Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Pourquoi l'or ne protège pas d'un effondrement monétaire autre que les USA ?

Audience de l'article : 1670 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
L'or n'est produit que dans une minorité de pays.

Dans la grande majorité des pays du monde, l'or est importé.

Son prix en valeur nominale locale augmente quand il y a une dévaluation massive.

Mais sa fabrication reste dans les mains des producteurs.

Alors que la bouffe dans une ferme est toujours produite localement.

Du coup une dévaluation monétaire massive ne change rien à la structure des coûts qui est la quantité de travail et des inputs comme semences, fertilité de la terre...

En outre ce qu'on voit dans les effondrements monétaires, c'est la panique et le rush sur la bouffe. L'inflation dépend de la demande in fine.

Quand une population entière panique et stock pour cause d'hyper inflation, les prix montent plus vite que la dévaluation nationale de la monnaie.

Implicitement, l'or est dévalué nominalement en local. Et les pigeons sont baisés.

C'est moins vrai pour l'énergie. L'énergie est importée, mais personne ne fait le même rush en cas de panique que sur la bouffe.

Le grand winner au Liban est le fermier local. Lui, ses coûts ne sont pas modifiés, mais sa marge explose par rapport aux autres, y compris par rapport à l'or.

A vrai dire, il est le seul player qui peut se permettre d'acheter de l'or en monnaie locale pour attendre des jours meilleurs. En échangeant au prix maxi sa bouffe contre de l'or dévalué.

charles
Poster un commentaire

4 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mardi, 13 octobre 2020 15:48 Posté par Charles DEREEPER

    yes. le baron local et la violence. et l'eau. ca fait partie du jeu. y a des solutions heureusement... mais la plus belle, c'est celle de google et des autres. le transport par drones avec décollage verticale. ca va révolutionner tous les paramètres

  • Lien vers le commentaire Fabrice mardi, 13 octobre 2020 11:58 Posté par fabulousfab

    le paysan dépend aussi de l'eau, sans eau pas de récoltes ! Alors le Suez local peut se gaver. Pareil pour les semenciers.
    Et j'imagine que le baron local peut se contenter d'envoyer ses hommes de main récupérer les récoltes à coups de kalach si nécessaire
    Pas simple le business en temps de crise majeure

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mardi, 13 octobre 2020 00:04 Posté par Charles DEREEPER

    cest vrai qu'ils sont assez cons pour se faire faire le cul par les coopératives et les distributeurs locaux. je le vois au Costa Rica. La marge est spoliée. Mais un nouveau démarre. je le vois aussi à Panama City. distribution directe par instagram. et là la stratégie de la ferme prend tout son sens dans une dévaluation monétaire de 80%.

    cela dit le paysan libanais peut bouffer sans se ruiner. donc sa situation à défaut de s'enrichir, reste pas moins bien bien meilleure que la majorité de la population coincée par la monnaie.

  • Lien vers le commentaire francois lundi, 12 octobre 2020 19:42 Posté par frcclair

    Le fermier local. Mouai vite dit!
    C'est plutot le supermarché local qui fait bien grossir sa marge....
    Je serais curieux de voir de combien l'agriculture libanaise (les paysans, pas les industriels du lait de la viande ou du légume hein!) s'est enrichie ....