Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

miracle budgétaire en vue pour la fête de l'Europe !

Audience de l'article : 5934 lectures
Nombre de commentaires : 14 réactions

Comme c’est aujourd’hui la journée de l’Europe, je tenais à partager avec vous un moment d’émerveillement sur une nouvelle innovation keynésienne proposée par un valeureux technocrate européen, qui repousse toujours plus loin les limites de l’absurde et pourrait permettre d’éradiquer définitivement tous les déficits budgétaires.

Vous le savez sans doute, tous les pays d’Europe du Sud (mais aussi la France et quelques autres) ont des déficits publics insoutenables sur le long terme, et la récession qui s’étend de nouveau en Europe n’arrange rien à la situation, en réduisant les recettes des états et en augmentant les demandes d’allocations  sociales diverses.

Mais heureusement, Mario Monti, un technocrate de la commission européenne récemment nommé à la tête du conseil italien (sans cette perte de temps inutile appelée « élection », qui pourrait gâcher la fête européenne) a trouvé la solution miracle, détaillée par l'AFP :

Jusqu’ici un budget public était établi en faisant le total des recettes et le total des dépenses, et il y avait déficit quand l’administration dépensait plus qu’elle ne gagnait.

Mais si la proposition de Mario Monti est adoptée, on pourra retirer du total des dépenses les « investissements stratégiques d’avenir » de l’état (la définition de "l'investissement stratégique étant bien entendu laissée au choix des technocrates définissant les comptes publics), et « pendant trois ans les investissements dans (l'internet à) haut débit ou l'agenda numérique ».

Une fois notre total de dépenses ainsi « recalculé » et « réduit », il n’y aura plus de déficits publics en Europe, et les états pourront dépenser encore plus en « investissements stratégiques d’avenir » (comme ils l’ont déjà fait jusqu’ici avec les brillants résultats que nous observons aujourd’hui, en Grèce par exemple), tout en ayant un budget « équilibré ».

Vous pourrrez aussi profiter de l’occasion et de cette journée festive européenne pour dire à votre banquier de ne plus inscrire dans la colonne débit de votre compte vos achats d’ordinateurs, de voitures, de rénovation de votre maison, parce que ce sont des « investissements stratégiques d’avenir ». Il sera sans doute très réceptif.

Une fois que l’équilibre budgétaire aura ainsi été restauré dans toute l’Europe grâce à cette comptabilité innovante (on pourrait même obtenir de larges excédents si on enlève suffisamment d’ "investissements stratégiques d’avenir" dans le calcul des dépenses, pourquoi pas en Grèce dès 2012 par exemple), il restera juste un petit problème à régler :

Il faudra quand même placer de la dette auprès d’investisseurs pour financer les « investissements stratégiques » qui ne sont plus des dépenses, mais qui coûteront quand même des sous bien réels. Et il n’est pas du tout certain que ces investisseurs se basent sur la « nouvelle comptabilité » pour évaluer le risque et le taux associé pour leur emprunt.

A moins que les technocrates de la BCE décident d’imprimer des billets pour les payer directement.

Dans les deux cas,  il est très peu probable que la comptabilité sauce Monti aide à restaurer la confiance en Europe !

Cette invention constitue malgré tout pour Mr Monti un « des chemins qui puissent mener à plus de croissance sans sacrifier des principes chers aux Allemands et à moi-même »…bravo à lui d’arriver à garder son sérieux en prononçant cette phrase !
Un achat massif de matériel informatique à la Chine, permis par un bidouillage comptable et payé par nos emprunts , va donc créer d’innombrables emplois en Europe, tout en rétablissant l’équilibre budgétaire de nos pays. La logique technocrate et keynésienne au centre du projet européen est quand même magnifique non ?

La suite du discours de Mario Monti vaut également le détour, vu qu’il nous promet que « "L'Europe est à un tournant important: il faut à la fois maintenir le cap en matière de stabilisation économique et renforcer les mesures pour une croissance durable et la création d'emploi"

Nous allons donc « maintenir le cap en matière de stabilisation économique » (les grecs et tous les autres pays retombés aujourd’hui en récession apprécieront). L’IBEX 35, indice de la bourse espagnole est aujourd’hui sur le point de casser ses plus bas de 2009, la « stabilisation économique » est en marche !

 

Quand à « renforcer les mesures pour une croissance durable et la création d'emploi », voilà qui promet également au vu des résultats déjà obtenus :

taux de chômage en Europe

Les « mesures pour une croissance durable et la création d’emploi » à l’œuvre depuis 2008 (plans de relance, quantitative easing et autres) ont ainsi permis au  taux de chômage de passer de 7% en 2008 à 10,9% aujourd’hui dans l’union Européenne, et d’exploser à plus de 20% en Espagne et en Grèce. Nous attendons donc maintenant leur « renforcement » !

Mario Monti constate enfin que « une fracture s'est créée entre les élites, les dirigeants et les peuples. Il est très difficile de trouver un bon équilibre »…Cette fois il est dans le vrai, ça risque effectivement d’être très difficile à l’avenir. Et certains technocrates européens à la comptabilité innovante risquent d'ailleurs d’en faire les frais.

Joyeuse fête de l’Europe à toutes et à tous !

 

Vous pouvez suivre mes anticipations économiques, la composition de mon PEA et mes opérations avec ma lettre Boostez votre PEA ! .

Loïc Abadie

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

14 commentaires

  • Lien vers le commentaire alex6 dimanche, 13 mai 2012 21:13 Posté par alex6

    @laguerredesmondes:
    "Tu préfères la Suisse pour payer tes impôts ? Alors tu paiera plein pot si tu veux te faire soigner en France...
    Quand on paie l’impôt on trouvera toujours que c’est injuste. Quand on crève de faim, idem."
    C'est l'argument eternel et tres honnetement, il commence serieusement a me courir sur le haricot.
    Pourquoi est-ce que payer moins d'impots devrait se traduire par une baisse des services svp? Se faire soigner en France, really? Malgre les fortunes englouties par le systeme de sante francais, le service est desastreux au possible, l'ensemble sous-equipe et completement deborde, aux urgences notamment.
    Si l'etat gerait correctement ses prerogatives, si il s'arretait de s'occuper de tout et n'importe quoi, il y aurait largement de quoi BAISSER les impots et AUGMENTER la qualite des services.
    Votre argument, c'est ce que sortent ceux qui profitent du systeme pour ne pas que l'on cherche a le rendre efficace et se debarrasser les parasites elus/fonctionnaires/etc qui ne rendent strictement aucun service a ceux qui payent des impots.
    Il est grand temps que l'oligarchie francaise tombe et que ceux qui profitent du systeme a l'extreme soient degages pour faire respirer un peu la justice dans ce pays.
    Gageons que ca n'arrive de toutes facons pas puisque cinq annees de socialisme encore plus puissant que celui d'un Sarkozy se presentent devant vous. Good luck with that!

  • Lien vers le commentaire Charles DEREEPER dimanche, 13 mai 2012 09:02 Posté par Charles DEREEPER

    Du très grand LOIC !!!!!

  • Lien vers le commentaire Henri Dumas jeudi, 10 mai 2012 07:06 Posté par Henri Dumas

    Cet article est vraiment excellent et tellement logique.
    C'est le principe de la "défaisance" nationale appliqué à l'Europe, principe qui permet à la SNCF de continuer à boulotter des milliards incognito, la dette ayant été basculée à RFF et les trains maintenant achetés par les régions. C'est cool.
    Cordialement. H. Dumas

  • Lien vers le commentaire ursus35 jeudi, 10 mai 2012 06:48 Posté par ursus35

    Le problème c'est que les électeurs sont pour la plupart incultes (historiquement, économiquement)et qu'il est très facile de leur faire gober n'importe quoi.
    J'ai des amis fonctionnaires qui sont persuadés que F.HOLLANDE peut et va renégocier le pacte budgétaire !

    Ils n'arrivent pas à admettre que leurs salaires et retraites sont payés par la vente de nos obligations sur les marchés et que ça peut s'arrêter du jour au lendemain.

    Ils n'arrivent pas à admettre que le gouvernement Français n'a pratiquement plus de pouvoir vis à vis des décisions européennes.

    Ils vont tomber de haut quand ils s'apercevront que la "gauche", "la droite", "Le centre","Les extrèmes" ne peuvent rien faire en face de l'Europe, sauf en sortir avec des conséquences imprévisibles pour l'instant.

  • Lien vers le commentaire karlusson jeudi, 10 mai 2012 06:36 Posté par karlusson

    c'est un peu comme valoriser dans les bilans des banques des actifs qui ne valent plus rien, ce serait appliquer un principe comptable "à la mode" pour les Etats ; des affaires de balances et d'équilibre précaire.