Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
H16

H16

Je suis naturellement grand, beau, j’ai le teint buriné par le soleil et le sourire enjôleur et des mocassins à gland, un très gros zizi et une absence totale de lucidité sur mes qualités et mes défauts !

J'ai un blog sur lequel j'aime enquiquiner le monde : Petites chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition...

        BOUTIQUE DE
                H16
 H16

Le livre de H16 sur Amazon : cliquez ici

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

[Redite] Hollande à l’Élysée a fait des sudokus

Audience de l'article : 391 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Billet paru initialement le 20.11.2011

Pour occuper votre dimanche, je vous propose de revenir sur un billet paru quelques années en arrière et qui s’inscrit encore bien dans l’actualité du moment, à savoir une élection… En novembre 2011, je tentais audacieusement d’imaginer ce que serait une « présidence Hollande » alors que la profondeur du personnage était peu connue des Français (mais déjà facile à cerner). Cinq années plus tard, on peut jauger de la valeur du billet à ce qui s’est passé, en vrai. Je crois que le billet souffre bien le passage des années, mais à vous de juger.


Tout le monde le sent maintenant : la France est à un tournant. Les mois qui viennent devront marquer un profond renouvellement dans la vie de ce pays. Et il est parfois nécessaire de faire un exercice prospectif, soit parce que c’est courtoisement demandé (ici, par Val et l’Hérétique), soit parce que tout simplement, on veut réfléchir deux minutes à ce que pourrait donner le pays au cas où …

On se souviendra que j’avais déjà tenté un exercice s’en rapprochant, le 28 septembre dernier, en imaginant les différentes possibilités pour le second tour de ces élections présidentielles, tout en prenant les précautions d’usage.

On est en effet encore assez loin de ce scrutin final, et la situation, notamment économique, de l’ensemble du monde en général et de la France en particulier laisse présager des moments assez rock’n’roll qui empêchent toute certitude.

Pour l’exercice du jour, je vous propose de poser une hypothèse aussi hardie que justement elle est contraire à mon propre pronostic du 28 septembre dernier. Ce jour-là, j’envisageais en effet que Sarkozy serait réélu. Oublions donc ce résultat, et partons du principe que Babar l’autre pays du chômage a décroché la timbale (par exemple à la faveur d’un accord en béton armé avec Europe Eco-lol-gique comme le dit fort bien Gérard Mentor dans son billet à ce sujet).

Partant de cette hypothèse, force est de constater que le nouveau président se retrouve, dans le meilleur des cas, avec un pays au bord de l’asphyxie financière. Dans le pire, c’est un pays exsangue et déjà en défaut de paiement dont il hérite d’un Sarkozy bien trop heureux de lui filer la patate bouillante.

Sur le plan stratégique, du reste, on comprendra que Sarkozy, s’il doit perdre, a tout intérêt à rendre les clefs de l’Elysée alors que le pays peut encore payer ses dépenses courantes. L’échec complet est alors imputable, au moins en partie, au nouvel entrant, si celui-ci est au pouvoir depuis quelques mois lorsque le pire advient. Dans le cas contraire, les socialistes de gauche auront beau jeu d’accuser ceux de droite d’avoir saboté l’économie.

Comme on le comprend à l’évocation de ces événements économiques, je ne crois pas beaucoup à une amélioration sensible de la situation pour les caisses de l’état d’ici à mai 2012 : quand on voit que le FESF, normalement destiné à soutenir les pays membres de la zone euro, est déjà en difficultés et qu’il faut en recourir à de la tuyauterie financière digne d’un plombier de jeu vidéo (coucou Super Mario) pour arriver à lui trouver des fonds, on comprend que l’ensemble de l’opération « Sauvons l’Euro / Tous Ensemble, On Peut Y Arriver » est partie pour rencontrer un platane en descente avec le vent dans le dos au prochain virage.

Et c’est donc sans aucune espèce de surprise qu’on peut l’affirmer : le prochain président n’aura strictement aucune marge de manœuvre. Ou plutôt, les manœuvres qu’il pourra faire n’auront en réalité aucune incidence sur le résultat final, le point de non-retour ayant été dépassé depuis au moins 5 ans.

hollande de dos, un président à la hauteur

Dès lors, les différences entre Sarkozy et Hollande seront purement cosmétiques. De toute façon, aucun des deux n’a d’idées pratiques de ce qui pourrait limiter la casse ; pire : comme ces idées sont toutes issues de la boîte à outil libérale, que l’un comme l’autre se sont employés à tenir aussi loin que possible de toutes les mains du pouvoir, on peut être certain que la catastrophe continuera.


La seule question qui demeure alors est celle de la vitesse.

Sarkozy est au plus mal.

Car d’un côté, on a un frétillant crétin à peu près inculte en économie dont la seule prouesse a toujours consisté à brasser de l’air et nous le pomper simultanément, pour un résultat absolument nul ; les dernières gesticulations grecques, assorties d’un G20 aussi inutile que grotesque, sont une illustration limpide de son pouvoir de non-action.Sarkozy dans un deuxième mandat, c’est l’assurance que l’absence de marge de manœuvre sera camouflée par un de ces nuages d’encre opaque que certains poulpes lâchent pour distraire leurs adversaires. Il n’est donc pas à exclure que la situation empire et que l’ensemble du peuple n’en soit absolument pas tenu au courant. Oh, les individus se rendront bien compte que la situation se dégrade énormément, mais on peut s’attendre à une phase de déni assez longue.


Pour résumer, nous irons très vite à la catastrophe, mais nous ne le saurons jamais clairement.

Vieux Hollande, fruité mais un peu mou.

De l’autre côté, on a une aimable amibe, obstinée mais molle, et qui a l’insigne avantage sur son concurrent d’avoir déjà été frotté, même si de façon lointaine, à quelques notions d’économie.Heureusement, la comparaison redevient d’emblée plus facile lorsqu’on lit ses dernières propositions et qu’on se rend compte que ces notions ne seront jamais mises à profit : comme dans n’importe quelle campagne électorale, le magasin de bonbons fait portes-ouvertes et chacun y trouve son compte à pas cher.


rentrée de hollande, réalisée sans trucages

Et si l’on se replace dans le cadre de notre hypothèse de base, Hollande élu se retrouvera fort en peine de mettre l’une ou l’autre coûteuse lubie en action. Il sera, comme l’autre, cantonné aux décisions d’apparat ou celles sur du très long terme (comme poussoter mollement le retrait du nucléaire à 2050, moyennant la fermeture d’un ou deux réacteurs, et encore, pour faire patienter ses « alliés » verts qui lui claqueront de toute façon dans les doigts dès qu’ils le pourront).En réalité, on le comprend bien : tant Hollande que Sarkozy sont aussi adaptés à la situation qu’un vélo à un poisson rouge (avec lequel ils entretiennent le même lien étroit concernant la mémoire).


Aucun des deux ne pourra, le moment venu, se retourner vers les Français et appeler, dans un élan rhétorique puissant, à une union nationale ou à taire les querelles intestines.

Sarkozy n’a toujours existé qu’en clivant (aussi stupide le sujet du clivage soit-il), ce qui est exactement aux antipodes de ce qu’on attend d’un leader que tout le monde pourrait suivre en cas d’urgence.

Quant à Hollande, on peine à voir en lui l’homme providentiel. La démonstration de cette semaine en dit suffisamment long sur ses capacités de rassemblement, qui s’apparentent clairement à du petit bricolage politicien, avec en plus cette maestria assez consternante dans le ratage de la bidouille, médiatisation incluse. Tout ce qu’il évoque de façon persistante est un sentiment d’ennui. On ne peut s’empêcher de l’imaginer faisant des sudokus, ronchonnant vaguement pendant que le courant est coupé à l’Élysée pour cause d’impayés massifs.

En tenant compte de tout ça, je ne peux que vous conseiller la même occupation en avril et en mai 2012.


Poster un commentaire