Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

L'Union Européenne : une construction schizophrène.

Audience de l'article : 3475 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
Votez pour cet article
(4 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Wolgang Schauble a parfaitement résumé hier en quelques lignes (sur la Grèce) l'absurdité du projet européen tel qu'il se présente aujourd'hui : 

""La soutenabilité de la dette ne peut être atteinte sans décote, le FMI a raison de le dire" a-t-dit, avant d'ajouter : "Il ne peut y avoir de décote car cela serait contraire aux règles de l'Union européenne."

Il n'y a aucun exemple durable dans l'histoire d'union monétaire entre pays hétérogènes et présentant des différences de compétitivité importantes (tels que la Grèce et l'Allemagne, ou l'Europe du Sud et l'Europe du Nord) qui ait résisté durablement. La raison est qu'au bout de quelques années les entreprises des pays "faibles" perdent en compétitivité face aux pays "forts", et ne peuvent plus vendre leurs produits, devenus trop chers face à la concurrence à cause d'une monnaie devenue trop forte. Dans une situation de monnaie flottante, le problème se règle vite : la monnaie "faible" se dévalue et les entreprises retrouvent de la compétitivité sur le marché. Avec l'euro au contraire, il n'y a plus d'ajustement possible (les salaires étant rigides et ne baissant pas ou très peu à cause des règlementations étatiques), et la situation du pays concerné devient vite catastrophique, avec un déficit de la balance des paiements et un endettement qui explose.
Face à cette situation, il y a deux options : 

- La bonne qui consiste à abandonner l'union monétaire : chaque pays est ainsi sanctionné (en bien ou en mal) sur sa politique économique par la valeur de sa monnaie, et les entreprises gardent suffisamment de compétitivité grâce aux changes flottants.

- L'autre solution, de nature socialiste, est de faire de l'Europe un seul pays, en transférant les richesses des pays les plus responsables et compétitifs vers ceux qui sont les moins bien gérés et les plus faibles. C'est la solution fédérale. Si on veut maintenir en vie l'euro (et la Grèce au sein de l'euro), c'est la seule option possible vu les écarts qui existent entre ses différents membres. Je suis évidemment contre cette solution (étant libéral), mais elle a au moins une cohérence (pour ceux qui croient dans ce genre d'utopies étatistes).

Le problème est que la politique actuelle de l'Europe n'a aucun sens puisqu'elle rejette les deux options à la fois : L'Europe voudrait maintenir l'Euro, tout en refusant les conséquences socialistes et fédérales que cela implique ! 

Le résultat est une politique complètement absurde et schizophrène : Les institutions européennes ont racheté la quasi-totalité de la dette Grecque en sachant que ce pays était insolvable, et voudraient aujourd'hui que la Grèce rembourse intégralement et sans décote ! 

Je continue de penser qu'il y aura un accord entre la Grèce et l'Europe, parce que les deux parties sont lâches (même Tsipras n'a visiblement pas le courage d'aller au bout, comme l'a dit Charles Dereeper) et que seule la vision à court terme (reporter le problème à plus tard même si cela doit le faire grossir) compte dans le monde politique étatiste actuel. Cela fait déjà rebondir les marchés et nous continuerons de payer encore quelques années pour maintenir à flots la Grèce, qui continuera d'étouffer sous le poids d'un euro trop fort pour elle.

Cette Europe schizophrène survivra jusqu'à ce qu'un pays plus gros se trouve dans la situation Grècque et fasse écrouler cette utopie étatiste absurde. D'ici là on peut continuer à profiter des euros que la BCE déverse sur les marchés, en achetant les pics de pessimisme (comme celui en cours) et vendant les pics d'optimisme.

Attention quand même, cette crise Grecque a beaucoup dégradé la configuration technique de nombreux indices boursiers, et l'automne risque d'être difficile !

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire kagli dimanche, 12 juillet 2015 09:31 Posté par kagli

    Pourquoi il faut quitter ce "machin" au plus vite:

    http://www.upr.fr/conferences/10-raisons-sortie-de-l-union-europeenne

  • Lien vers le commentaire Falconni vendredi, 10 juillet 2015 12:37 Posté par Mapomme

    Tu as tout faux, badkarma, sauf ton pseudo.

    D'abord, ce qui est économiquement infaisble ne sera pas fait, tout simplement.
    D'autre part, la guerre, c'est précisément ce qui pourrait bien résulter de la ruine de l'Europe du sud.
    Les intellectuels qui veulent imposer leur vision simplifiée du réel aux peuples sont nécessairement suivis par les assassins à la Mao et Staline.

  • Lien vers le commentaire Aurelien C vendredi, 10 juillet 2015 11:41 Posté par BadKarma

    Bonjour,
    J'ai du mal a cerner l'alternative a d'avantage d'integration en europe, a part ce qu'il y avait pendant les millenaires précédent cette integration : la guerre. La vision politique qui a menée a la creation de l'europe aurait ete consideree comme largement utopique par des personnes focalisées sur l'economie, et pourtant nous somme bien dans une europe des nations aujourd'hui, libres d'aller et venir, etudier et travailler dans les differents regions d'europe. Tout comme un allemand peut travailler dans differentes regions allemandes. L'allemagne de merkel est une reussite economique, pourtant des regions sont plus pauvres que d'autres en allemagne. Faudrait-il scinder les regions pauvres et leur occtroyer une "monnaie de pauvre" ? Merkel a su niveller par le haut l'economie de la federation. L'europe federale est un but non seulement louable mais necessaire dans un monde multipolaire. Si on s'asservissait aux tableaux excels, les entrepreneurs ne lanceraient jamais de boite (trop de risque), les politiques ne ferait rien (pas rentable), bref, le monde serait un ramassis de comptables appeurés au moindre risque. Le monde ne doit pas etre vu uniquement a travers le prisme de l'economie, ou la vision pragmatique d'un futur meilleur semble impossible. C'est quand on ne sait pas qu'une chose est impossile qu'on est capable de la realiser :-)
    Amicalement (et positivement)
    Badkarma

  • Lien vers le commentaire Sebastien vendredi, 10 juillet 2015 10:03 Posté par imhotep

    "On vous a promis monts et merveilles et on a échoué sur la totalité ... croyez-nous il faut continuer encore plus dans cette voie, ça va marcher un jour ou l'autre"

    Maastricht, mensonges et propagande

    Vous rappelez-vous toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ? En 1992, on nous promettait alors la croissance, le plein emploi, une europe sociale, de concurrencer les Américains, l'indépendance vis-à-vis de l'OTAN, etc. 23 ans après, ces mirifiques promesses ont bien mal vieilli puisque c'est exactement l'inverse qui s'est produit dans tous les domaines ! Chômage de masse, crise de l'euro, traité transatlantique, c'est la vassalisation totale de l'UE qui est en cours mais rassurez vous d'après nos indéboulonnables experts « la crise » agit comme un véritable moteur sur la construction européenne... nous voilà rassurés !


    www.youtube.com/watch?v=DZaiDLbVjxo

    Et dans la même veine, en plus didactique et explicatif :


    Sortie de l'euro, les énormes foutaises qu'on vous fait gober

    Depuis bientôt 25 ans, les imposteurs "européistes" nous abreuvent de mensonges constants pour fabriquer le consentement populaire vis à vis de la construction européenne.Leurs argumentaires fallacieux, abrutissants et dogmatiques sont constamment démentis par les faits et par l'analyse. Et pourtant, nous continuons à ne voir qu'eux dans les médias au garde-à-vous.

    http://youtu.be/1ZxIT7jL464