Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

septembre 2011, début officiel de la récession ?

Audience de l'article : 10379 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 25 réactions
Votez pour cet article
(145 Votes) - Note : 4.52
Partagez cet article avec vos connaissances

Les chiffres mensuels tombés aujourd'hui sur les indices de l'activité manufacturière et des services en Europe sont sans ambiguité :

 

Il n'est plus question de "ralentissement de la croissance", de reprise "molle", il est de moins en moins question de la "pire des hypothèses" des "stress tests-conte de fée" sur les banques européennes (une gentille stagnation de l'économie en 2012), et avec ces chiffres, les prévisions de croissance du gouvernement français en 2012 apparaissent comme aussi sérieuses et crédibles que les "lunettes Saussez".

 

Non cette fois il est bien question de contraction pure et dure de l'activité. En clair : Le mois de septembre 2011 pourrait bien être le point d'une départ de la nouvelle grande vague de récession en Europe.

 

L'ISM services s'est contracté de façon "inattendue" à 49,1

 

 

L'ISM manufacturier s'est contracté de façon "inattendue" à 48,4

 

 

Et ce début de récession est largement validé par l'indicateur de sentiment économique ZEW en chute libre à -44,6.

 

 

(source des graphiques : forexfactory)

 

Au vu de la brutalité du retournement en cours, survenu en moins de trois mois, et de la vitesse de chute des marchés, cette récession pourrait bien être beaucoup plus plus forte que celle de 2008-2009. Les choses vont d'ailleurs si vite que j'avoue avoir même raté la toute dernière vague de baisse, les indicateurs de sentiment n'ayant pas eu le temps de rebondir suffisamment. Il y en aura toutefois de nombreuses autres à exploiter à la suite de rebonds techniques, avant d'arriver à mon scénario optimiste de fin de baisse à 1500 sur le CAC, ou à mon autre scénario moins optimiste d'un CAC à trois chiffres, et l'idée essentielle reste de garder un maximum de cash pour profiter plus tard de soldes géantes.

 

Ce serait tout à fait normal d'avoir une récession encore plus dure sur le plan fondamental, puisque cette fois la marge de manoeuvre des états en matière de relance artificielle est quasiment inexistante (les états étant déjà au bien delà de leur maximum tolérable en matière de déficits).

 

On notera enfin la forte chute du pétrole aujourd'hui, et la baisse de l'ensemble des métaux, or compris. Plus nous progresserons vers le coeur de la crise, plus ce type de comportement de "course au cash" risque de se généraliser.

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

25 Commentaires

  • Lien vers le commentaire karlusson jeudi, 22 septembre 2011 20:49 Posté par karlusson

    la course au cash, c'est bien, mais sur quelles devises?

    et dans quel but ? les futures soldes que vous annoncez ? toujours les "futures" ! et la déflation ... ?!

  • Lien vers le commentaire yves jeudi, 22 septembre 2011 18:19 Posté par yves

    SP500 a un gros potentiel à la baisse ... déjà 950/1020 pour la vague en cours, ensuite on verra, ça dépendra de paramètres que nous ne connaissons pas aujourd'hui.

    Dans ce deleveraging important {{TOUT BAISSE}} comme en 1998 (crise asiatique) et 2008 (crise dettes privées occident) mais là tout prend d'autres dimensions, on sent la puissance du mouvement. Seul le yen (JPY) tire son épingle du jeu. Bien entendu, ce ne sont pas les fondamentaux du Japon qui incitent à l'achat de cette devise mais un effet de liquidités disponibles à Tokyo.

    Perso : cash 95% (EUR60%/JPY20%/USD10%/GBP5%) et 5% utilities UK.

  • Lien vers le commentaire harry jeudi, 22 septembre 2011 17:01 Posté par harry

    Zut, alors donc les 3% de déficit, le cratère de la Sécu, pas encore en 2012 que les budgets des états reviendront vers l'équilibre ?

    Merci pour ce billet. ;)