Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jolicoeur

Jolicoeur

J'ai totalement déconnecté de nos élites auto-proclamées et consanguines, de leurs ministères de la Vérité (médias, éducation nationale, divertissement et arts), de la Paix (guerre), de l'Amour (loi et ordre) et de l'Abondance (économie… non économe).

Je crois au Bon, au Vrai, au Juste et au Beau.

promospeciale

Le prix réel de l'énergie a considérablement décru !

Audience de l'article : 1643 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
1ère partie : L'énergie, l'économie et l'Homme (l'ensemble de ces 3 petits articles ne reprennent que quelques points brillamment exposés par Jean-Marc Jancovici lors de son audition au Sénat du 20/03/2012).


2ème partie : …

Le prix réel de l'énergie est le temps que l'on doit travailler pour se payer 1 kWh. Tout autre unité monétaire est trompeuse, même en monnaie constante.

Entre 1880 et 1970, le prix du baril de pétrole est resté relativement stable à environ 20 $ en monnaie constante. Dans le même temps, la fiche de paye du consommateur occidental était multipliée par 15 à 20. Donc le prix du litre de pétrole, en terme réel, a été divisé par 15 à 20. Toujours dans le même temps, les ingénieurs ont multiplié l'efficacité mécanique d'utilisation d'un litre de pétrole par 2 à 10. Donc le cout du kWh issu de l'esclave énergétique (la machine) a été divisé par 50 à 100 en 1 siècle.
Or le prix réel, c-à-d exprimé en temps de travail, de n'importe quel objet qui existait déjà il y a un siècle, a été divisé par 50 à 100.

L'augmentation du pouvoir d'achat peut donc se ramener, en 1ère approximation, à la baisse du coût réel de l'énergie. Le prix réel de l'énergie continue donc bien de baisser : celui-ci est donc passé de rien (1 000 à 10 000 fois moins cher que le travail humain : cf 1ère partie "L'énergie, l'économie et l'Homme") à encore moins !

On peut cependant objecter que sur la période 1970-2010, le prix des carburants, lubrifiants, électricité et autres combustibles a été multiplié par 2…
Mais dans le même temps, la part de l'énergie dans la consommation des ménages, c-à-d le temps de travail consacré à acheter son énergie, a diminué : il est passé de 38% à 28 % ! (source : SOES, Service de l'Observation Et des Statistiques)

Donc, la hausse très récente du prix réel de l'énergie est mineure sinon négligeable. A l'échelle de l'humanité, j'entends. Ainsi, là, comme dans d'autres domaines, notre problème d'humain narcissique, c'est notre échelle de temps…


3ème partie : L'énergie, nos sociétés, nos modes de vie

Poster un commentaire

3 commentaires

  • Lien vers le commentaire Harry Haller jeudi, 29 novembre 2012 00:46 Posté par harry

    Oui, c'est mieux de le citer à chaque article. L'exposé d'idées comme les siennes trouve pleinement sa place sur ObjectifEco, même s'il a déjà une certaine notoriété. Bonne initiative et bonne continuation !

  • Lien vers le commentaire Jolicoeur mardi, 27 novembre 2012 16:27 Posté par jolis2

    @ harry : Oui, tout à fait : je fais bien référence à JM Jancovici. Je l'ai noté dans la 1ère partie mais le renoterai dans la 3ème (et dernière) partie. Cordialement

  • Lien vers le commentaire Harry Haller mardi, 27 novembre 2012 12:22 Posté par harry

    Vous avez certainement lu ou regardé les présentations de JM Jancovici, c'est un angle vraiment intéressant et nouveau, surtout quand on essaye d'avoir un regard au-delà de nos frontières.

    Recherches sur le nucléaire et les énergies nouvelles (efficaces..) d'un côté, efficence énergétique (innovation !) et changement de mode de vie (rationnalisation).