Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jacques SAPIR

Jacques SAPIR

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

La marche triomphale de François Fillon ?

Audience de l'article : 778 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
François Fillon vient donc d’être élu candidat de la droite par plus de 67% de voix au deuxième tour de la « primaire » de la droite et du centre. Il devance de manière spectaculaire son adversaire, Alain Juppé. Pourtant, la campagne pour le second tour avait été marquée par des attaques multiples, des insinuations déplaisantes, des calomnies. La faute en revient principalement à Alain Juppé, et le moins que l’on puisse en dire est qu’il n’a pas pris sereinement sa position d’outsider, lui qui était persuadé d’être le favori de l’opinion et des sondages. Les insinuations d’Alain Juppé posent d’ailleurs un véritable problème à la vie démocratique. De même en est-il de son appel, fort mal déguisé, aux électeurs de « gauche » de venir le soutenir dans la primaire de la droite et du centre. Cela revenait à vouloir faire choisir le candidat d’un camp par l’autre camp.

Le premier tour de cette primaire avait vu M. François Fillon enregistrer plus de 44,1% des 4,2 millions d’électeurs qui se sont déplacés pour cette primaire, devançant de loin Alain Juppé (28,6%) et Nicolas Sarkozy (environ 20,4%). Le second tour, qui a donc vu ce résultat largement confirmé, restera quant à lui marqué par la détestable campagne d’Alain Juppé. Il a vu près de 4,5 millions d’électeurs se déplacer, ce qui est à la fois beaucoup pour une « primaire », et en réalité peu quand on compare ce chiffre au corps électoral français. Les commentateurs auraient tort de l’oublier. Quand on sait que 36 millions d’électeurs s’étaient déplacés pour l’élection Présidentielle de 2012, on mesure que ce ne sont que 12,5% de ce nombre que l’on retrouve lors du vote de ce dimanche 27 novembre. François Fillon a triomphé de son adversaire, mais sur un électorat limité.

Les racines de ce succès

Le triomphe de François Fillon témoigne de la victoire d’une certaine clarté sur les choix ambiguë d’Alain Juppé, sur l’excitation vaine de Sarkozy. Car, François Fillon a produit un véritable programme, qui a sa cohérence. Il ne s’est pas réfugié dans le clair-obscur du clientélisme, ni dans l’agitation brouillonne et désordonnée. Les électeurs de droite lui en ont tenu gré. Ils ont retrouvé, dans le projet présenté par François Fillon, l’expression claire des thèmes d’une droite conservatrice, qui a été abusivement présentée comme « ultra-libérale ».

Cette victoire est aussi la défaite de l’idéologie néoconservatrice atlantiste qui s’est répandue en France depuis la victoire de Nicolas Sarkozy et qui infecte tant la « gauche » que la droite. François Fillon veut revenir à une position plus conforme avec la tradition gaulliste, en reconnaissant le rôle essentiel tant de la Russie que de l’Iran pour le règlement de nombreux conflits. Cette position lui a valu de nombreuses attaques, mais elle correspond bien aux intérêts de la France, et ceci les électeurs votant à la « primaire » l’ont compris.

Il faut ici noter que 15% des électeurs de cette « primaire » étaient dits « de gauche » (soit qu’ils aient votés pour François Hollande en 2012, soit qu’ils aient émis des préférences pour la « gauche ») et 9% des électeurs avaient des sympathies pour le Front National. Cela était possible en raison même du mécanisme électoral de la « primaire ». On a donc eu 25% des électeurs qui n’étaient pas de la famille politique dite « de la Droite et du Centre ». Sans être décisif, ce nombre n’’est pas marginal. Il a pu expliquer l’échec de Nicolas Sarkozy au premier tour de la « primaire », mais n’a visiblement pas eu d’influence sur le second tour.

Un autre facteur doit ici être mentionné : les médias s’étaient largement focalisés pour le premier tour sur Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ; ils avaient maintenu une large préférence pour Alain Juppé pour le second tour de cette « primaire ». Or, ces médias sont aujourd’hui tellement déconsidérés, tellement considérés pour ce qu’ils sont, soit des instruments de propagande au point que l’on peut parler de « caste » entre une partie des acteurs politiques et une large partie des journalistes, que les électeurs ont réagit à l’inverse de ce que disaient ces mêmes médias. Ces médias ont ainsi tellement galvaudé des étiquette politiques, comme « ultra-libéral » ou « extrême-droite », que ces mots ont largement perdu leur sens, et n’ont certainement plus le pouvoir répulsif qu’ils pouvaient avoir avant.

Le naufrage politique d’Alain Juppé

Cette victoire de François Fillon est aussi la défaite, et on peut même dire le naufrage, de son adversaire, Alain Juppé. Défaite politique, assurément : le score final est sans appel. Mais aussi naufrage moral car Alain Juppé s’était propagé en insinuations diverses contre son adversaire, au point de provoquer dans son propre camp des remous visibles. François Fillon est catholique et il n’en a pas fait mystères. Son adversaire veut en faire ce que l’on appelle un « intégriste » et met en doute ses propos sur l’avortement. Bernard Debré, soutien de Fillon et chirurgien connu, mais aussi frère et fils d’autres Debré fameux dans la vie politique, a répondu à Alain Juppé sur son blog [1]: « Comment oser affirmer que François Fillon soit contre l’avortement et veuille en abolir la loi ? Dis-toi bien que s’il en avait été ainsi, je ne l’aurais pas soutenu, moi qui suis chirurgien et qui ai vu les ravages mortels de l’avortement clandestin. J’ai vu mourir des jeunes filles aux urgences de l’hôpital qui s’étaient faites avorter dans des arrière-boutiques de faiseuses d’anges. Ton affirmation est non seulement fausse, mais aussi et surtout nauséabonde ».

Au-delà, les insinuations vipérines d’Alain Juppé et ses prises de positions outrancières, convoquent la religion dans un domaine où elle n’a rien à faire. Que Monsieur Alain Juppé ait voulu faire référence au pape dans un débat politique[2]est d’une rare stupidité. Il aurait du pourtant savoir que le principe de laïcité s’oppose à cela[3].

Ces attaques furent goulument relayées par les éditorialistes de la « gauche », dont l’exemple le plus éclairant est M. Laurent Joffrin, dans Libération du 21 novembre dernier, qui écrit : « Le révérend père Fillon s’en fait le prêcheur mélancolique. D’ici à ce qu’il devienne une sorte de Tariq Ramadan des sacristies, il n’y a qu’un pas »[4]. Au-delà de la stupidité qu’il y a à comparer François Fillon à Tariq Ramadan, il y a là une volonté de confessionnaliser le débat politique. Alain Juppé en porte la responsabilité, et c’est irresponsable de sa part. Mais, la « gauche » boboïsée, dont Monsieur Joffrin, saute sur l’occasion pour nous montrer comment elle est passée du droit à la différence à la différence des droits. C’est très précisément le type de propos qui explique la perte de crédibilité des médias. Et cela est en réalité tragique de par les conséquences que cela peut avoir. Le principe de laïcité s’impose si l’on veut un débat et non une guerre civile.

Le choix mortifère de François Fillon

Mais, le projet de François Fillon n’est pas sans poser de graves problèmes, en particulier dans ses aspects économiques et sociaux. Et l’on doit critiquer ces propositions et les projets comme on l’a fait ces derniers jours[5].

François Fillon veut en réalité adapter complètement la France au cadre de l’Euro et, de ce point de vue, ses propositions sont cohérentes, qu’elles concernent l’âge de la retraite, la durée du travail, l’alourdissement de la fiscalité, la diminution drastique du nombre des fonctionnaires, ou la réforme de la sécurité sociales. Mais, si ses propositions sont cohérentes, elles sont aussi catastrophiques en réalité non seulement pour la France mais au-delà pour les pays européen qu’elles enfonceront encore un peu plus dans la dépression[6]. Elles entraîneraient une forte hausse du chômage en France et auraient des répercussions désastreuses dans toute l’Europe. Il ne faut pas oublier que la France reste la seconde économie de la zone Euro. L’entrée de la France dans une récession qui devient probable avec le projet de François Fillon aura des conséquences néfastes sur les autres économies de la zone.

Ces propositions sont équivalentes à ce que fut la politique de Pierre Laval en France, de Ramsay MacDonald en Grande-Bretagne, du Chancelier Brünning en Allemagne dans les années trente. Ces politiques ont eu des effets cumulatifs, car les échanges économiques étaient importants entre ces trois pays et elles ont conduit à des catastrophes tant économiques que politiques.

François Fillon a pour point de vue que l’Euro est irréversible et qu’il nous permet de construire un cadre commun en Europe. Je pense, et je le dis depuis des années, que rien n’est irréversible, et que l’Euro conduit en réalité l’Europe à sa destruction, d’abord économique, mais aussi politique. L’Euro détruira, si on le laisse faire, ce qui existe de coopération économique mais aussi et surtout de coopération politique en Europe. Je précise que je ne suis pas le seul à le dire, qu’il s’agisse de collègues économistes[7], ou d’un prix Nobel comme Joseph Stiglitz[8].

La cécité dont François Fillon fait preuve à cet égard est assez étonnante pour un homme qui s’était, à l’époque, opposé au traité de Maastricht. Elle provient, en réalité, de ce qu’il ne veut, et ce sous aucun prétexte, remettre en cause la monnaie unique. Cet attachement à l’Euro donne toute sa cohérence à ses propositions. Or, l’existence d’un écart lié à la fois à la sous-évaluation de la monnaie allemande dans le cadre de l’Euro et à la surévaluation de la monnaie française est indéniable. Une étude du FMI l’évalue à 21%[9], ce qui semble un chiffre minimal, et probablement sous-évalué. Sans un écart du taux de change d’au moins 25% entre l’Allemagne et la France (et sans doute plus, de l’ordre de 30%), la France n’est pas compétitive. Mais, comment peut on obtenir un tel écart dans un régime qui fixe les parités monétaires, tout comme l’étalon-Or des années vingt et trente du vingtième siècle le faisait ?

L’austérité ou l’Euro

On critiquera donc sans relâche François Fillon sur ce qu’il propose. Non pas parce que ses propositions mais parce qu’elles conduiraient à un désastre, non seulement économique mais aussi social. Ce désastre entraînera des conséquences politiques incalculables et risque bien de tuer définitivement l’esprit de coopération qui régnait en Europe, et qui est en train de disparaître. La politique de François Fillon est anti-européenne non pas parce qu’il veut réduire, à raison, les prérogatives de la commission mais parce que les conséquences de sa politique entraîneront un éclatement à terme de tous les cadres de coopération. Telles sont donc nos divergences. En l’état, elles sont irréconciliables.

Mais, ces divergences n’autorisent personnes, et encore moins des gens qui en réalité partagent les positions de François Fillon sur l’Euro et ne présentent quedes versions hypocrites de la politique qu’il a au moins le courage de présenter clairement, à déformer, dénaturer ses propos et à calomnier ce dernier. François Fillon aurait mieux fait de rester fidèle aux idées de Philippe Séguin, auquel il rendit un hommage appuyé et émouvant à l’Assemblée Nationale, mais dont il trahit aujourd’hui la pensée.

D’autres ont fait un choix inverse, votant pour le traité de Maastricht pour reconnaître, quelques années après qu’ils s’étaient trompés et en tirer toutes les implications. Jean-Luc Mélenchon est de ceux là.

D’autres, enfin, se sont toujours opposés, et pour des raisons argumentées, à la montée d’une Union européenne supranationale, dont on voit bien aujourd’hui qu’elle est anti-démocratique et liberticide, mais dont surtout on peut constater qu’elle mène les peuples à la misère et à la régression sociale. Plus que jamais, l’élection présidentielle qui s’annonce sera celle ou le choix de l’Euro ou de l’austérité sera le plus clair. Elle opposera deux visions de l’avenir de la France, et deux cohérences.

Cette cohérence reste cependant largement à construire chez les opposants à cette politique, soit de Nicolas Dupont-Aignan, de Jean-Luc Mélenchon et de Marine le Pen. Que cela soit possible n’est pas encore certains. Le choix fait par les 4,5 millions d’électeurs ce dimanche 28 novembre a eu l’immense mérite de faire émerger un projet cohérent, mais qui sera mortel s’il devait être appliqué. Il est donc du devoir de ceux qui s’opposent à ce projet de se hisser au même niveau de cohérence afin que les français, dans quelques mois, puissent choisir projet contre projet.

Il faudra donc construire une cohérence alternative, en montrant à la fois tout ce que l’euro impose mais aussi – et surtout – tout ce qu’une sortie de l’euro permet. Il faudra établir une cohérence entre la macroéconomie et la microéconomie, qui, elle, parle aux français. Il faudra aussi établir une cohérence entre cette sortie de l’euro et les comptes sociaux, et montrer comment un retour à une forte croissance conduira au rééquilibrage et à la stabilisation de ces dits comptes. Il faudra, enfin, tirer toutes les conséquences de cette sortie de l’euro quant aux lois sociales, et en particulier abolir la fameuse « loi travail » dite encore loi el Khomri.

Sur la base d’un projet cohérent, qui articule à la fois le volet économique et le volet social, qui redonne à la France sa dynamique dans le concert des Nations, et lui permet de faire de véritables propositions tant par rapport aux conflits qui aujourd’hui ensanglantent le monde que par rapport à la nécessaire coopération entre les Nations européennes, on pourra s’opposer au projet de François Fillon, le déconstruire, et finir par le battre. Tel doit être l’objectif.

Une gauche en déshérence

Alors que la « gauche » institutionnelle est aujourd’hui clairement en morceaux, avec l’affrontement désormais clairement ouvert entre Manuel Valls et François Hollande, les électeurs de gauche sont en déshérence. Ce n’est certes pas la candidature d’Emmanuel Macron qui pourrait les attirer, ce dernier se situant dans le même cadre, mais avec un discours tout différent, de François Fillon. Le simple fait qu’à Marseille, Emmanuel Macron ait reçu le soutien de Guérini devrait ouvrir les yeux à tous ceux qui s’émerveillent sur la candeur et la nouveauté du personnage. Il est en réalité l’instrument d’une politique vieille comme le monde, et d’intérêts qui ne le sont pas moins.

Ce n’est pas non plus une candidature potentielle de Manuel Valls ou d’Arnaud Montebourg qui pourra répondre aux besoins et attentes de cet électorat. Quant à une possible candidature de François Hollande, elle apportera la touche de ridicule final à cette mandature commencée sous le signe de la banalité et qui s’achève dans la tragédie.

Ces électeurs de gauche, qui ont été trompés et méprisés par le parti « socialiste », il faut les réunir autour de ce projet cohérent et leur montrer qu’il n’y a plus de perspectives de progrès si l’on reste dans la zone Euro. La dissolution de cette dernière devient aujourd’hui la question qui fera clivage entre la gauche et la droite. Mais, pour arriver à cela, il importe que la gauche retrouve le sens de la République et celui de la Nation, et qu’elle se défasse définitivement des habitudes clientélistes dans lesquelles le P « S » l’a maintenu trop longtemps.

[1] http://www.bernarddebre.fr/2016/11/22/lettre-ouverte-a-alain-juppe-2/

[2] http://www.bfmtv.com/breves-et-depeches/contrairement-a-fillon-juppe-est-plus-proche-du-pape-francois-que-de-la-manif-pour-tous-1062000.html

[3] Voir mon ouvrage Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Editions Michalon, 2016.

[4] http://www.liberation.fr/france/2016/11/21/sacristie_1530009

[5] Voir Sapir J., « François Fillon, clarté et incohérences », note postée sur le carnet RussEurope, le 22 novembre 2016, https://russeurope.hypotheses.org/5446 et Sapir J., « François Fillon, de Gaulle et Jean Monnet », note postée sur le carnet RussEurope, le 21 novembre 2016, https://russeurope.hypotheses.org/5440

[6] Sapir J., L’Euro contre la France, l’Euro contre l’Europe, Paris, éditions du Cerf, 2016.

[7] Coll., L’Euro est-il mort ?, Paris, Editions du Rocher, 2016

[8] Stiglitz J.E., L’Euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2016.

[9] IMF, 2016 EXTERNAL SECTOR REPORT, International Monetary Fund, juillet 2016, Washington DC, téléchargeable à : http://www.imf.org/external/pp/ppindex.aspx
Poster un commentaire