Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

Nous arrivons au dernier stade de la fuite en avant dans la dette !

Audience de l'article : 4473 lectures
Nombre de commentaires : 7 réactions

Je voyais ce moment arriver à la fin de la crise mais il a débarqué bien plus vite que je ne le pensais, notamment aux USA.

Rappelons les différentes étapes d'une fuite en avant de plusieurs décennies dans les pays occidentaux (et au Japon) pour tenter de contrer les effets d'une démographie vieillissante et de relancer une croissance en voie d'épuisement : 

Etape 1 : simple baisse des taux pour relancer le crédit et ainsi la consommation.

Cette étape a démarré en gros durant les années 1990, puis s'est accélérée après l'implosion de la bulle internet en 2001-2002. L'appétit pour le crédit était encore important et les capacités d'endettement des ménages suffisantes pour pouvoir créer un cycle de croissance "acheté à crédit" par l'endettement des ménages (et un peu des entreprises).

Etape 2 : Quantitative easing 

A partir de 2008, l'implosion de la bulle de crédit aux USA fait que les capacités d'endettement des ménages devenaient trop limitées, et la simple baisse des taux ne suffisait plus. Les banques centrales ont alors utilisé la planche à billets du quantitative easing, mais de façon indirecte, en rachetant des obligations pour baisser les taux d'intérêt, mais aussi commencer à financer la hausse des déficits publics.

Ces liquidités déversées dans le système ont généré des bulles d'actifs multiples, qui ont surtout profité aux plus riches (qui avaient déjà du patrimoine), et assez peu aux autres classes sociales.

Dans certains pays comme le Japon, la banque centrale a gonflé directement la bulle d'actifs en achetant sur le marché des paniers d'actions (ETF sur le Nikkei).

Etape 3 : helicopter money

A un moment, malgré des taux au plancher à zéro, et des bulles d'actifs générales, les interventions précédentes ne suffisent plus pour pousser la population (totalement saturée de crédit) à consommer plus.

Au cours de l'étape 2, l'état a pu commencer à "découvrir" le fruit défendu, c'est à dire la possibilité de laisser filer les déficits grâce au financement des banques centrales. Lors de l'étape 3, cette découverte va s'étendre à l'ensemble de la population.

Cette fois le maître du jeu n'est plus la banque centrale, mais l'état lui-même, qui va distribuer directement de l'argent à la population pour qu'elle consomme, en faisant financer ses dépenses et déficits à taux zéro (ou presque) par la banque centrale.

C'est ni plus ni moins que le retour à la classique planche à billets massive des siècles précédents !

Avec le Cares act, les américains ont ainsi pu toucher un chèque "covid" de 1 200$, et chaque chômeur américain se voit attribuer une allocation plus que généreuse de 600$ / semaine (2400 $ / mois !). Ceci jusqu'en juillet, mais pouvant être étendu jusqu'en fin d'année dans de nombreux cas comme l'explique la CNBC

Des centaines de millions d'américains viennent donc de découvrir avec émerveillement que l'argent gratuit pouvait tomber du ciel, sans qu'il y ait besoin de travailler pour consommer ensuite. Et que apparemment, cela n'avait absolument pas attaqué le pouvoir d'achat du dollar. Un vrai conte de fées d'argent gratuit et sans effort donc, et évidemment ils en redemandent !

Dans un récent sondage, ils étaient ainsi plus de 80% (quasiment autant à droite que à gauche de l'échiquier politique) à souhaiter que le chèque de 1200$ devienne mensuel. Avec santé gratuite pour tous et autres aides.

75 ans de stabilité et de prospérité déjà, rappelons le, depuis la fin de la seconde guerre mondiale. De quoi donner le sentiment à un pays, ou une civilisation d'être totalement invulnérable et à l'abri du risque, de quoi croire à l'existence de l'argent gratuit également et à la force éternelle du dollar US.

Si le peuple le veut, les politiques suivront sans doute. Après le "Cares act", un "Heroes act" est donc en préparation, avec 3 000 milliards de $ d'argent gratuit à la clé. Il sera sans doute révisé par le Sénat républicain, mais finira par passer sous une forme ou une autre. Le déficit public américain devrait être proche de 20% du PIB en 2020. Autant en un an que sur les six dernières années cumulées !

Il y a quand même deux gros soucis avec l'argent gratuit : 

- Toutes les expériences historiques du même type se sont soldées par une catastrophe (destruction de la valeur de la monnaie concernée et du pouvoir d'achat des citoyens : Weimar, Zimbabwe, Vénézuéla et Amérique latine).

- Si l'état vous donne de l'argent gratuit pour consommer et vivre agréablement, vous n'avez plus aucun intérêt à travailler et à produire des richesses. Comme dans tout pays socialiste qui se respecte en fait. Et là aussi quand une grosse part de la population n'est plus motivée à produire des richesses, ça se termine forcément très mal.

Tous les ingrédients sont donc maintenant en place pour une catastrophe économique et sociale sans précédent historique sur les dernières décennies. A court terme, l'argent gratuit réussira peut-être (ou pas) en me donnant tort dans mon opinion baissière sur les marchés...difficile à dire encore : L'Europe par exemple est nettement plus timide dans l'utilisation de l'"helicopter money" que les USA.

A plus long terme par contre, je ne vois que trois investissements possibles pour fuir la catastrophe qui s'annonce, qui sont l'or, le pétrole et les fonds de certains pays qui ne suivent pas la fuite en avant de l'Occident : Par exemple la Russie, en tant que place de marché la moins chère du monde, et le Vietnam qui a un des plus gros potentiels de croissance du monde (avec une démographie optimale pour les 10-15 ans à venir) et pourrait bénéficier à plein du regain de tension entre la Chine et les pays occidentaux.

 

 

 

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

7 commentaires

  • Lien vers le commentaire Engin-ear mardi, 02 juin 2020 19:43 Posté par Engin-ear

    Un thème passionnant. Avons-nous perdu le contrôle.sur l'endettement? Combien de temps.cela va durer?

    Apparemment les banques centrales inondes les marchés financiers de liquidité pour une cause noble : éviter l'arrêt cardiaque à l'économie réelle. 

    Est-ce que cela marche? A priori oui, les banques ne font pas faillite en masse.

    Est-ce que cela a un coût? Oui, l'économie réelle se déforme horriblement.


  • Lien vers le commentaire Malta4seasons mardi, 02 juin 2020 10:26 Posté par malta4seasons

    La bourse finit toujours par suivre l'augmentation de la productivitié sur le long terme car c'est le seul moyen de créer de la richesse durable.
    Les ratios de valorisations aujourd'hui (même en faisant abstraction de la chute du PIB en Q2 2020) sont tout simplement affolants alors que le chômage approche (ou a déjà atteint) les 20% aux USA.

     
    Les investisseurs (et maintenant la population) deviennent complètement accrocs au cash gratuit (qui sont en fait des dettes déguisées). Il n'est plus nécessaire de produire ou de travailler, car l'argent tombe du ciel. Les bourses acceuillent même les mauvaises nouvelles favorablement.

    L'endettement a atteint des sommets et n'oublions pas que cet endettement constitue une avance sur nos richesses du futur. Tôt au tard, il va falloir payer l'addition. Il est difficile d'imaginer pour moi un deleveraging d'une telle ampleur sans un choc économique important (destruction créatice).


    La Fed a joué ses dernières cartouches. Elle ne pourra pas aussi facilement neutraliser le prochain excès de pessimisme sur les marchés. 


    Je ne sais pas ce qui pourra enclencher la baisse des marchés (résultats Q3, 2ème vague d'épidéme,...) mais je ne pourrais pas parier sur une hausse durable des marchés sans un déleveraging significatif.

    Les américains sont puissants mais beaucoup de leurs alliés ne sont que des alliés de façade et ne seront pas contre la fin de leur hégémonie. Les américains ne pourront pas lutter tout seul contre l'apparition d'un nouvel ordre mondial même avec leur armée surpuissante. Ce nouvel ordre mondial commence de toute façon à se mettre en place. Après toutes les maladresses des américains, les chinois et les asiatiques en général sont de mieux en mieux considérés.  


  • Lien vers le commentaire Karl Descombes lundi, 01 juin 2020 10:01 Posté par Karl Descombes

    Limpide !

  • Lien vers le commentaire Julien M lundi, 01 juin 2020 07:30 Posté par Julien M


    Bonjour,

    ça fait des décennies que certains parlent de la planche à billet, l'endettement américain ne fait que croître inexorablement... tant que le dollar sera la monnaie référence l'Amérique est à l'abri, et ils feront tout pour ça ! Même la guerre.

     

    Faut aussi savoir que les sociétés pétrolières et aurifères peuvent être nationalisées par un pays en difficulté et vous pouvez tout perdre. Ici ça parle de l'or, mais à moins de le garder chez soi en lingots, les Etats peuvent augmenter vos taxes, si vous fraudez vous risquerez la tôle pour vous faire bien comprendre qu'il faut tout déclarer...

    Si Zoulou aime vivre dans une dictature (chine) c'est son choix. J'ai l'impression en Chine de vivre le remake du film de Minority Report. On va même fliquer ceux qui ne font pas attention à leur hygiène de vie... il semblerait que le Covid est plus actif lorsque l'air est pollué... alors bon courage Zoulou ! Tous les 5 ans, on voit arriver un nouveau virus...

    Bon à dire que nous sommes dans des démocraties en Occident ce serait faux, on nous laisse parler mais il y a beaucoup de manipulations et de propagandes dans les pays occidentaux. Mais perso je préfère ce système.

    bien à vous, vivez comme vous aimez c'est l'essentiel ;-)

  • Lien vers le commentaire pascal dimanche, 31 mai 2020 12:50 Posté par pascal

    Bonjour
    dans les années 2010, les QE ont alimenté une bulle des actions.
    dans les années 2020, les mégaQE vont alimenter une mégabulle des actions.

    je conseille d'être diversifié en or physique, actions pétrolières (pour jouer la hausse du pétrole), en actions value et en actions de croissance.
    cordialement

  • Lien vers le commentaire Gweilo dimanche, 31 mai 2020 10:53 Posté par gweilo

    En réponse à Zoulou2, Hong Kong (et donc la chine) distribue également de l'argent à sa population. 4000HK$ par personne ll'année dernière et 10000 HK$ par personne cette année (le mois prochain)

  • Lien vers le commentaire zoulou2 dimanche, 31 mai 2020 02:10 Posté par zoulou2

    Excellent, je suis bien content d'etre en Chine, ou il n'y a pas eu de chomage partiel, pas de distribution d'argent.