Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

Taux d'intérêt et rendements : l'espérance de vie aura le dernier mot, pas la Fed !

Audience de l'article : 3259 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

Toujours pour répondre aux interrogations que je reçois par mail, je traite ici le sujet des taux d'intérêt et du rendement de l'épargne :

Ces taux sont forcément liés à notre espérance de vie et à la notion de delay discounting.

Si ils deviennent durablement trop bas, il y aura simplement un arbitrage de l'épargne vers d'autres solutions (consommer ou entreprendre) !

L'épargne n'est pas un produit "inélastique" comme le pensent implicitement les partisans de la théorie de la prime de risque des placements actions sur les placements dits "sans risque" (terme absurde, car même un placement monétaire en euros comporte un risque important, par exemple celui d'une implosion de l'euro ou d'un épisode d'hyperinflation suite à un abus de planche à billets). Nous avons toujours le choix entre épargner, consommer immédiatement ou investir dans un projet d'entreprise !

Le rendement (inflation déduite) obéit à une nécessité fondamentale : le taux servi sur l'épargne doit être suffisamment attractif au regard de notre espérance de vie, sinon nous n'avons aucun intérêt à nous priver maintenant pour profiter plus tard de notre épargne.


Suivez mes opérations en temps réel sur mon compte ici, et obtenez un suivi régulier de la situation des marchés et de l'économie : http://formation.objectifeco.com/loc-abadie-portefeuille-pea/




loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Julien M samedi, 16 mai 2020 12:25 Posté par Julien M

    salut.

    Je rajouterai au commentaire de malta, un truc que Loic a oublié dans son raisonnement.

    Beaucoup épargnent surtout "par sécurité", par peur de l'avenir, perte d'emploi... hausse des impôts... divorce... enfants... donc à moins que le rendement soit négatif, les Français vont continuer à épargner... pour preuve, le taux du livret A a baissé et ça n'a pas empêcher ses encours de progresser.

    Donc le raisonnement de Loic est valable uniquement pour la partie Epargne dont on n'a pas besoin à court et moyen terme, cette part d'épargne que traditionnellement on investi en bourse pour le long terme... Tout le monde ne fait pas du trading...

    amha ;-)

  • Lien vers le commentaire Malta4seasons vendredi, 15 mai 2020 09:03 Posté par malta4seasons

    Encore une fois une article intéressant. Quelques remarques toutefois : 
    - certaines personnes n'épargnent pas que pour eux-mêmes mais aussi pour leur descendance, dans ce cas de figure on peut considérer que l'espérance de vie d'épargnant est beacoup plus longue (peut être infinie pour certaines familles)
    - lorsque les personnes n'épargnent plus et consomment, ils relancent la machine économique et donc quelque part ils contribuent à la hausse des marchés

    Ceci dit, les investisseurs sont effectivement obligés de prendre de plus en plus de risque pour trouver un rendement plus naturel. La prise de risque crée des bulles qui finissent toujours un jour ou l'autre par éclater