Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Antoine Capitan

Antoine Capitan

Malgré un nom à consonnance militaire, ce qui caraterise le mieux ma vie depuis déjà de nombreuses années est un rejet de l'autorité.

Je suis un travailleur acharné et un passionné. J'etais plutot destiné par mes origines modestes à un avenir conformiste et banal, ce qui etait considéré à l'époque comme un ideal. Mais j'aime me dépasser et apprendre. Je pense que c'est ce qui m'a sauvé de la "Rat Race".

10 ans de grande distribution à l'époque on y faisait encore du commerce "au cul du camion" m'ont permis de me débrouiller dans toute situation et développer un état d'esprit propice à la "débrouille". Puis la liberté y a disparu et j'ai quitté le metro boulot dodo pour devenir independant, webmaster et marketeur.

J'ai pris gout à l'indépendance et la liberté. En parler et y gouter sont 2 choses bien différentes. Finalement j'ai compris que peu de gens aspirent à être libre, c'est une activité qui necessite de s'y consacrer à temps plein. Les gens sont paresseux. Si vous n'avez pas une grande soif, vous continuerez à boire à la paille car cela vous suffira....

2/3 ans comme independant m'ont convaincu de quitter la France, trop de paperasses, d'intermediaires inutiles et d'impots.
Trop de contraintes et de dépendances pour etre un homme comme moi.

Je savais gagner de l'argent mais aucune idée comment l'investir et le faire fructifier. 4 ans plus tard et xxx.000 euros dans ma poche j'ai commencé à m'interesser à l'investissement et au trading. La pierre ne m'a jamais interessé .... trop de contraintes et d'enracinemment (dans mon jargon "boulet au pied").

Depuis 2 ans je m'interesse au marché des actions, en swing trading et trend following. Je fais aussi du trading sur CFD et Devises dans une optique CT ou MT. Je m'interesse aux cryptomonnaies egalement.

Antoine-Capitan

 

Cadeau :

Formation gratuite sur l'indicateur RSI, à travers 12 mensonges et 3 vérités à son sujet, cliquez ici

Les CryptoMonnaies :

Savoir investir et trader les Altcoins pour multiplier votre compte par 10 ou 100. Cliquez ici

   MES LIVRES

Le 1er qui a faconné ma vie d'adulte : "les raisins de la colère" de John Steinbeck.
Lu à 15 ans, ce livre m'a giflé. J'ai eu 2 lectures de ce livre. La premiere à 15 ans m'a donné une forte conviction socialiste et une haine du capitalisme, car il etait impossible aux familles pauvres de sortir de leur rat race et je me suis dit qu'il fallait changer le systeme.
Des années plus tard j'ai compris qu'on ne changeait pas le systeme, que l'individu le contourne ou en sort. On croit qu'il y n'a qu'un seul systeme.... changer de pays / de vie vous fait quitter le systeme.

Stratégies de Prospérité par Jim Rohn
J'ai bien sur lu beaucoup de livre sur le developpement personnel mais c'est celui-ci que je retiens.
L'idée du book est de donner des étapes pour avoir une vie qu'on aime. Un livre très simple avec 7 stratégies clés.
C'est le livre que j'ai lu avant de quitter la France.
Il m'a aidé à comprendre que "les raisins de la colère" a suscité chez moi une colère et le besoin d’être libre financièrement pour mener une vie d'homme libre.
Un livre tres pratique et adaptable à tous je pense. Un must pour moi.

promospeciale

Pourquoi la France soutient l'italie contre Bruxelles? .... Parce qu'elle a la trouille d'une nouvelle crise en Europe ! (article écrit)

Audience de l'article : 1340 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

Les banques Françaises de nouveau sur la sellette


La France vient de recevoir un rappel brutal d'une vérité qui dérange : 277 milliards d'euros de dette publique italienne, soit l'équivalent de 14 % du PIB français, sont dus aux banques françaises. Étant donné que le gouvernement italien est actuellement enfermé dans une impasse "existentielle" avec la Commission européenne et la BCE au sujet de son plan budgétaire pour 2019, cela pourrait être un gros problème pour la France.

Vendredi, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a exhorté la Commission à "tendre la main à l'Italie" qui a rejeté le projet de budget 2019 du pays pour violation des règles européennes sur les dépenses publiques. Le Maire a également concédé que si la contagion dans la zone euro était définitivement contenue, la zone euro " n'est pas suffisamment armée pour faire face à une nouvelle crise économique ou financière ". Comme Maire le sait bien, une véritable crise financière en Italie finira par s'étendre à l'économie française, les banques françaises étant le principal mécanisme de transmission.

La France n'est pas le seul pays de la zone euro à avoir des niveaux d'exposition malsains à la dette italienne, même si elle est de loin le plus exposé. Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), les prêteurs allemands sont exposés pour 79 milliards d'euros à la dette italienne et les prêteurs espagnols pour 69 milliards d'euros. En d'autres termes, les secteurs financiers des plus grandes, deuxièmes et quatrièmes économies de la zone euro - l'Allemagne, la France et l'Espagne - détiennent ensemble plus de 415 milliards d'euros de dette italienne dans leur bilan.

Alors que l'exposition des prêteurs allemands à la dette italienne a diminué au cours des dernières années, celle des prêteurs français s'est en fait accrue, allant à l'encontre de l'affirmation de longue date de la BCE selon laquelle son programme QE contribuerait à réduire le niveau d'interdépendance entre les Etats européens et les banques.

C'est plutôt le contraire qui s'est produit : grâce aux efforts inlassables de la BCE pour soutenir les marchés obligataires de la zone euro (en faisant "tout ce qu'il faut" -"what ever it takes" - pour rendre les obligations souveraines pratiquement sans risque), les banques ont été en mesure de faire une marge nette en achetant simplement en gros des obligations gouvernementales à risque officiellement nul.

Il y a quelques années, des pays de la zone euro comme l'Allemagne, les Pays-Bas et la Finlande ont fait pression pour mettre fin à cette pratique en supprimant le statut sans risque de certaines obligations souveraines à risque. Mais les politiciens et banquiers français, italiens et espagnols s'y sont fermement opposés, craignant qu'une telle décision n'entraîne un bouleversement du marché.

Aujourd'hui, le chaos du marché n'est pas à l'ordre du jour. Le différend sur le projet de budget de l'Italie inquiète les investisseurs. Cela se reflète non seulement dans l'écart entre les rendements obligataires italiens et allemands à dix ans, qui a atteint des plus hauts sur quatre ans il y a quelques semaines, mais aussi dans le sentix Euro Break-up Index, qui a atteint en octobre son plus haut niveau depuis avril 2017, en raison principalement de la forte hausse du sous-indice italien.

Sur une note plus positive, les investisseurs ne semblent pas encore craindre d'effets de contagion négatifs, les investisseurs ne craignent pas encore pour la stabilité de la zone euro. Mais comme le souligne Bloomberg, l'exposition des banques françaises et allemandes à la dette italienne incite fortement les dirigeants de ces pays à rechercher un compromis dans l'impasse actuelle sur le budget de l'État italien.

Les partenaires de la coalition italienne en sont parfaitement conscients. Ils savent que pendant la crise grecque de 2010-11, les banques françaises et allemandes détenaient environ 115 milliards de dollars de dette grecque. Cela a suffi à convaincre les gouvernements français et allemand de l'époque d'offrir à la Grèce un renflouement partiel des détenteurs d'obligations, même si, finalement, certains détenteurs d'obligations du secteur privé ont reçu une importante décote dans le cadre de l'opération.

Tout cela est parfaitement compris par le gouvernement italien, de même que le fait que les banques françaises, allemandes et espagnoles sont maintenant beaucoup trop exposées à la dette italienne pour que leurs gouvernements respectifs puissent même envisager l'idée de pousser l'Italie à bout. Cette connaissance alimente la bravade du gouvernement de coalition.

"Bruxelles aimerait voir notre défaite", a déclaré Claudio Borghi, responsable économique et président du budget de la Liga au parlement italien. "Ils pensent que nous nous rendrons s'ils provoquent une crise pour nos banques. Mais il nous reste encore 15 milliards d'euros dans le fonds de sauvetage des banques de l'ère Renzi. Ce n'est pas une excellente situation, mais nous sommes encore relativement à l'aise. A la fin, ce seront eux qui devront reculer."

Lorenzo Bini-Smaghi, ancien membre du directoire de la BCE, n'est pas d'accord. Selon lui, les événements suivent un scénario similaire à celui du début de la crise de la dette de la zone euro en 2011, lorsque la flambée des rendements obligataires a provoqué une contraction massive du crédit.

"L'Italie va droit dans un mur", dit-il. "L'économie risque de basculer en récession au quatrième trimestre. Les banques ont déjà réduit les prêts au cours de l'été, dès que les écarts ont commencé à augmenter. Le gouvernement italien n'a pas compris cela. On ne voit pas encore le mur, mais le crash va être violent."

Cela peut paraître comme une peur féroce de la part d'un eurocrate, mais Bini-Smaghi est aussi l'actuel président de la Société Générale, la deuxième plus grande banque française, dont la dette italienne est sans doute saturée. En tant que tel, il a probablement encore plus à craindre d'une crise de la dette italienne à grande échelle que la plupart des autres.

Dernière formation pour ne pas subir la prochaine crise financière en promo encore pour 2 jours aujourd'hui 31 octobre

http://formation.objectifeco.com/antoine-capitan-linvestisseur-opportuniste/


Sur le mois j'ai pris des positions sur eur usd notamment, le compte forex est à +10% sur le mois
Les positions prises ont été donné en direct live sur le Chat Telegram,
les membres du groupe "investisseur opportuniste" ont donc pu les prendre en meme temps.


positions closes : +1036 USD
Positions ouvertes sur le mois d'octobre non cloturées : +2446 USD (hier) +3400 USD aujourd'hui

Pour le marché des Actions, je pense à une correction actuellement plus qu'au début du grand marché baissier, le portefeuille action lui est à -1,2%, ce qui est plutot pas mal compte tenu de la correction actuelle

On y verra plus clair le mois prochain.

Antoine Capitan





Formationrsi
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire hftrade vendredi, 02 novembre 2018 08:48 Posté par hftrade


    IL y a des tres groses inquietudes concernant la france dans divers cercles financiers (hors france) en ce moment. d'un point de vue economique mais surtout politique.

    Faut-il rappeller que la france est le premier etat providence au monde ? 1/3 du PIB francais par en aides sociales

    http://www.lefigaro.fr/social/2018/06/13/20011-20180613ARTFIG00108-les-aides-sociales-representent-un-tiers-du-pib-francais.php

    La france emprune actuellement a du 0,79% a 10 ans alors que le US 3 mois est a 2,5%
    https://www.marketwatch.com/investing/bond/tmbmkfr-10y?countrycode=bx



    combien de temps ca va tenir ?

    Les DOM-TOM sont des poudrieres ethniques. Quid de la reunion si on supprime la CAF (alloc braguette) et le RSA la-bas ? la motié de la population vit d'allocs. C'est deja chaud en ce moment ....

    interview du ministre francais de l'interrieur : a horizon 5 ans la situation en France sera hors controle.

    https://www.valeursactuelles.com/societe/gerard-collomb-sur-linsecurite-et-limmigration-dici-cinq-ans-la-situation-pourrait-devenir-irreversible-100371

  • Lien vers le commentaire alex6 jeudi, 01 novembre 2018 08:11 Posté par alex6

    Excellente analyse, je partage. Ca va tanguer dans les annees qui viennent, on aura un sursis sur l'Italie mais quid de la France? Mon opinion est qu'a l'horizon des 10 prochaines annees, la France sera mise sous tutelle avec des coupes massives dans le systeme de redistribution social du pays.
    Etant donne la proportion de dependants a ces aides et l'historique du pays, il y a des chances que ca parte en clash revolutionnaire. Le climat anti-politicien actuel, alimente par toutes les affaires des voleurs qui vous gouvernent, pourrait voir des moments oublies ressurgir d'ici peu... avenir sombre pour l'hexagone en tout cas...