Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

Le pays à surveiller de 2013 à 2015 - le Japon

Audience de l'article : 6152 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 10 réactions
Votez pour cet article
(9 Votes) - Note : 4.33
Partagez cet article avec vos connaissances
Les dernières élections au Japon ont vu la large victoire du parti libéral-démocrate de Shinzo Abe, et ont déclenché l’enthousiasme sur les marchés japonais, avec un Nikkei en hausse de plus de 20% en seulement deux mois, et qui est sorti du canal de consolidation dans lequel il se trouvait englué depuis le début 2010 (avec un premier objectif à 12500 pour cette figure). L'indice est donc parti pour réaliser un nouveau rebond pluriannuel sur le modèle de ceux observés au cours des années 90.

nikkei2712


Cet enthousiasme s’explique par le programme politique de Shinzo Abe, qui consiste à ouvrir en (encore plus) grand les vannes des dépenses publiques et du crédit, en faisant acheter cette dette par la banque centrale japonaise : Selon le business Time, le parti de Shinzo Abe prévoit d’engager un nouveau plan de relance de 2400 milliards de $ (40% du PIB japonais). Le japon n'était pourtant pas un modèle de rigueur avant cette élection: Bien au contraire, sa situation budgétaire était plus qu’alarmante, avec un déficit voisin de 10% du PIB en 2012, et une dette publique prévue atteindre 236% du PIB en brut et 144% du PIB en net pour 2013...Presque de quoi élever la Grèce, l'Espagne et le Portugal au rang de bons élèves, mais cela n'inquiète visiblement pas Shinzo Abe, décidé à progresser encore plus vite sur la route de la fuite en avant dans la dette.

La hausse de la dette publique japonaise n'avait jusqu'ici inquiété personne, parce qu'elle fonctionnait suivant un modèle bien éprouvé : la balance commerciale excédentaire, grâce à un solide secteur privé exportateur, fournissait au japon et aux ménages épargnants une manne qui les aidait à acheter la dette publique de leur pays, pour préparer (terme bien optimiste dans le contexte actuel !) leur retraite.
Aujourd'hui, ce modèle touche à sa fin : la balance commerciale japonaise est devenue négative de façon régulière depuis 2011, pour la première fois depuis plusieurs décennies :

tradejapan

Shinzo Abe va donc devoir faire tourner la planche à billets pour financer le déficit public, dans l’hypothèse (probable) où la demande des épargnants japonais ne suffirait plus à absorber ce flot de nouvelles dettes. Et c'est là que le cas japonais nous intéresse, puisque ce mode de financement du déficit public est aussi celui qui a été choisi par la FED (avec ses programmes de quantitative easing à répétition), et la BCE (via ses rachats directs ou indirects de dettes publiques des pays d'Europe du Sud, qui font que l'Europe est devenue aujourd'hui une sorte d'état fédéral où les pays d'Europe du Nord subventionnent ceux du sud, bien entendu sans la moindre consultation démocratique des peuples concernés).

Le Japon est engagé bien plus loin que l'Europe et les USA sur la route du surendettement, il serait donc logique que ce soit la première grande économie à subir une crise de la dette à grande échelle (donc non contrôlable par l'action d'une banque centrale), avec une dévaluation de sa monnaie et une restructuration massive de sa dette publique. Ce n’est sans doute pas encore d’actualité, et le plan du nouveau premier ministre pourrait provoquer une nième reprise fantôme en 2013…Mais le jour où cette crise se produira, ce sera le signal de fin de partie pour toutes les autres économies qui suivent actuellement le modèle japonais, à commencer par les USA.

Surveillez donc attentivement ce qui se passera au Japon dans les trimestres à venir !

En attendant cela, les économies européennes et américaines semblent s'engager de plus en plus dans la "japonisation", c'est à dire une situation associant une stagnation économique et boursière, des taux proches de zéro, une inflation faible, et une dette publique en progression rapide sous l'effet de la répétition des plans de "relance" ou de "stabilisation".

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année 2012, et à très bientôt sur objectifeco.

Loïc Abadie





loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

10 commentaires

  • Lien vers le commentaire karlusson dimanche, 06 janvier 2013 18:13 Posté par karlusson

    donc vous reprenez votre scénario "déflation" malgré les QE ?

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper jeudi, 27 décembre 2012 21:10 Posté par Charles DEREEPER

    Le LEAP 2020 annonce un effondrement au dernier trimestre 2012. comme ils passaient pour des glands, ils ont finalement opté en disant que le chaos était bien arrivé ... par le biais de l'ouragan.

    Autre prévision : il joue un écroulement des devises depuis 4 ans sur l'euro dollar, alors que la parité est totalement stable. Et j'en passe.

    il existe pleins de prévisionnistes qui sont presque tous plus crédibles que LEAP qui est du meme niveau de Marc Touati. LEAP 2020 est spécialisé sur l'émotion PEUR. ils n'ont absolument aucune idée de ce qu'est investir de l'argent.

    Alors comparer loic abadie avec LEAP, c'est quand meme comparer de la bouffe pour bestio avec de la bouffe humaine...