Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

La baisse des taux va-t-elle repousser la crise ?

Audience de l'article : 2628 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Le discours de la Fed hier soir, qui rend assez probable un nouveau cycle de baisse des taux dans les mois à venir, a fait rebondir Wall Street dans la foulée.
Cet espoir est-il justifié, et une baisse des taux est-elle de nature à relancer les marchés ?
Je vous donne dans cette vidéo des éléments de réponse tirés de cas similaires dans le passé.

Le "grand moment" où tout va s'accélérer, gains comme pertes, se rapproche et je l'attends de pied ferme et même avec une certaine impatience maintenant parce qu'il signifie aussi bien plus d'opportunités qu'aujourd'hui.

http://formation.objectifeco.com/loc-abadie-portefeuille-pea/


loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Malta4seasons jeudi, 06 juin 2019 11:10 Posté par malta4seasons

    Bonjour Loic,

    Quelques remarques : 
     - Dans le cas présent, la baisse des taux d'intérêt pourrait être déclenchée de manière précipitée par un facteur exogène à l'économie qui est la politique de Trump. Une fois qu'il a obtenu ce qu'il souhaite de la Fed, à savoir la baisse des taux d'intérêt, il pourrait très bien annoncer de manière imprévisible un accord commercial "extraordinaire" avec la Chine, booster les marchés et se faire élire en 2020. Je pense que dans ce cas, il faudra attendre quelques trimestres avant que la vraie récession ne commence. 
    - Les taux d'intérêt n'ont jamais été aussi bas, ce qui incite les opérateurs à prendre encore plus de risque que par le passé. Il n'est pas impossible que l'on atteigne de nouveaux sommets avant un retour à la réalité.