Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

L'échec des banques centrales, un pari fou...ou juste du bon sens ?

Audience de l'article : 3610 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances

Dans mon précédent point sur les marchés, je vous faisais part de mes interrogations sur ce nouveau marché baissier qui semble s'enclencher, interrogations liées à l'absence de grande bulle visible apparente comparable à celles des précédents hauts de cycle (les technos en 2000, l'immobilier et la dette des ménages en 2007).
Je disais donc que cette fois la "bulle" que l'on pouvait trouver était plus subtile, c'est celle qui est associée aux politiques des banques centrales et à la confiance que les marchés pouvaient placer dans celle-ci.

Vous me connaissez, mon jugement est avant tout basé sur les choses concrètes, et le bon sens économique à l'ancienne. Je ne pourrai jamais croire qu'on pourra durablement créer des richesses réelles et relancer durablement des économies en photocopiant des morceaux de papier et en faisant joujou avec des taux d'intérêt pour augmenter la fuite en avant dans la dette (même si l'illusion peut fonctionner pendant un temps). Seul le travail et l'innovation peuvent le faire.

La séance de ce soir est à ce titre un signe de plus, et un signe majeur, de l'érosion de la confiance des marchés dans ces banques centrales.
L'annonce de la BCE de déployer (encore plus qu'avant) l'artillerie lourde de ses moyens de politique monétaire pour relancer l'économie a commencé par lancer une forte hausse des marchés (jusqu'à +3% en séance sur le CAC), hausse qui s'est évanouie en quelques heures pour aboutir au final à une baisse de 1,7%.

Cela représente quand même une baisse de 4,7% en intraday !

L'annonce de la BCE allait pourtant au delà de ce que les marchés espéraient :

- Rythme du quantitative easing : rachat d'actifs financiers, essentiellement des dettes publiques passant de 60 à 80 milliards d'€ par mois
- Taux de dépôt encore plus négatif, passant de -0,3 à -0,4%
- Inondation de liquidités pour les banques commerciales via quatres nouveaux refinancements à long terme (LTRO).

Malgré cela, les marchés ont chuté. Tous les indicateurs de confiance dans les banques centrales sont en fait en chute :

- Le dollar ne s'est quasiment pas redressé face au Yen au cours du dernier rebond technique des marchés. Il a même chuté ce soir à la suite de l'annonce de la BCE. Rappelons que dans le contexte actuel, une hausse du yen signifie simplement que les opérateurs soldent leurs positions basées sur la réussite de l'action de la B.O.J (banque centrale japonaise), qui consistaient à acheter les actions japonaises et à vendre du yen.

Graphique dollar / yen :
USDJY


- L'euro est en hausse ce soir face au dollar. Ce mouvement en apparence complètement illogique après une action de la BCE censée affaiblir l'euro par impression massive de liquidités a les mêmes origines que la hausse du yen : Les opérateurs avaient pris des positions sur la réussite de l'action de la BCE (achat d'actions européennes et vente d'euros). Ils les soldent tout simplement ce soir en constatant que cela ne fonctionne pas comme ils l'espéraient.
Ce graphique montre très bien ce qui s'est passé aujourd'hui : une première vague d'acheteurs qui ont vendu l'euro et acheté les indices après l'annonce de la BCE, positions soldées en catastrophe quelques heures plus tard, avec une variation de l'euro de plus de 3% en intraday. Cette volatilité très inhabituelle pour une devise majeure montre clairement que nous sommes en face d'un mouvement de défiance puissant.

Graphique dollar / euro  (yahoo finance) :

usdeur


- La chute des marchés actions ce soir, et la faiblesse du rebond technique de l'indice Nikkei, qui a moins rebondi que les indices US et européens, alors que ce pays est de loin le plus engagé dans les politiques monétaires de quantitative easing est inquiétante. Jamais au cours des précédentes annonces de quantitative easing les marchés avaient réagi en se retournant de cette façon à la baisse en quelques heures (avec 4% perdus en intraday sur les indices européens !).

Un mot pour finir sur la situation des indices ce soir :

Au niveau des indicateurs de sentiment, le nova / ursa ratio vient de réaliser un des plus grands pics d'optimisme de son histoire, et l'EPCRj sort aussi d'un pic d'optimisme assez net :

EPCR1003

L'ampleur des rebonds techniques engagés depuis le 11/02/2016 (US > Europe > Japon) suit un ordre rigoureusement inverse à celui de l'énergie de l'action des banques centrales. Et la position actuelle des indicateurs de sentiment indique que la fin du mouvement de rebond pourrait être proche. Avec des volatilités intéressantes que le mouvement d'aujourd'hui semble annoncer.

Il va donc y avoir des opportunités de trading maintenant et dans les mois à venir que je compte bien mettre à profit, aussi bien dans la lettre PEA que dans la nouvelle lettre swing trading que je vais proposer dès la semaine prochaine !

















loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

1 Commentaire