Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

La France ne fera jamais faillite - oubliez vos fantasmes marxistes et ceux qui les exploitent ! Voici une vision du futur plus réaliste

Audience de l'article : 9682 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 8 réactions
Votez pour cet article
(5 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Et si on parlait de réalité ?

Il n'y a pas d'économie quand tout le monde gagne. L'économie fonctionne par vases communiquants. Il y a toujours des secteurs, des entreprises, des professions, des consommateurs, des pays qui sont en cycle baissier pendant que d'autres connaissent la gloire.

Cela n'existe pas un monde où tout le monde gagne en même temps...

Il n'y a pas d'équilibre et d'égalité. C'est un énorme fantasme français. Ce fantasme est un mensonge. Un énorme mensonge.

L'égalité n'existe pas. L'équilibre n'existe pas. Sur terre, dans la vraie vie, il n'y a que déséquilibre et inégalité.

Le principal argument des gens qui attendent la fin du monde repose sur la quantité actuelle de déséquilibre...

Affirmer que la France va faire faillite parce qu'il y a un déséquilibre en l'occurence de dettes, c'est définitivement montrer une incompréhension totale de la réalité, doublé d'un aveuglement politique majeur.


Le monde ne fait que réagir aux déséquilibres et s'ajuster pour les rendre vivables. Depuis la nuit des temps.

Un déséquilibre n'est pas une raison valable pour anticiper une faillite d'un Etat appartenant au G8... donc too big to fail !

Je réfléchis, je lis et je traque sur la terre entière à l'aide de robots basés sur des mots clefs tout ce qui se produit dans ce domaine de réflexion.

Car la terre entière va devoir réagir aux déséquilibres en cours et la vérité crue est que je n'ai pas envie de me faire avoir.

J'ai été marqué dans mon adolescence par un thème. Je me suis toujours demandé comment autant d'idiots avaient pu gober les salades de l'armée française qui a envoyé sans sourciller une armée peu compétitive se taper la machine de guerre ultra huilée allemande en 1940 avec le carnage et la débandade qu'on connait. Dans mon adoslescence, je me demandais ce que j'aurais fait, aurais je eu la clairvoyance de ne pas y aller, de m'adapter au jeu de l'époque et d'en tirer profit au lieu d'être un pion sacrifiable (expandables comme disent les Américains). Et surtout, je pensais à mon futur en me demandant si je serais capable de reconnaître de nouvelles situations de l'histoire qui exige de ne pas se faire avoir.

Actuellement, sans exagérer, pour la première fois depuis la Seconde Guerre Mondiale, on en tient une.

Des centaines de millions de gens vont perdre dans un ajustement du système (et ce ne sera pas la guerre pour une fois). D'ailleurs, le verbe au futur VONT est gentil, car l'ajustement a déjà démarré et les centaines de millions de gens régressent. Les Espagnols ont perdu 30% de salaire. Les Français n'ont pas progressé depuis 8 ans. Les Italiens et les Grecs ne font pas mieux... Les classes moyennes américaines sont laminées.


Les idiots méritent ils leur sort ?

Vu que beaucoup de gens ne se posent aucune question et surtout, ne sont pas prêts à agir pour se protéger, pourquoi ne pas penser que finalement, ils méritent un peu de perdre dans la phase d'ajustement ?

J'ai vieilli depuis mon adolescence. J'ai compris qu'il n'y a pas de dictature (excusez moi, de démocratie socialiste...) sans des dizaines de millions d'esclaves. Ce jeu se joue à deux. Il n'y a pas d'un côté un gentil et de l'autre un méchant. Il y a un dominé et un dominant qui signe un deal pour jouer ensemble à un jeu. Quand le dominé ne supporte plus le dominant, il se rebelle et s'en va. C'est le cas des expatriés. Tous ceux qui restent, signent le deal dans les faits... même si après, ils ont du mal à se l'avouer.


Je vais vous en exposer un scénario possible et probable du futur qui diffère de la faillite ou de la guerre.

Ce qui me frappe pour commencer, c'est l'incroyable problème des gens à donner du temps au temps quand ils pensent au futur. Même les crises ont besoin de temps pour se développer.

Ensuite, autre fait ultra frappant, la majorité des gens annonce un remède alors que le problème n'a pas encore eu lieu...

Repensez à cette année 2015 où chaque mois, on nous annonçait la fin du monde, la fin de l'Europe, l'écroulement, le chaos, la Grèce, les faillites bancaires... Nous sommes en 2016. Qu'est ce qui a changé ? Rien du tout...

Et le plus drôle est que les annonces continuent d'être produites. Agora nous annonce la faillite de la France pour 2017. Quand leurs propres abonnés semblent râlés devant la grossierté de la prévision, AGORA répond sans sourciller que leur job n'est pas de faire plaisir aux gens mais de les informer... de la faillite de la France en 2017. C'est une farce. Je propose aux abonnés de faire faire faillite à AGORA en 2017 si la France ne fait pas faillite hahahahahaha.

Tout le monde s'est planté lamentablement en 2015. J'ai tourné toutes ces prévisions en dérision pendant un an pour tenter d'éveiller les esprits.

La réalité est la suivante : le système a tenu, tient aujourd'hui et va tenir encore...


PREMIERE ETAPE : le problème

Le problème basé sur de la dette et les déséquilibres démographiques a besoin de devenir un énorme problème. Aujourd'hui, nous n'avons pas de souci majeur. L'insolvabilité est tenue en laisse par les banques centrales. Nous avons besoin encore de plusieurs années pour que l'intensité du problème soit trop forte et exige un ajustement majeur, une intervention hors norme.

Combien d'années ?

Je ne sais pas. Mais au moins 3 à 5 ans.

Il y a besoin d'une crise de déflation et d'une perte de contrôle. Nous sommes à l'équilibre.

Personne ne va mettre un remède sur un patient qui n'est pas malade... Le patient est fatigué. Aucun doute. Mais malade ? Pas encore...

Agiter les niveaux d'endettement en permanence, c'est juste du spectacle pour les cerveaux sans neurones...


DEUXIEME ETAPE : la maladie se déclenche enfin !

Tôt ou tard, d'ici quelques années, les tensions déflationnistes et d'hyper endettement seront tellement fortes que le déséquilibre va augmenter jusqu'à atteindre le niveau insoutenable qui exige l'intervention.

Il est très très probable que la guerre des devises à coup de dévaluations sauvages s'enclenchera. Pour l'instant, on peut parler d'un gentlemen agreement. Les banques centrales bossent de concert pour ne pas reproduire les erreurs du passé. Le but est de maintenir le système à l'équilibre le plus longtemps possible et de repousser l'échéance de l'ajustement. Les monnaies sont managées en bonne intelligence.

Mais demain, en cas de déflation trop marquée, de dévaluations avantageant trop fortement un pays, la révolte grondera et il y a un moment où les humains ne pourront plus s'entendre car l'injustice sera trop criante.

La maladie sera donc de la déflation et un souci de monnaie majeur. En Europe, l'euro est déjà condamné inévitablement. Ce sont des sujets que j'ai abordé en formation ici.


TROISIEME ETAPE : le remède


A ce stade, tous les marxistes salivent. Enfin, le système vacille. HAHAHAHAHA. Sa mère, il aura fallu attendre 12 ou 15 ans mais enfin le capitalisme si pourri vacille. Vite du survivalisme, des fusils et de l'or...

Sauf que le système a une porte de sortie disponible et qu'il choisira sa survie plutôt que sa destruction.

La solution, c'est l'hyper inflation.

Comment ?

On sait aujourd'hui que l'inflation monétaire ne fonctionne pas. Ni les taux zéro.

On est entré en phase de sur production et de surcapacités de productions, ce qui notez bien, pousse en ce moment vers le problème qui est la déflation (et non l'hyper endettement) et non la solution.

La solution est celle que j'ai essayé de vous présenter dans un article léger pour faire passer le message. On va vers un système d'allocation universelle.


C'est le seul moyen de relancer l'inflation.

Le quantitative easing des banques centrales provoquent des inégalités de revenus records. L'insolvabilité de la demande des consommateurs ne fait que renforcer la déflation, avec le décalage entre la stimulation massive des capacités de production avec des taux à zéro et la diminution du pouvoir d'achat des consommateurs, la grande majorité des bénéfices étant captée par une toute petite minorité, le top 0,1% de la population des pays développés.

Pour s'en sortir, le système va forcément devoir exploser le pouvoir d'achat des monnaies pour se financer et forcément faire un geste vers les consommateurs qui sont le dindon de la farce depuis 2008. J'ai publié un fabuleux graphique qui a fait d'ailleurs 15.000 lecteurs ici.

Et j'ai prévu cette année de faire une formation sur l'hyper inflation pour placer son argent. Car dans les années à venir, il va falloir passer d'un scénario de déflation et guerre des devises à un scénario d'hyper inflation. Il faut être bien au clair sur ces sujets. Sinon, ce sera la perte massive de pouvoir d'achat en punition.

Relancer l'inflation par la dépense monétisée des Etats ne marche pas. Relancer l'inflation par la surproduction comme on le fait en ce moment avec les taux zéro ne marche pas. Relancer la consommation par les taux négatifs ne marchent pas. Tant que les masses ne seront pas alimentées financièrement pour consommer, on va doucement glisser dans le gouffre de la déflation et de l'insolvabilité... Sans démographie positive ou injection massive de pouvoir d'achat à quantité égale de consommateurs, on continuera à baigner dans l'énorme hypocrisie actuelle des demi mesures qui ne produisent aucun effet mis à part gagner du temps... Vu qu'on ne peut pas dupliquer les humains en un claquement de doigt, techniquement parlant, il ne reste que la distribution gratuite d'argent à tous... ou la faillite. Le débat ne va pas manquer de piquant. Je l'adore déjà...


Avaler le remède

Cette histoire d'allocation universelle pose un énorme problème psychologique et politique, plus que technique, économique ou financier. Cela fait des années qu'on en parle sur Objectifeco. Loïc Abadie est pour également cette solution. La Finlande et d'autres pays ont déjà démarré les tests grandeur nature. En Suisse hier, une dépêche annonçait la distribution d'argent dans une gare à tous les passants pour sensibiliser le peuple à la notion d'allocation universelle.

Comment faire tourner un monde d'esclave si on les nourrit sans qu'il fasse rien ?

Aujourd'hui, on ment en France par exemple. On nourrit des chômeurs et des fonctionnaires, soit 16 millions de français avec une allocation. Mais on ne leur dit pas. Pour éviter d'aborder le sujet qui fâche. En outre, il faut rajouter les 15 millions de retraités. Au final, on a déjà dans les faits, donc dans la réalité, 31 millions de français qui vivent d'une manne qui vient directement ou en partie de l'Etat. Pourquoi ne pas généraliser à l'ensemble de la population. Cela ne changera pas grand chose à ce stade. C'est juste une question d'étiquette politique et de psychologie. Si on s'en tient aux aspects techniques, sérieux, la diffilculté est minime...

Tout le problème est donc de trouver une manière acceptable et constructive de donner aux humains la liberté des besoins de survie sans qu'ils deviennent idiots.


Cela renvoit à la question QUI SUIS JE.

J'ai passé 7 années de ma jeunesse à trouver une réponse à cette question. Je me souviens l'avoir écrite sur un morceau de papier que je portais chaque jour dans ma poche. Pendant 7 années, je grattais des réponses et je les invalidais les jours ou semaines suivantes. Je ne parvenais pas à trouver qui j'étais.

Et un beau jour, j'ai compris le piège de la question et j'ai résolu l'énigme...

Il est extrêmement difficile de trouver QUI ON EST. Aujourd'hui le système apporte des réponses toute faîtes en mettant en situation d'esclaves dépendants 99% des gens.

Demain, pour sauver le système, il va falloir donner à 99% des gens la liberté matérielle !

Il est là le problème.

Il n'est pas dans la faillite de la France qui n'arrivera jamais.

Un chômeur se sent comme une merde en France. Un inactif fonctionnaire est également comme un merde. On lui offre un statut et des lois pour empêcher les français de les insulter. Mais le fonctionnaire médiocre au fond de lui, sait qu'il n'est même pas inséré dans l'économie privée et qu'il vit aux crochets du secteur marchand. Et le secteur marchand sait qu'il nourrit 10 millions de gens dont 5 millions sont inutiles. Chaque salarié du privé sait que sur sa fiche de paie il y a 3600€ mais qu'il y a 1800€ de versé en effectif, le reste partant pour nourrir un gars qui n'assume aucun risque.


La question est de trouver un sens, une image positive pour des inactifs qui pourraient utiliser leur temps libre pour faire des choses constructives et consommer les surcapacités de production et régler les soucis d'inflation...

La question est peut être de faire sauter la distinction entre privée et publique. Chaque humain sur terre a les mêmes droits basiques. Ceux qui veulent plus que le régime minimum doivent bosser. Mais chaque individu peut se payer un toit et une alimentation suffisante.

C'est toute l'échelle de valeurs françaises et du monde qui a un souci à résoudre.

Ce qui me fait marrer, c'est que le système qui exploite les gens, va devoir pour survivre dans les 15 ans, se tirer une balle dans le pied sur un de ses fondements. Cela ne manque pas de piquant.

Dans le fond, la vie humaine sur terre est inhumaine. Si on enlève 2 milliards de favorisés, les 5 autres milliards connaissent des conditions de vie inacceptables. L'allocation universelle est quelque chose de fondamentale. Une énorme nouvelle très positive si on regarde autrement que sous l'angle purement économique et financier.


Limite, on peut saluer l'arrivée de la déflation et des déséquilibres comme une porte d'entrée ouvrant à un monde nouveau plus positif.

Après, la grande question est de savoir si la vie sur terre est capable de s'organiser et de progresser sans le système de l'esclavagisme qui a fait ses preuves depuis des milliers d'années.

Les tenants du système actuel ont tout basé sur ce postulat que les humains sont incapables d'avancer juste par motivation intrinsèque et qu'ils ont besoin de l'urgence de la survie pour se bouger les fesses.

Certains auteurs pensent donc que l'allocation universelle ne sera qu'une mesure temporaire dans l'histoire de l'humanité pour réajuster les déséquilibres trop criants, le temps d'une décennie.

Notre futur apportera des réponses. D'une manière générale, j'ai tout le temps été déçu par les réponses collectives. Notre vie publique est décevante. Les rares mouvements de liberté ont tous été recadrés dans la décennie suivante avec la remise en place de la pyramide.


En synthèse, n'oubliez pas. La France préférera payer des gens à consommer plutôt que de faire faillite...

Mon affirmation est un peu osée et je peux me tromper.

Mais cette mesure est la solution à tous les déséquilibres en cours.


Donc attendre une faillite est pour le moins téméraire...

Charles Dereeper

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

8 Commentaires

  • Lien vers le commentaire karlusson mardi, 05 avril 2016 11:45 Posté par karlusson

    pour agora, la france doit faire faillite chaque année ; c'est l'agoraphobie...

  • Lien vers le commentaire amaury jeudi, 17 mars 2016 04:29 Posté par amaury

    L'hyperinflation c'est quand il y a 50% d'inflation par mois. Il y a quelques exemples dans l'histoire (Russie, Allemagne, Amerique du Sud etc...). J'ai quand meme du mal a imaginer que nous ayons une telle inflation en Occident dans les annees a venir...

    La solution au probleme de l'endettement des Etats est a mon avis assez simple. Les banques centrales feront tout pour garder les taux courts et les taux longs a des niveaux bas via les QE. Si vous avez des taux a 10 ans a 0.5-1% pendant une longue duree avec une inflation qui se normalise a 2% (comme aux Etats-Unis en ce moment), alors la dette des Etats va mecaniquement baisser. Ainsi vous avez une sorte d'impot deguise. C'est a dire que c'est l'epargnant qui au final, de toute facon, va payer la note.

  • Lien vers le commentaire Nicolas Baumann mercredi, 16 mars 2016 20:52 Posté par Nico109

    La France ne fera pas faillite mais ne distribuera jamais de revenu de base à tout le monde sans condition d'accès. Bien que je sois adepte depuis longtemps de ce concept, il ne sera jamais adopté en France, c'est contraire à ses valeurs, selon lesquelles les personnes en difficulté ou fragiles en marge de la population aient accès à des droits (retraite, chômage, allocations handicap, etc...) auxquels les autres ne peuvent pas prétendre.

  • Lien vers le commentaire Pierre mercredi, 16 mars 2016 13:53 Posté par 8ball

    @hftrade : mis à part les disparités dans la fonction publique (qui sont une honte pour un système basé sur les échelons fermes et une notion de "service", on est d'accord, idem pour les haut fonctionnaires, idem (pire) pour les politiques avec retraite à vie cumulables pour 2 ans de boulot etc...), de ce que je comprends, quoi qu'il se passe il y aura de la création monétaire.

    Les ultrariches le savent et flippent (cf. par ex. un petit passage de ce podcast https://capitalistexploits.at/2016/03/grant-williams-seeking-opportunities-turbulent-markets/ avec Grant Williams, rien à foutre de ce qu'ils disent sur l'or, plutôt sur l'euthanasie du capital).

    La modalité de cette création monétaire doit de surcroit éviter un plongeon en déflation.

    Les modalités déjà essayées renforcent (paradoxalement) l'accumulation d'argent fixe (sans vélocité) or c'est bien la vélocité de la monnaie que les banques centrales veulent stimuler.

    Donc l'hypothèse de l'allocation dépense n'est pas idiote. Et s'il n'y a pas de plan B, ils tenteront le plan C comme le dit Charles.

    Le documentaire de William Karel "1929 - La Crise & La Grande Dépression" qui est passé sur Arte il y a quelques années est un MUST see pour voir l'alternative, à savoir une résistance corps et ongle de Wall Street, qui n'a pas voulu lacher un centime, et a mené droit à Roosevelt qui, disons le franchement, à employé des mesures ultra "non conventionnelles" pendant le new deal.

    Intéressant tout ça en tous cas.

  • Lien vers le commentaire hftrade mercredi, 16 mars 2016 12:26 Posté par hftrade

    Le probleme de l'allocation universelle est son financement

    66 millions de petits francais * 500 eur * 12  = 396 milliards. 500 eur est une fourchette basse, proche des mecanismes actuels du RSA

    Budget etat francais = 450 milliards et la-dedans il faut payer les fameux fonctionnaires (5M je crois) la charge de la dette etc

    De plus une allocation universelle inconditionnelle est intenable avec des frontieres ouvertes comme en france (immigration incontrolée), c'est un appel d'air epouvantable

    En ce qui concerne les fonctionnaires francais, nouvelle noblesse d'etat, il serait interessant d'ecrire un article sur leurs nombreux privileges car c'est parfois hallucinant : ex : un fonctionnaire detaché aux DOM-TOM touche 180% de son salaire a un epoque ou les packages expat se font rares

  • Lien vers le commentaire david mercredi, 16 mars 2016 12:08 Posté par ddev

    Sur celle de 40, je pense que moi aussi j'aurais eu un "je veux pas y aller", mais sous la pression du groupe, le contexte et la menace de fusillade, dur dur, on vous embarque, ou faut courrir vite.

    Sur la gestion de la suite, il est possible que ça ne soit pas un carnage.
    Je me demande alors si il faut pas étudier plus l'Histoire, notamment de Rome.
    Y a eu a une moment avant la décadence des tas de gens  se sont rendus à Rome qui ne foutait rien et qu'on a nourri au pain et aux jeux.
    Aux dernières nouvelle Léonarda en veux à Hollande.
    Alors le revenu universelle pour gérer tenir ça ouaips, mais dans un contexte ouvert, aie aie aie.

    L'écureuil a moins de soucis sur ses noisettes, trop pas assez.

    ps :
    - "qui suis-je ?"
    faut diviser en sous questions ?: quand je me sens bien ? comment j'apprends ? mes comportements ?...

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper mercredi, 16 mars 2016 10:42 Posté par Charles DEREEPER

    quel autre moyen ? pour relancer la conso dans un monde déflationniste  que de distribuer de l'argent directement aux consommateurs ?

    c'est pas une question de politique. C'est une question technique. la stimulation de l'offre et la consommation des Etats à la keynes ne marche pas. la stimulation monétaire des banques centrales ne marchent pas

    l'économie, c'est de la démographie qui comptabilisent un nombre de consommateurs et leur solvabilité

    donc si on file pas direct du fric dans leur poche, on fera faillite.

    on parie combien que le G8 ne se laissera jamais se mettre en faillite ?

    cela n'a rien à voir avec des étiquettes politiques

  • Lien vers le commentaire zoulou2 mercredi, 16 mars 2016 10:33 Posté par zoulou2

    Pas d'accord Charles, tu fais le libéral bisounours et Communiste, l'allocation universelle est bullshit.

    Je te prépare une réponse adéquate.