Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

Conquérir la bourse

Euro Hold Up !

Audience de l'article : 5055 lectures
Nombre de commentaires : 11 réactions

Sans surprise, le sommet européen a confirmé qu'un Hold Up de plus de 100 milliards d'Euros était en préparation. Simplement, cette fois ci, les rôles sont renversés, ce sont les banques mal gérées qui vont braquer les contribuables, grâce à une "recapitalisation" sur fonds publics, via l'EFSF, Fonds Européen de Stabilité Financière.

Vous avez aimé l'EFSF ? Vous allez adorer le MES...

Mais ce n'est rien à côté de ce qui nous attend avec la création du MES (mécanisme européen de stabilité), dès 2013, en succession de l'EFSF.

Je plussoie donc l'article paru ici même et signé "Mister Jones" portant sur la création du "MES", ou Mécanisme Européen de Stabilité,  qui n'est rien d'autre qu'un acte de guerre perpétré par les pouvoirs exécutifs de la zone Euro contre leurs propres citoyens. Et je pèse mes mots.

En effet, les textes du projet de traité prévoient

  • Selon l’article 9.3, « les membres du MES s’engagent de manière irrévocable et inconditionnelle à honorer sur demande tout appel de fonds adressés à eux par le Directeur général en vertu de cet alinéa, et ce dans les sept jours après réception. » Faute de quoi les récalcitrants pourront être poursuivis en justice. Les futurs gouvernements français ou allemands quels qu’ils soient n’auront donc d’autre choix que de payer.
  • L'article 10 permet au Conseil des gouverneurs, composé seulement des ministres des Finances de la zone euro, d'augmenter le plafond du MES sans en rendre compte à aucune autorité. Les articles 27 et 30 précisent également que ce fonds ainsi que ses dirigeants bénéficieront de l’immunité de toute forme d’action en justice et n’auront de compte à rendre à personne.
  • Ils stipulent également que nul n'aura le pouvoir d'enquêter sur les décisions du MES et que toutes ses archives seront inaccessibles à toute forme de justice.

Le MES sera administré par les ministres des finances européens, mais géré au quotidien par un "Board de directeurs", désignés par eux, qui auront donc accès en toute impunité à un pot de miel de plusieurs centaines de milliards d'Euros. Je n'ose imaginer des personnes au profil psychologique d'un politicien standard français, ou grec, ou italien, à la tête de ce magot dans de telles conditions.

Parmi les rares partis politiques à dénoncer cette abomination, le Parti Libéral Démocrate, dont je m'honore en l'occurence de faire partie.

Tout ça va très mal finir...

Ajoutons à cela que l'annexe 1 du traité prévoit que l'Allemagne amène 27% des fonds, la France 20%, puis, et c'est là que cela devient vraiment "comique", à condition de savoir rire jaune, l'Italie à 18% et l'Espagne à 12. Sachant que ces deux pays sont eux mêmes au bord de l'asphyxie, et que la France ne vaudra guère mieux sous quelques semaines, on se demande comment de tels éclopés pourront abonder leur part pour s'auto-soutenir. Les Allemands -la population, pas la baderne qui leur sert de chancelière- vont bien finir, un jour, par sortir de leur apathie et refuser cette gabégie (voir "la chute de la maison euro en une image"). Et le jour où le peuple allemand réclamera le retour du Deutsch Mark, plus rien ne pourra freiner la chute des états surendettés de la zone Euro, faute de prêteurs. Nous compris.

Et tant que cette mascadera durera, la France et l'Allemagne comptabiliseront à elles deux 47% des droits de vote au Board du MES. Je doute que tous les petits pays acceptent ad infinitum le diktat franco allemand sur l'usage de ce fonds... Sans parler du risque de résurgence de mouvements de type "Brigades rouges" contre les intérêts des états français et allemands. J'exagère ? On me l'a déjà dit sur d'autres sujets. Une telle accumulation d'ignominies ne peut pas bien se finir.

Est-il encore temps d'empêcher ce hold up ? S'il faut s'indigner, c'est maintenant.

-------

Lire également:

Communiqué du PLD

Pourquoi il faut avoir la peau de l'EFSF (aléa moral)

La Chute de la maison Euro en une image (pourquoi l'Allemagne quittera le titanic)

--------

Poster un commentaire

11 commentaires

  • Lien vers le commentaire Vincent BENARD jeudi, 27 octobre 2011 12:09 Posté par Vincent BENARD

    @kaplan:

    oui, c'est ce qui est écrit dans le communiqué de sortie du sommet: que la recap par l'EFSF n'interviendrait qu'en dernier ressort.

    Une rumeur folle avait courru un moment sur twitter que l'EFSF ne pourrait intervenir qu'en complément d'un accord d'échange dette/capital entre actionnaires et créanciers. Mais elle ne figure pas au communiqué final.

    Je ne vois pas comment des actionnaires privés peuvent aujourd'hui remettre 100 milliards au pot, et sans doute plus à moyenne échéance, avec la promesse d'être encore dilués à la prochaine crise souveraine. Mais les comportements récents des marchés ne cessant de me surprendre, je puis me planter.

  • Lien vers le commentaire maybe mardi, 25 octobre 2011 09:25 Posté par maybe

    Monsieur BENARD
    Je vous remercie pour votre tenacité, la résistance se fait au plus prés des acteurs concernés.

  • Lien vers le commentaire Charles DEREEPER lundi, 24 octobre 2011 21:50 Posté par Charles DEREEPER

    En meme temps, comme d'habitude, nous annonçons des machins qui n'intéressent personne. et un, deux ou trois ans plus tard, ils deviennent réels. ObjectifEco a doublé de volume en un an. Un petit MES et nous redoublerons le nombre de nos lecteurs. pourquoi Vincent te plains tu, vilain dit, alors que les politiciens nous aident à croitre en nous mâchant le travail... ?

    ok, je me souviens... tu habites (encore ?) en France !