Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Laurent Conte

Laurent Conte

Je m'intéresse à tout ce qui a trait à l'immobilier et l'économie. J'ai une prédilection pour les prix immobiliers, la tendance dans le neuf et l'ancien, les indicateurs de marché, les avantages fiscaux, que ce soit pour la France, mais en Europe et dans le reste du monde. J'espère vous faire partager ma passion à travers des news originales qu'on ne lit pas ailleurs dans les circuits traditionnels des grosses machines à informer.

Mon blog est : http://www.immobilier-finance-gestion.com/

promospeciale

La dette place les états unis au bord du gouffre....

Audience de l'article : 1335 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
La prochaine conséquence du désaccord budgétaire entre les parlementaires républicains et l'administration démocrate démocrates aux Etats Unis c'est le défaut de paiement pour l'Etat si le plafond de la dette n'est pas relevé avant le 17 octobre. En 2011, un accord in extremis était intervenu, mais cette fois-ci s'il n'y en a pas ? Le Trésor américain a déjà prévenu qu'il s'agirait d'un évènement catastrophique. 

Les principaux détenteurs étrangers de la dette des Etats Unis sont inquiets : les investisseurs chinois, les investisseurs japonais, ceux des paradis fiscaux etc...etc... vont se poser comme en 2011 des questions sur la fiabilité de la dette américaine et après Standard and Poor's, les deux autres agences de notation qui comptent : Moody's et Fitch pourraient à leur tour dégrader le AAA de l'Oncle Sam... Ou bien encore quel type de panique suivrait l'annonce par le Trésor américain d'un retard sur le remboursement de ses créances ? 

Cette bombe à retardement inquiète les décideurs du monde entier. Jeudi à Washington, la directrice générale du FMI Christine Lagarde a exprimé son inquiétude. 

"L'incertitude actuelle sur le budget, sur le plafond de la dette n'aide en rien. Le shutdown du gouvernement fait assez de mal, mais un échec sur le relèvement du plafond de la dette serait bien pire et endommagerait sérieusement, pas seulement l'économie américaine mais celle du monde entier".

Poster un commentaire