Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Les déséquilibres intra-zone euro flambent de nouveau...quelles conséquences ?

Audience de l'article : 2372 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Voici un graphique qui devrait nous interpeller : Il s'agit de celui des balances Target 2, proposé par Ed.Yardeni sur son site yardeni.com

yardenitarget

Rappelons en le principe : Les balances Target 2 sont un indicateur de l'équilibre des échanges monétaires entre les différents pays de la zone euro. Lorsque la courbe mauve (celle de l'Allemagne en haut) monte fortement pendant que les courbes vertes et bleues (celles de l'Espagne et de l'Italie) chutent, cela signifie que l'Allemagne accumule des réserves qui fuient l'Europe du sud (Espagne / Italie), par exemple parce que l'Espagne et l'Italie importent plus de produits allemands qu'elles n'en exportent vers l'Allemagne...ou que des capitaux fuient ces pays pour aller s'investir en Allemagne.
La flambée de ces déséquilibres des balances Target 2 avait conduit en 2011-2012 à une mini-crise monétaire sur la zone euro, mise en "couveuse" depuis par l'action de la BCE, même si la cause fondamentale de ces déséquilibres est toujours présente (la différence de compétitivité entre l'Europe du Nord et l'Europe du sud, qui ne peut se corriger à cause de la monnaie unique trop forte pour l'Europe du Sud et trop faible pour celle du Nord).

Ces déséquilibres repartent à la hausse depuis 2015, et la tendance s'accélère depuis quelques mois. Faut-il s'attendre à une nouvelle crise sur la zone euro ? A terme cela est probable effectivement, mais je ne pense pas que cela soit pour tout de suite : 

Les différences entre taux longs de l'Allemagne et de l'Italie ou de l'Espagne restent pour le moment sous contrôle, il sera temps de s'inquiéter lorsqu'on les verra décoller vraiment (n'oubliez pas de suivre de près ces indicateurs quand même, parce que le problème actuellement masqué par l'action de la BCE finira forcément par refaire surface à un moment)

Par contre ces déséquilibres de balances Target 2 ont un autre effet : la baisse de l'euro.

Et cette baisse de l'euro est plutôt une bonne chose dans le contexte actuel pour les bourses européennes, et encore plus pour le secteur manufacturier. Je vous avais dit que les cycliques seraient un thème d'investissement à privilégier pour 2017, en particulier les valeurs manufacturières / industrielles.

Cela commence à se vérifier sur l'ISM manufacturier français (courbe bleue du graphique ci-dessous), actuellement au plus haut depuis 2011, et la production industrielle (courbe orange) devrait bientôt suivre la hausse de l'ISM.
manufacturingfrance

Et la bonne nouvelle, c'est qu'il y a encore plusieurs petites valeurs industrielles, notamment en France qui sont à la fois très décotées et sont en train de retrouver une bonne capacité bénéficiaire.

Certaines, que je propose dans ma lettre PEA par exemple, et que je sélectionne selon les principes que j'explique ici, se traitent actuellement à des cours qui représentent moins de la moitié, ou même moins de 40% de leurs capitaux propres tangibles, alors qu'elles sont bénéficiaires et voient leurs fondamentaux s'améliorer nettement.
Dans ce contexte, la moindre petite annonce positive peut faire décoller violemment leur cours...Cela est arrivé ce mercredi sur une des lignes principales de mon PEA qui n'a pas pu coter à cause d'une réservation à la hausse.

 

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire