Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
3 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - trouver la paix - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, l'expatriation, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Quand ma polygamie me permet de comprendre l'intérêt de l'Etat providence...

Audience de l'article : 3276 lectures
Nombre de commentaires : 7 réactions
Ah ça, si on consulte les centaines d'articles et éditos enragés que j'ai publié contre les bureaucrates et fonctionnaires français ou contre ce système presque communiste qui m'a forcé à mettre les voiles et à sacrifier assez gros au passage dans ma vie perso, on ne peut pas dire que je sois un pro Etat Providence. J'ai pesté et méprisé pendant de nombreuses années.

Et pourtant...

J'ai passé mes 7 derniers mois à Bangkok. Je suis devenu comme tout bon expatrié, polygame. Dur d'y échapper compte tenu des conditions sur le terrain.

Mes régulières ont fini après quelques mois par tomber la façade et à me raconter l'envers du décor de leur vie... j'ai juste sauté au plafond. Je n'étais pas préparé à entendre la violence qui existe. Le truc qui m'a choqué, c'est que j'ai eu beaucoup de régulières, plusieurs dizaines... et à chaque fois, les mêmes horreurs revenaient. Je n'avais pas affaire à des cas isolés, mais à un système qui produisait aux quatre coins du pays (la Thaïlande) les mêmes résultats. Je n'ose pas imaginer comment c'est dans le reste de l'Asie qui est moins développé.

La condition de la femme dans les pays émergents est juste insoutenable. Il a bien fallu que je révise mes jugements.

Si l'Etat ne se substitue pas à la famille et au pouvoir des hommes pour réguler un peu la société humaine, on obtient rapidement une anarchie en faveur des hommes. Je ne vais pas raconter ici les différentes trajectoires de ces femmes, mais la dureté de leur vie est presque impossible à créer en France.

On sait tous que le plus pauvre en France (cad RMI + APL + santé et nombreuses associations...) a un niveau de vie qui rendrait envieux une majorité des habitants des pays émergents.

Ce qu'on sait moins, c'est que le malheur français est à un niveau moyen bien moindre que celui qu'on rencontre dans les pays émergents. Bien sûr, de temps à autre, la barbarie frappe en France, mais franchement, si on considère les moyennes, la France est parvenue à assurer une certaine décence de vie, que ce soit pour les femmes ou pour le malheur.

Je me suis rendu compte que le concept d'Etat Providence est vraiment bon à la base. Il est rageant qu'en France, nous ayons perverti l'idée dans sa mise en œuvre au point de nous perdre dans l'extrême inverse.

Comme souvent, la vie n'est qu'une question de doigté, de finesse et d'équilibre. Sans Etat Providence, ou avec un excès d'Etat Providence, la vie est invivable, à la différence que pour les faibles, l'excès d'Etat Providence est quand même bien meilleur.

La France regorge de ressources, de créativité, de gens talentueux. Il suffirait de si peu pour relancer la machine... dégonfler la bulle d'Etat Providence, remettre au taff tous les parasites qui ont oublié deux ou trois détails, genre que l'argent ne tombe pas du ciel, mais provient de l'économie privée et que nous sommes insérés dans une guerre mondiale à mort (que nous sommes en train de perdre d'ailleurs...). Il est tellement rageant que voir tous ces français qui estiment du et normal toute l'aide dont ils bénéficient. Leur désinvolture fait vomir. 

Mais je me rends compte qu'il vaut mieux accepter ce genre de réactions plutôt qu'une société humaine extrême où les femmes se font démâter dans des conditions de vie difficilement acceptables.

Bon sur ce, Charles le socialiste remballe. Pas plus d'une fois par an ce genre d'édito hein...

Charles Dereeper
Poster un commentaire

7 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Falconnier lundi, 01 juillet 2013 09:51 Posté par Ma Pomme

    Pour la limitation de vitesse, je parie que la baisse de la mortalité est essentiellement due à la meilleure qualité des voitures, des zones d'absorption du chassis, des freins, de la tenue de route...
    En particulier sur autoroute, la mortalité est essentiellement due à l'endormissement causé par la vitesse faible et constante.
    Vous êtes aussi désinformé par la propagande étatique, Henri Dumas !

    Quant à l'état-providence, pour fonctionner au profit de ceux qui ne peuvent trouver du travail dans une société qui évolue (et donc où les besoins changent, SANS disparaître pour autant), encore faudrait-il qu'il soit réservé aux nationaux, au lieu de fonctionner comme un attracteur à mouches à merde dont la présence enfonce les pauvres qui ne peuvent aller vivre dans les ghettos à riches.

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas lundi, 01 juillet 2013 08:24 Posté par Henri Dumas

    Bonjour Charles,
    C'est effectivement le problème de fond. Il est visible en gradure nature sur la route.
    La limitation de vitesse tue le plaisir, tue l'industrie automobile, donne le pouvoir à ceux qui ne savent pas conduire, mais permet de se déplacer avec moins de 3.000 morts par an au lieu des 18.000 précédemment.
    C'est incontournable.
    Mais, poussée à l'extrême, ce qui est le cas en ce moment, cette limitation de vitesse devient une paralysie qui fait ses morts ailleurs dans la société.
    Bastiat disait : "il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas".
    Le bon économiste est celui qui prévoit ce qui ne se voit pas.
    Bien cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire karlusson lundi, 01 juillet 2013 07:55 Posté par karlusson

    vous voyez bien, finalement votre coeur est à gauche, même si la colère vous égare parfois, vous restez un humaniste. Ayons une pensée pour ces femmes souffrantes. Et vous, sur place, ne pouvez-vous pas participer au sein d'une association, etc. Facile à dire, mais les petits ruisseaux...