Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Gilles Janssen

Gilles Janssen

Amoureux de la vie et passionné par la finance, ma conception de la vie est qu’elle ne se vit pleinement qu’à condition d’être libre, càd libre de nos schémas mentaux et donc également des attentes diverses, internes et externes, qui pèsent sur nous. Est-ce réellement atteignable ? Aucune certitude… mais s’en rapprocher me passionne.

Pour les attentes internes, chacun sa m***** et doit créer sa propre voie. Pour les attentes externes, je ne vois que trois façon d’y arriver : L’acceptation totale de sa condition, se retirer loin de tout (idéalement en groupe qui partage ta vision) ou l’indépendance financière. Je me suis lancé dans cette troisième option.

Plus pratiquement, j’ai 15 années d’expérience dans la finance et quelques expériences d’entreprenariat, dans l’immobilier principalement mais également une en e-commerce.

Chacun doit construire sa vérité, que ce soit en ce qui concerne la gestion de son patrimoine ou dans la vie en général, et j’espère que mes réflexions vous permettront d’enrichir les vôtres.

« L’expérience compte plus que le résultat… …qui de toute façon nous dépasse et ne nous appartient pas »









 

promospeciale

Le grand reset à l'oeuvre? La suite des opérations...

Audience de l'article : 1575 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Cet article se veut la suite de celui-ci :

http://www.objectifeco.com/economie/politiques-economiques/banques-centrales/le-grand-reset-a-l-oeuvre.html

Je ne reviens pas sur les dernières news dont Charles a parlé ici :

http://www.objectifeco.com/economie/politiques-economiques/capitalisme/le-corona-virus-n-est-plus-considere-comme-tres-dangereux-par-la-grande-bretagne-le-complot-se-confirme.html

Je vais maintenant m’intéresser uniquement aux conséquences à long terme sur nos patrimoines. Pour cela, il faut d'abord savoir où l'on va et c'est le but de cet article. N'hésitez d'ailleurs pas à le challenger dans les commentaires. J'adore cela et il y a toujours plus dans deux têtes que dans une. Pourquoi s'intéresser au long terme? Car compte-tenu des turbulences géopolitiques évoquées dans mon article précédent, il me semble plus judicieux de viser un patrimoine en 2023 que de viser des performances intermédiaires. D’ici là, je pars des hypothèses que les impacts de tout ce bordel vont :

- enfoncer la zone euro en récession.

- faire vaciller Trump. A voir s’il gardera le cap. La machine médiatique US va se remettre en marche, c’est sûr. Une guerre du pétrole pour exporter la démocratie n’est malheureusement pas à exclure cet été… Iran, Vénézuela ou Arabie Saoudite ? Les paris sont ouverts… Les traders risquent de s’éclater à jouer la volat qu’il y aura d’ici aux élections US mais pour confirmer des positions de long terme sur le marché US, il faudra attendre l’approche des élections de novembre. Une reprise en V semble peu probable d’ici là malgré le spectaculaire rebond festif de cette semaine. Il faut dire que les hôtes avaient drôlement bien achalandé le bar ! Il y avait des milliards à gogo. Il ne manquait que les strip-teaseuses pour faire l'animation ! Au passage, je m’étonne toujours qu’on n’ait pas une thune pour les hôpitaux mais que, pour la bourse, on trouve toujours ce qu’il faut en un temps record. Ca devait être expliqué pendant les cours d’économie politique que je séchais, dommage…

Pour ceux qui avaient encore des doutes, ils retiendront également que la monnaie sera sacrifiée sans limite pour que la fête puisse continuer.

- pousser l’Asie à accélérer le redéploiement de ses exportations autour de la route de la soie 2.0. De ce fait, elle va de moins en moins recycler ses excédents en USD. Le déficit US risque donc d’être de plus en plus difficile à financer. Cela devrait pousser les taux US à la hausse et à une dévaluation de l’USD.

Sur cette base voici plus ou moins ce à quoi il faut s’attendre dans les prochaines semaines/mois par ordre chronologique:

  1. Plusieurs vagues de QE ou QE-like en zone euro et aux USA. Rebonds des marchés sans pour autant inverser la tendance baissière (à l’exception du Nasdaq peut-être). Voir pour les autres indices US en fonction des élections. A chaque vague, les injections monétaires devront être de plus en plus importantes pour arriver à stimuler le marché.
  2.  Faillites d’entreprises/d’indépendants et augmentation du chômage. Augmentation de la population dépendante des états et explosion des dépenses sociales. Prise de conscience de l’ampleur des déficits des états. L’or cassera alors probablement la résistance des 1800USD. Il n’est pas impossible que les USA souffrent plus fortement sur ce point et que, combiné à leur difficulté croissante à financer leur déficit, cela puisse conduire à une appréciation temporaire de l’EURUSD assez forte, pour autant que le seuil de 1,05 ne soit pas cassé avant. L’allocation universelle dont on a déjà commencé à reparler pourrait sortir. Cela peut en faire rêver certains qui s’imagine vivre en ne foutant rien. Dans la pratique, j’ai peur que sera plutôt la servitude pour le plus grand nombre et l’assurance que vous resterez dépendant du système politique en place. Il n’y aura plus d’alternative ni politique et par conséquence, ni économique. Voir qui de l’US ou la Chine financera les déficits européens en sortie de crise pour savoir vers où la géopolitique s’orientera... Cela dépendra évidemment du résultat des élections US. A noter que l’aide médicale fournie à l’Italie est venue… …de Chine. 
  3. Augmentation des prêts non-performants dans le bilan des banques européennes et valeur de leur actions à la cave.
  4. Explosion des taux d’intérêt de la zone euro. Je ne serais pas surpris qu’on reparle d’un retour du virus peu avant.
  5. Résolution/nationalisation des banques européennes les plus fragiles, et il risque d’y avoir des surprises dans les nominés... (Mise en application du premier pilier du global reset)

L’issue du reset mènera à un monde géopolitique bipolaire : US/UK-Chine qui se feront un plaisir de racheter les meilleures actifs et technologies européennes à prix bradés. Enfin, ceux qu'ils n'ont pas déjà.

Concernant le timing, les banques centrales peuvent faire durer le jeu tant que la confiance dans l’euro est là… et il est évidemment impossible de prédire le timing d’une rupture de confiance. La composante politique et le timing des élections risquent d’être de meilleurs indicateurs sur ce point que les outils financiers. Il y a néanmoins des indicateurs qui permettent de suivre et de valider ce scénario. Par ordre chronologique :

  1. Indices boursiers de la zone euro incapables d’inverser la tendance baissière. Le Nasdaq (et le SSE ?) devrait repartir dans une tendance haussière.
  2. Cassure des 1800USD pour l’or, qui s’envolera alors…
  3. Cassure des 1,05 pour l’EURUSD (à noter qu’il n’est pas impossible qu’il survienne avant la cassure de l’or)
  4. P/E du SP500. Voir l’article de Charles ici : http://www.objectifeco.com/bourse/analyse-fondamentale/approche-valeur/toujours-pas-d-opportunite-valeur-malgre-la-baisse-historique-de-22-en-2-semaines.html

Dans ce contexte, une information intéressante à noter est celle-ci :

https://www.nytimes.com/2020/03/13/business/europe-germany-coronavirus.html

A partir du moment où l’Allemagne accepte de financer les déficits des autres pays de la zone euro, le spread de taux ne voudra plus rien dire. Si ce mouvement continue, cet indicateur ne sera donc plus à considérer.

J’aborderai la gestion de patrimoine dans ce contexte lors d'un prochain article. D'ici-là, portez-vous bien et bon week-end !
Poster un commentaire

1 Commentaire