin mardi, 17 février 2015 08:24 Posté par Larry

    Merci Charles pour cet article et bravo à Amaury pour son témoignage et quand même... son recul.


    Quand on en est là c'est que ça bout sous la casquette et que le changement viendra tôt ou tard... alors oui Amaury... autant être l'acteur posititif de ton changement... ta femme, tes enfants et toi le vivront d'autant mieux.


    Comme le conseil Charles si on n'opte pas pour l'expatriation... il faut penser et aller vers l'indépendance... à 35 ans tu as acquis suffisamment d'expérience, et notamment en management, pour faire profiter d'autres entreprise de ton savoir faire (et savoir être).


    Personnellement j'ai sauté le pas à 40 ans (il y a 6 ans) et le confort de vie, notamment gérer mon temps comme je le veux ou presque, s'en est aussitôt ressenti... le pied.


    Ce qui est pénible, voir insupportable, en entreprise lorsque tu es salarié c'est que tu deviens automatiquement suspect (voir incompétent) à partir du moment où tu veux réduire ton temps de travail... et encore plus quand tu es cadre... et un homme.


    Bref quand on ne peut pas se battre contre un systême qui ne veut rien entendre... on se barre... la "chance" aujourd'hui c'est qu'il y a quand même pas mal d'outils pour tâter le terrain de l'indépendance (le portage salarial,...) avant de tourner la page salariat... et aussi quelques financements... grâce à se merveilleux systême français (sic)... je pense à la rupture conventionnelle qui permet de se séparer si c'est possible en douceur et de passer par la case "POLO" (pôle emploi)... 


    J'oubliai... l'employeur que j'ai quitté pour devenir indépendant est devenu mon 1er client...


     


    Tu sais où est l'essentiel, ta femme et tes enfants, à toi de jouer.


    Good luck.

  • Lien vers le commentaire Boulet mardi, 17 février 2015 07:21 Posté par tetene

    Ce pays que nos politiques droite et gauche confondus, s'emploient à modifier au profit des nouveaux français qu'ils fabriquent administrativement, en les laissant implanter leur culture ,voire en leur facilitant le travail( aide à l'implantation de mosquées, aide au logement pour les familles polygames, justice qui refuse d'appliquer les lois qui limitent les excés de la religion musulmane (voile,niqab, etc...), subventions en tous genres pour les nouveaux arrivants même en situation irrégukière, CMU, AME, etc....et la liste n'est pas exhaustive!!


    Oui nos politiques n'ont qu'un seul souci: être élu puis réelu et qu'importe la France.


    Il est vrai qu'en appauvrissant le peuple qui ne vote pas pour lui, le pouvoir des politiques s'accroit. Le rêve socialiste est évidemment de distribuer l'argent au plus grand nombre d'électeurs ce qui les rend dépendant de l'état et les encourage à voter pour lui!!!


    A t on idée de ce vers quoi les politiques actuels veulent nous entrainer? Avons nous imaginé ce que sera la France dans 20 ans si on les laisse faire?


    Je n'ai plus qu'un souhait: avoir le temps de teminer ma vie décemment sans l'aide de l'état et en parlant français à défaut d'entendre parler francais!!!


    Merci Mr Dereeper


     

  • Lien vers le commentaire Harry Haller lundi, 16 février 2015 19:54 Posté par harry

    Ce que dit Amaury est très juste, à 35-40 ans c'est plié, on rentre dans le cocon cadenassé du déni et des illusions, quite à prendre ceux qui font autrement pour des tarés.

    Charles, tu perds ton temps avec les gens de notre âge pour être efficaces tu devrais parler aux moins de 30 ans exclusivement et les 55+, entre les deux c'est scotché. ;)

  • Lien vers le commentaire amaury lundi, 16 février 2015 10:31 Posté par amaury

    Charles, ton article est très intéressant, comme toujours.


    Je partage ton point de vue sur l'expatriation qui est devenue une necessité si on veut s'en sortir en tant qu'entrepreneur.


    Installé moi-meme à Bangkok depuis près de 5 ans je ne regrette pas un seul instant mon choix. J'avais 30 ans quand j'ai quitté la France et j'étais sans enfant.


    Le témoignage de ce salarié français est intéressant à double titre :


    - Il montre effectivement le gros malaise qui existe en France, avec, quand meme, un bon pourcentage de la population qui réalise que l'on se fait tondre et qui veut quitter le navire. Le niveau de pessimisme en France est incroyable!


    - Il montre aussi que les français vivent dans une grande zone de confort et qu'il est difficile de s'expatrier une fois que l'on a fondé une famille et que l'on a un peu avancé dans la vie. Les grands contrats d'expatriation avec ecole payée pour les enfants etc... n'existent presque plus et on embauche aux conditions locales.


    Après tout, quand on regarde les conditions de vie de ce lecteur, elles sont plutot bonnes (grande maison, mutuellle béton, revenus au dessus de la moyenne, épargne de 8000 euros par an...).  Le type se rend compte aussi que, dans sa situation, il ne peut pas vraiment prendre de risque. On le comprend, ce n'est pas forcément judicieux de quitter la France avec 3 jeunes enfants car il ne peut pas prendre le risque de se planter.


    Je conseille toujours aux jeunes de 25 ans de s'expatrier en leur expliquant bien qu'ils sont dans une situation avantageuse : ils n'ont pas encore cotisé au systeme de retraite, ils sont jeunes et peuvent se permettre de se planter et de revenir quelques années plus tard (à 30 ans tout est possible), ils n'ont pas de charge de famille etc...


    Je constate dans mon entourage que beaucoup ont des projets d'expatriation mais que personne ne bouge. Un bon pourcentage de mes amis travaillent dans des grosses sociétés. Là vous etes très protégés : licenciements compliqués et chers pour l'entreprise, comité d'entreprise qui donne accès à des tickets de cinema pas chers, tickets restaurant, RTT, 8,9 ou 10 semaines de congés payés, super mutuelle etc.... Quand on est dans ce cas là et que l'on constate qu'à l'international tous ces avantages sautent, on se réfugie derrière des excuses bidons : "j'attends la fin de la crise", "je reflechis à mon projet".... Je connais des tas de personnes qui, à chaque fois, me disent qu'elles pensent à s'expatrier et qui restent en France bien tranquilles. Et quand elles ont des enfants ellesl t'assurent que la vie en France est sympa et que l'on a un bon systeme social. Cela leur donne une bonne excuse pour rester cloués en France.


    Un conseil pour les jeunes qui nous lisent : tentez l'expatriation quand tout est possible et que vous n'avez pas d'attaches. Vous pouvez vous permettre de vous planter sans trop de conséquences. Après c'est trop tard!


     

  • Lien vers le commentaire tartemolle lundi, 16 février 2015 09:25 Posté par tartemolle

    helios, ce qui est intéressant dans ce témoignage c'est que c'est aujourd'hui le lot de millions de français qui bossent dans le privé et qui sont écoeurés par l'absence  d'avenir.


    Et le plus intéssant est l'excellente recommandation de Charles:


    Les solutions pour sortir de ce modèle de vie sont à peu près les memes pour tout le monde, devenir indépendant pour pouvoir truquer la compta, apprendre à zigzaguer pour éviter le matraquage fiscal ou réduire à la baisse les ambitions financières, établir un diagnostique chiffré de combien on gagne en pouvoir d'achat par heures travaillées (donc en prenant l'intégralité des heures, y compris celles de déplacement pour aller à son job et en calculant le net net fiscal dans la poche en face), diagnostiquer combien on paye à l'état francais pour avoir le droit de vivre sur son territoire et chercher des solutions plus attractives ou réduire encore une fois à la baisse ses ambitions, chercher les meilleurs plans économiques, ceux où la valeur ajoutée est très forte à quantité de travail égal.


     

  • Lien vers le commentaire tartemolle lundi, 16 février 2015 09:16 Posté par tartemolle

    "La vérité dans mon esprit, c'est qu'il existe en France l'extrême gauche, le socialisme qui englobe la gauche et la droite et l'extrême droite. Nous n'avons absolument aucune alternative entre le socialisme et les extrêmismes. Il n'existe aucune proposition, aucun parti libéral offrant une autre forme d'organisation sociale. Sarkozy, Chirac et Mitterand ont pratiqué la même politique de merde qui mène à la situation actuelle."


    Charles, 100% d'accord sur le constat sauf sur un point: il existe une une proposition crédible aujourd'hui à caractère libéral. Le libéralisme en France, personne ne sait ce que c'est car ça n'a JAMAIS été tenté. La proposition c'est Nous Citoyens avec Denis Payre

  • Lien vers le commentaire Helios lundi, 16 février 2015 09:06 Posté par helios

    Je n'arrive pas à trouver ce qu'on peut conclure d'un tel témoignage.


    On peut surement en trouver des centaines donnant des impressions différentes et variées, en fonction de l'humeur de leurs auteurs.

  • Lien vers le commentaire graphitos lundi, 16 février 2015 07:58 Posté par graphitos

    d'accord Charles, je pense que la solution se trouve dans l'independance, qui permet à travail égal de l'organiser à sa guise pour mieux profiter de ses proches et de la vie.


    Bon courage monsieur l'ingenieur