Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées de temps en temps  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Déflation et robotisation de masse : le truc dont personne ne parle.

Audience de l'article : 1503 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 8 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Le brexit ? Même pas peur.

Trump qui rentre dans la maison blanche, même pas peur.

15% du PIB Japonais sous QE, même pas peur.



Très tôt dans ma carrière j’ai appris qu’un marché qui ne baisse pas face aux « évènements soi disant négatifs » ambiants est un marché qui se renforce.

Surtout, il devient de plus en plus fort quand l’industrie financière dans son ensemble est sceptique car il se construit sur l'émotion opposée de la masse : sceptique/conviction

Ce n’est pas facile de rester optimiste dans ces cas-là, honnêtement je ne le suis pas et j'ai probablement tord.





Au niveau économique :

8 pays sont déjà entrés en déflation, on en parle peu.


inflation déflation


Un premier facteur qui me vient en tête c’est la robotisation de l'industrie.

C'est un processus normal au niveau historique , au début c'est le secteur primaire/agricole qui à vu sa productivité exploser avec la mécanisation.

Aujourd'hui le secteur primaire à atteint un niveau de productivité décent pour nourrir l'humanité ( la production annuelle couvre largement les besoins de la population mondiale , si la faim existe encore c'est qu'elle est maintenue soit par une mauvaise gestion , soit par une volonté propre des organismes qui nous gouvernent).

Désormais c'est au tour du secteur secondaire industriel de voir sa productivité exploser grâce à la robotisation.

Les machines agricoles d'hier soit les robots high tech des usines Renault d'aujourd'hui.



C’est la grosse révolution technologique au sens où Schumpeter l’entendait qui prend forme.


Et à mon humble avis pour les politiques:

1/ une majorité laisse faire, car ils ne comprennent rien aux enjeux profonds

2/ une minorité laisse faire car ils savent très bien que cela va marginaliser profondément une partie de la population et que donc privés de leurs ressources financières , ils tomberont dans les bras de l’état qui verra son pouvoir renforcé sur un nombre d'hommes et de femmes de plus en plus important.

Pauvre peuple qui vit une période charnière sans la comprendre.





Les points forts de la robotisation de masse :




Baisse des prix, donc déflation …, augmentation de la productivité, création de nouvelles ressources en temps et énergie à l’homme qui peut réallouer son temps vers des tâches moins pénibles.




Les points faibles ? :




Explosion des inégalités sociales, destruction de la classe moyenne, société fracturée en deux entre d’un côté les techniciens à haute valeur ajoutée / créateurs/entrepreneurs qui sont capables d’avoir une production intellectuelle supérieure à celle d’un robot.


Parenthèse ON

Si vous pensez que le robot bat l'homme intellectuellement, cela n'est pas tout à fait vrai.

Du moins, si on définit l'intelligence dans sa globalité comme l'union de l'émotion et la raison connectées l'une dans l'autre.

Si un robot peut effectivement surpasser l'homme en mémoire et apprentissage, il sera toujours plus faible sur la partie émotionnelle et intuitive car il n'en a tout simplement pas.

L'avenir appartient non pas à ceux qui sont les plus intuitifs mais aux plus équilibrés entre raison et émotion ( ils sont très peu nombreux).


Parenthèse OFF


Marginalisation définitive d’une partie de la population incapable de s’adapter.

Renforcement des demandes « d’assistanat à perpétuité » donc du poids de l’état dans les libertés humaines.



Une pression déflationiste sur les prix ? :


Il faut penser global pour comprendre large.

Si on met 15% par an avec progression de 2% annuelle de la production totale réalisée par des robots, c’est 15% de la production qui va voir ses coûts fondre à la baisse et faire baisser les prix massivement.


Il va falloir en imprimer des billets pour contrer une révolution technologique en période de papy-boom occidentale.



Poster un commentaire

8 commentaires

  • Lien vers le commentaire N vendredi, 02 décembre 2016 10:23 Posté par Nico455

    Les machines dépasseront l'homme en intelligence émotionnelle, ce n'est qu'une question de temps.....et ca va aller très vite. La peur, l agressivité, l'attachement.....c'est de la logique, on a peur quand on craint ne pas gagner, on est aggressif quand on pense pouvoir gagner (Ou quand on est desespéré... mais dans ca cas c'est nefaste), on s'attache, on s'unie pour se renforcer.... et pour bien faire toute ces choses, faut être conscient de ces capacités. L'orgeuil, le manque de confiance en soi, sont des énemies de l'intelligence émotionnelle.
    Un machine pourra être conscient de ses capacités réelles sans une éducation, ou un traumastisme qui perturbe son jugement.....
    La seule solution viable à mon sens, c'est simplement des charges sociales sur les machines ......

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez dimanche, 27 novembre 2016 19:27 Posté par Tim Sanchez

    @backlash.

    Oui, d'ailleurs ( coincidence ) j'avais écris un post sur mon FB qui parlait de la limite de la fertilité des sols quelques jours auparavant.

    L'état de l'agriculture fixe l'état de l'industrie qui fixe l'état des services et pas l'inverse.

    On a souvent tendance à oublié ce fait.

    On est effectivement à une frontière de productivité de l'agriculture, toutes les études historiques économiques démontrent une corrélation négative entre démographie et croissance du PIB.

    La démographie doit être positive mais dans une certaine mesure.

    C'est justement cette notion de mesure que le monde à oublié , jusqu'au rappel à l'ordre nécéssaire...

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez dimanche, 27 novembre 2016 19:23 Posté par Tim Sanchez

    Bonjour,

    @hftrade: oui tout à fait d'accord , déflation + croissance comme scénario de base à court terme.

    Démondialisation , protectionisme et effets sur les placements ? 

    J'aurais tendance à vous dire : privilégier les small et mids caps tournés vers le marché local qui vont capté la demande excédentaire crée par la politique protectionisme.

    Achat des transporteurs spécialisés dans les lignes transnational notamnent ferroviaire , le transport à l'intérieur des USA devraient s'intensifier au détriment des bateaux venant de la cote et du fret international.

    Les premieres victimes seront ceux qui  ont un business modèle avec approvisionement depuis l'étranger notamnent Wall-Mart.

    Les utilities devraient explosé , rendement sur et marché local c'est le meilleur cocktail en temps incertain.

    Regardé du coté de leurs obligations aussi si on vend du rendement , du moment qu'elles sont backer par leurs actifs.

    Pour la montée du risque politique , on est désormais dans un contexte de mondialisation donc je ne pense pas que la France partira en cacahuète toute seule.

    Mais la France c'est le pays des renversements et de l'inattendue , c'est très difficile à pricer de manière pragmatique le risque politique.

    Même si dans mon modèle d'anticipation du futur , je suis en signal orange en ce moment ( sur 4 couleurs , allant du vert au rouge) , ça commence à sentir mauvais mais pas suffisament pour créer la débamdade.










  • Lien vers le commentaire hftrade samedi, 26 novembre 2016 16:21 Posté par hftrade

    Autre sujet interessant, trouvé aucun article valable de fond, c'est la montée du risque politique en Europe et surtout en France, et son effet dans une perspective d'investisseur sur les marchés europeens. Meme si ls boites du CAC40 font moins de 50% de leur CA en France.

    Avec un rappel du risque politique oublié en europe (en plus du risque de marché , de change, de contrepartie/defaut)

    La France ressemble de plus en plus a une republique bananiere : corruption enorme des elites (argent du qatar, arabie, valises de billets pour  financer les campagnes), militaires massivement  en rue, nombre de fonctionnaires enorme  (idem pays du tiers monde), assistanat generalisé (cfr RSA a Mayotte) mais intenable a LT dans avec la dette actuelle et remontee des taux

    Je constate aussi en privé en ce moment pas mal de francais ou residents autres pays UE qui s'expatrient en dehors de l'UE pour des raisons politiques et plus seulement economiques

    C'est clair qu'en France, le systeme est au bout du rouleau et completement naze (6M de fonctionnaires donc le plus par habitant en europe, premier etat providence au monde, deuxieme pression fiscale OCDE) , meme si le francais moyen est dans le deni et fait l'autruche. Sans parler du probleme des barbus

  • Lien vers le commentaire david vendredi, 25 novembre 2016 23:57 Posté par backlash

    Un niveau de productivité décent dans l'agriculture ? Humm ... on constate au contraire de plus en plus une baisse des rendements sous l'effet de l'intensité de l'utilisation des techniques et technologies utilisées, notamment dans les cultures céréalières. Ou sous l'effet des mono-cultures favorisant l'émergence de maladies ravageant les productions. La productivité devrait se juger sur sa capacité à être viable sur le long terme.

    Si la course aux technologies peut paraître sans limites (et sans conséquences ?) dans l'industrie et les services, c'est totalement ignorer que l'agriculture, c'est d'abord la terre, et que la terre est vivante, et que le vivant obéit à des règles naturelles établies et modifiées depuis l'origine des temps.

    Et là effectivement on n'en parle pas assez.

    Si notre planète s'appelle Terre, ce n'est pas parce qu'elle est composée de 70% de mers et océans (sinon on l'appelerait : Mer); ce n'est pas non plus parce qu'elle est englobée par 70 KM d'atmosphère (sinon on l'appelerait : Air). C'est bien parce qu'elle est composée d'un subtil mélange argilo-humique qu'on ne trouve (pour le moment) nulle part ailleurs dans ce qui compose l'Espace, que notre planète s'appelle Terre ... terre qui représente seulement 70 centimètres de sol arable et très fragile. Sol trop fragilisé par ces technologies prises dans leur sens large.

    Alors effectivement on peut croire que l'Homme est supérieur à la Nature, comme croire que les arbres montent jusqu'au ciel, ou que l'espérance de vie ne fait qu'augmenter.

    Mais je n'en suis pas si sûr.

  • Lien vers le commentaire hftrade vendredi, 25 novembre 2016 21:30 Posté par hftrade

    Merci, mais j'y ai deja pensé, effectivement c'est deflationniste mais une deflation avec croissance (semblable au 19e, revolution industrielle)

    Un autre truc  dont personne ne parle meme sur ce site pourtant bien fait par contre c'est la demondialisation , protectionnisme et lerus effets sur la bourse et le placements sectoriels (Trump, Brexit etc)

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez vendredi, 25 novembre 2016 09:39 Posté par Tim Sanchez

    Bonjour,

    J'ai corrigé.

    Un grand merci à Balthazar...

  • Lien vers le commentaire alex6 vendredi, 25 novembre 2016 07:51 Posté par alex6

    Bourre de fautes, dommage...