Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Réinfection de malades guéris: deux nouvelles alarmantes... ...ou pas.

Audience de l'article : 1849 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
Il n’est pas du tout certain que les personnes guéries du COVID-19 ne puissent pas retomber malade.

De manière générale, les virus pour lesquels le corps peut s’immuniser à vie sont même une petite minorité. 


Deux nouvelles à ce sujet peuvent donc sembler alarmantes :

i)  En Corée du Sud, 141 personnes guéries du COVID-19 ont été re-testées positives.

ii)  A Shanghai, sur 175 personnes guéries et testées pour leurs anticorps, un tiers présentait un niveau très faible et certains même n’avaient pas d’anticorps détectables.


Cependant :
  • Les échantillons statistiques sont trop faibles pour conclure, surtout en regard de la fiabilité du test utilisé en Corée.
  • Ces personnes ne sont pas dans des états graves.
    • Même si la présence du virus était avérée, des études doivent être menées pour comprendre la gravité d’une seconde infection.

Et même une possibilité de réinfection à court terme était avérée, quelles en seraient les conséquences ?


A)     
Avec un traitement trouvé


Cela pourrait repousser un déconfinement complet, le temps de produire la quantité de remède nécessaire à toute la population d’une zone et ce de manière récurrente.
L’industrie pharmaceutique serait même très heureuse de ce « repeat-business », post-confinement.

Nous parlons donc ici de quelques semaines de décalage.

De plus, un déconfinement partiel ciblé pourrait être mis en place. (Voir mes derniers articles.)




B)     Sans traitement encore disponible

Cela serait plus alarmant, car la fameuse « immunité collective » ne serait alors qu’une illusion.
Tout dépendrait de la virulence d’une réinfection ultérieure.



Réinfection ou mutation avec mortalité identique ou supérieure à la première

C’est le scénario du pire. 

Il pourrait justifier un retour à un confinement fort comme aujourd’hui ou devoir accepter les morts par le COVID-19 pour ne pas tuer l’économie (un crise économique majeure fera aussi de nombreux morts parmi les plus pauvres).

Toutefois, si la maladie nous en laisse le temps, un mode de traitement à la coréenne pourrait être mis en place : tests massifs et isolement total des seules personnes infectées.



Ce scénario du pire est-il probable ?

A mon avis, la probabilité est faible, car:

  1. Avec le nombre de malades dans le monde, nous aurions déjà dû voir un nombre de réinfectés important. Ce n’est pas le cas.
  2. Les études sur des virus de la famille du coronavirus sembleraient montrer que l’immunité est au minimum de quelques années. 




Réinfection ou mutation, avec mortalité faible


C’est pour moi le cas le plus probable.


Ce scénario regroupe différents cas de figure:





  • Maladie toujours grave, mais remède en place
  • Malades guéris, mais avec un virus mis en sommeil et réveillé par des circonstances particulières (ex : baisse de l’immunité du corps…)
  • Porteurs sains diffuseurs de la maladie…
Tous ces cas aboutissent au même résultat : un mode de traitement de l’épidémie  comme une maladie de type grippe.

L’impact économique serait faible et ne justifierait pas le retour à un confinement.


__________

Conclusion :


Si la réinfection à court terme devait être avérée, cela serait un réel problème sanitaire, mais pas nécessairement économique.


Seulement en cas de réinfection à cycle court et de même gravité que la première infection, les gouvernements devraient faire le choix entre des morts du fait d'une crise économique historique ou du fait du COVID-19.
Mais ce scénario du pire est le moins probable.

Il est plus probable qua mortalité diminue sur un seconde attaque et qu’un mode de traitement comme pour une maladie infectieuse standard soit suffisant.



Dans tous les cas, une levée totale de confinement suppose la disponibilité effective ou imminente d'un remède. 
Si l’invention d’un remède devait durer avec un impact devenant inacceptable sur l’économie, une levée de confinement à géométrie variable serait la seule voie. 
(Voir mes précédents articles).


Dans les prochains jours, il faudra suivre l’information médicale pertinente, en provenance des pays qui ont été touchés les premiers et en masse.
Et se garder des analyses alarmistes des mauvais journalistes.
Poster un commentaire

3 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Engin-ear lundi, 27 avril 2020 19:58 Posté par Engin-ear

    Peut-on être re-infecté par le COVID19?

    La déduction logique nous dit "Oui".

    Il "suffit" d'être exposé à une souche #2 de COVID19 suffisamment différente pour que les anticorps #1 ne protègent pas.

    Notre connaissance collective mondiale du COVID19 est encore assez faible.

    Pour une grippe saisonnière banale, les vaccins officiels ne protègent que contre un cocktail de plusieurs souches les plus dangereuses. Cela laisse de la place pour être reinfecté la même saison par une souche "hors vaccin".

  • Lien vers le commentaire Karl Descombes jeudi, 23 avril 2020 11:22 Posté par Karl Descombes

    Je serais d'accord si la contagiosité n'était pas si importante.


    Deux exemples:
    ____

    Dans un restaurant en Chine, deux familles à deux tables séparées ont été infectées par une personne à une troisième table.
    Les tables étaient à plusieurs mètres d'écart. Il n'y aurait eu AUCUN contact entre eux.
    Et les autres tables dans le restaurant n'ont pas été touchées.

    La seule explication est le flux d'air généré par une clim.
    Ce qui a été confirmé sur le terrain. Seules ces trois tables étaient dans le courant d'air de cette clim.

    ____

    A Paris, 4 puits sur 27 mesurés avec des traces de virus.
    OK, cela ne veut pas dire nécessairement que le virus était actif.
    Mais tout de même. On ne pensait pas cela possible il n'y a pas longtemps...

    ____

    Sans mesures strictes, la situation sera hors de contrôle.

    3% de morts (ou plus) parmi 66 millions de français, c'est près de 2 millions de morts en France.
    Vous prenez le risque dans la position de M. MACRON?

  • Lien vers le commentaire philbp samedi, 18 avril 2020 12:41 Posté par philbp

    Avait on un remède (ou un traitement efficace) contre le sida de 1983 à 1997. Non, on  avait juste le préservatif comme mesure barrière. On n'a pas interdit les boites, la drague, les one night stands pour autant, alors que la dangerosité du sida était plus forte à l'époque que celle du Covid 19 pour les population saine et d'age inférieur à 70 ans.

    Aujourd'hui contre le Covid 19 on a juste les gestes barrière et la distanciation sociale. Et on sait que si on est parfaitement sain, la probabilité de passer sous un respirateur apres l'avoir contracté est de 1 pour 10 000.

    Je crois que, ce qu'on voit aujourd'hui dans nos sociétés hautement médicalisées qui il y a un mois encore se croyaient invulnérables, c'est la panique du péquin riche ou pauvre souvent gavé de ce qu'il ne faut pas pour lutter contre le COVID (antibiotiques, anxiolythiques,antidouleurs, antidiabetes, anti-arythmie, anticholesterol, glucides),  d'etre terrassé par un coup du sort, alors qu'il y a un passeport relativement sur pour la survie: ETRE NATURELLEMENT SAIN
    Pour résumer la régénèration de la santé repose sur  trois pilliers:
    1.Sommeil naturel (sans benzodiazepine),
    2. alimentation contenant les nutriments essentiels
    3. Exercice physique
    Bien sur, si on mettait cela en application on ferait des économies énormes dans nos dépenses de pseudo médecine, mais:
    A)Les Français croient encore en la pseudo médecine qui nous maintien en vie tel des animaux de laboratoire
    B)Les réseaux de Big Pharma, praticiens, caisse et mutuelles dont la maladie est le fond de commerce lèveraient de concert leurs boucliers et sonnerait  l'halali pour la  lchasse aux  "charlatans".

    PS Mon grand pèree était chirurgien, ma tante est radiologue
    -