Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

La BPCE répercute à ses clients les taux négatifs qui lui sont appliqués par la banque centrale

Audience de l'article : 1675 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
La BPCE (Banque Populaireet laCaisse d’Épargne)frappe la première. La banque répercute à ses clients les taux négatifs qui lui sont appliqués par la banque centrale.

Dit autrement, la banque facture des commissions pour stockage de cash en banque. C’est comme si votre banquier venait vous voir et vous disait :

         « Cher monsieur BonPère, dorénavant vos dépôts  seront  soumis à une taxe. »

Si vous avez bien suivi vos cours d’économie lorsque vous étiez étudiant, vous lui répondrez sans doute :

« Mais monsieur le banquier… mes dépôts font vos crédits ? Vous travaillez et gagnez de l’argent avec MON argent que vous transformez en prêt long terme. C’est bien votre business non ?

Alors pourquoi dois-je vous payer une taxe sur  MON argent qui VOUS rapporte ? »

Votre banquier vous expliquera alors la chose suivante :

« Mais monsieur BonPère…  rendez-vous compte de ma situation…

Vous avez mis 10 000€ sur votre compte courant. Soit je fais travailler cet argent en le transformant en crédit. Mais s’il n’y a pas de demande… je suis obligé de déposer votre argent chaque nuit à la banque centrale !

Et la banque centrale me facture à chaque fois 0,4% (prorata temporis).

Donc votre argent me coûte de l’argent  mon cher  Bonpère… Vous comprenez ? »

Non… Vous n’y comprenez rien. Votre logique implacable est restée scotchée sur le carreau. Votre esprit rationnel est pris en défaut.

Placer de l’argent et se le faire amputer au lieu de recevoir un intérêt…  ce n’est pas normal.

Nous marchons sur la tête et expérimentons quelque chose qui relève l’absolue irrationalité. C’est ainsi.

Les banques centrales ont tellement injecté d’argent qu’il y a trop d’argent dans le circuit. On ne sait plus qu’en faire. Et comme en face la demande de crédit n’est pas là… on se retrouve avec trop d’argent sur les bras.

L’économie réelle n’a pas faim. On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif… surtout lorsqu’ il est déjà gavé jusqu’à plus soif de crédits en tous genres…

Alors l’argent reste coincé dans les sphères financières, crée des bulles et enrichit les plus riches.

Nous caricaturons à l’extrême, nous direz-vous. Vous avez raison. Mais sur le fond, n’est-ce pas ce qui se passe ?

Mais revenons à la BPCE qui répercute les taux négatifs

La répercussion des taux négatifs sur votre compte courant, vous n’y avez jamais cru ? Vous vous disiez que c’était bon pour les Suisses, les Allemands, les Suédois… mais qu’en France cela n’arriverait jamais ?

Et bien si. Nous y sommes. Vous étiez prévenu.

Dorénavant, les dépôts bancaires des grandes entreprises seront taxés à hauteur de 0,4% par la BPCE. Le mouvement est lancé, les  autres banques suivront, nécessité de reconstituer leurs marges oblige.

Et nous pouvons d’ores et déjà vous décrire l’étape suivante : il y aura extension de cette politique aux comptes courants des particuliers.

Mais bien sûr, là encore vous n’y croyez pas… et pourtant, c’est déjà le cas chez certains de nos voisins européens.

Pour ceux que cela intéresse, il y a une parade… pour l’instant

Les assureurs l’ont bien compris et ont été les premiers à s’engouffrer dans cette brèche. Ces derniers disposent de montagnes de cash ; or les déposer à la banque centrale leur coute 0,4%. Et 0,4% sur des milliards d’euros, cela finit par coûter très cher.

Du coup, le réassureur Munich Re, plutôt que de payer cette pénalité, commence à retirer son argent de la BCE et le transformer en cash (argent « sonnant et trébuchant » ), cash qu’il stocke dans des coffres. Là au moins, pas de ponction. Les caisses d’épargne bavaroises, aussi fières que rebelles, font de même.

Vous l’avez compris, pour contourner la taxation, il faut débancariser  son argent, le conserver en cash.

Mais si vous y avez pensé, eux aussi…  Voilà pourquoi les transactions cash ne sont plus autorisées en France que jusqu’à 1 000 euros. Voilà aussi pourquoi la BCE a décidé il y a quelques jours de ne plus imprimer le billet de 500€.

Bannissement du cash, répression financière… cher lecteur les temps sont durs. L’étau chaque jour se resserre.

In fine, la suppression du cash vous obligera à laisser votre argent sur votre compte. Les taux négatifs pourront alors s’enfoncer en territoire  négatif pour vous obliger à dépenser votre argent pour faire tourner l’économie réelle.

Dépenser ou être taxé, telle sera alors l’alternative.

(Et ne nous dites pas que c’est impossible, la société sans cash existe déjà. En Suède)

La banque centrale sera alors arrivée à ses fins. Mais à quel prix !

Au prix de votre liberté de choix, cher lecteur. De votre liberté tout court.

Le système monétaire et financier basé sur le crédit sans fin, et piloté d’en haut de façon ultra-centralisée, est devenu incohérent, détraqué. Une véritable fuite en avant, effrénée, dans une voie sans issue…

Depuis des millénaires c’est toujours la même histoire :

$1·         Trop d’argent tue la valeur de l’argent.

$1·         Et trop de dettes étouffe le système de production et la création de richesses réelles

Une grande purge est inévitable. Une table rase de tout. Le grand soir… C’est  ainsi que se sont toujours soldées les périodes de folie monétaire. Et la bonne nouvelle, c’est que nous pourrons alors rebondir. Repartir de zéro. Renaître.

Tout n’est, et n’a toujours été que Cycle, cher lecteur

Même l’univers, en perpétuel expansion, va ralentir, s'arrêter, puis se contracter brutalement et imploser sur lui-même sous son propre poids. C’est le big crunch.

Et je n’ai pas la réponse à la question qui brûle vos lèvres :

« Où diable en sommes-nous dans ce cycle qui a débuté en 1971 avec la fin de la convertibilité du dollar en or »

Poster un commentaire