Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Conquérir la bourse

Prochaine crise : pourquoi je pense que 2008 ne sera qu'un petit hors d'oeuvre à coté d'elle.

Audience de l'article : 3840 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions

Nous approchons aujourd'hui d'un retournement de cycle, et il est même possible qu'il soit déjà en cours sur les marchés européens et émergents depuis quelques mois, même si ce n'est pas encore apparent en monnaie locale.

Les indicateurs avancés de récession ci-dessous n'indiquent pas encore de récession imminente, mais une situation de fin de cycle déjà bien avancée : 

a) Spread de taux 10 ans - 6 mois US

10y6mus


b) indicateur multi-critères d'alerte de récession du "grand accélérateur".


cycle0818


Dans le même temps nous sommes en face d'une surévaluation des marchés à l'échelle mondiale équivalente à celle de 2000 et 2007 : 

worldgdpratio

Graphique : zerohedge

Dans ce contexte, on pourrait logiquement se dire "un nouveau marché baissier de un à trois ans nous attend, comme en 2000 et 2007, puis les affaires reprendront avec les actions de relance des banques centrales et des gouvernements.".

En réalité je ne crois pas vraiment à ce scénario, et suis nettement plus pessimiste. J'anticipe au contraire une crise et un marché baissier sans précédent connu depuis plusieurs décennies pour quatre raisons : 

1) La nature de la bulle actuelle.

Pour que la mayonnaise d'une bulle prenne, il faut toujours une "belle histoire" qui fasse rêver les investisseurs. Les valeurs internet en 2000, l'immobilier et le crédit hypothécaire en 2007 qui offrait une source de revenus infinie. Il s'agissait d'histoires concernant des classes d'actifs locales.

en 2018, cette "belle histoire" devient très spéciale : c'est tout simplement la conviction que les banques centrales ont la capacité de maîtriser parfaitement le système et d'assurer une stabilité durable sur les marchés financiers, permettant d'y investir quasiment sans risques. L'histoire concerne donc cette fois carrément le sommet du système financier (les banques centrales). L'implosion qui "cassera" cette histoire aura donc des conséquences sans commune mesure avec les "cassures" précédentes. Cette fois les acteurs économiques ne vont plus perdre confiance dans un actif (valeurs internet, immobilier), mais dans le système financier tout entier. Ce n'est absolument pas comparable en termes d'impacts à venir  !

 

2) La capacité de résilience du système est bien plus faible qu'en 2000 ou 2007.

En 2007, nous avions des taux courts voisins de 5% aux USA, et aucune politique de quantitative easing en action.

Aujourd'hui ces taux sont à zéro au Japon et en Europe (marge de manoeuvre nulle), et à peine au dessus de 2% aux USA. le cycle de croissance en cours n'a pas permis de reconstituer des marges de manoeuvre monétaire significatives, contrairement aux précédents sommets de cycle.

Mais il y a pire : La BCE et la BOJ japonaise sont encore en mode "soutien artificiel" alors que nous sommes en plein haut de cycle.

La BCE rachète des obligations d'état de pays d'Europe du Sud à tour de bras pour tenter de maintenir à flot la zone euro, sans arriver à enrayer le creusement des déficits des balances Target 2 (bien plus hauts aujourd'hui qu'ils ne l'étaient en 2011-2012 lors de la mini-crise de la zone euro), et sans empêcher les taux longs italiens de remonter maintenant au dessus des 3%.

target2

(graphique : www.yardeni.com)

Quand à la BOJ, elle est devenue le premier acheteur de fonds actions du Japon, et parmi les principaux actionnaires de plus de 40% des sociétés japonaises cotées, pour pousser la bourse japonaise à la hausse. Action forcément vouée à l'échec à terme, parce qu'à terme la BOJ (organisme para-étatique) deviendra propriétaire de plus de 50% des parts de la plupart de sociétés cotées, et on se trouvera de fait avec un pays nationalisé par la BOJ !

Il est donc évident que la BOJ et la BCE n'ont aujourd'hui plus de marge de manoeuvre disponible en cas de choc économique interne ou externe.

3) L'extension de la bulle est bien plus globale qu'elle ne l'était en 2007.

2007 a vu l'implosion d'une bulle de crédit principalement américaine, avec une contagion modérée au reste du monde.

Actuellement la bulle de crédit et la bulle d'actifs est générale, et des pays majeurs comme la Chine, qui étaient encore assez sains en 2007 ont vu leur endettement littéralement exploser depuis 10 ans.

Le ratio dette / PIB en Chine est ainsi passé de 141 à 256% du PIB depuis 10 ans.

chinadebt

(graphique : Bloomberg)

Et la situation de la zone euro, avec les divergences de compétitivité entre Europe du Sud et Europe du Nord, et les déséquilibres Target 2 associés, est bien plus fragile qu'elle ne l'était en 2007.

Nous avons donc tous les éléments réunis pour une contagion massive et rapide d'un départ de crise, quel que soit l'endroit où la mèche sera allumée (pays émergents, Europe ou USA).

4) La démographie est beaucoup moins favorable, notamment en Europe

En 2007, l'Europe bénéficiait encore d'une démographie assez favorable : le vieillissement de la population permettait encore une hausse de la part de population active au sein de la population globale.

En 2018 et au delà, c'est un phénomène exactement inverse qui se produit, à savoir que la part de population active diminue au profit des retraités, entraînant une tendance structurelle à la baisse de la consommation et des investissements. Le Japon se débat avec ce problème démographique depuis plus de 10 ans, mais a bénéficié jusqu'ici du soutien de la croissance mondiale et de son secteur industriel exportateur très solide qui a permis de compenser en partie. Ce ne sera pas le cas cette fois en Europe.

popeurope

Graphique : population-europe

 

Voilà pourquoi je m'attends lors du prochain retournement de cycle à quelque chose de beaucoup plus puissant et violent qu'en 2008. Bien entendu les économies repartiront ensuite, notamment sous l'influence des pays d'Asie du SE. Mais de gros dégâts sont à attendre avant cela, et il vaut mieux y être préparé !

 

 

 

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

4 Commentaires

  • Lien vers le commentaire hftrade samedi, 18 août 2018 18:55 Posté par hftrade

    Je m'en fais pas trop pour le japon ou les US pourquoi par contre je pense que la  ripouxbellique francaise va royalement se casser la gueule, si on parle des pays occidentaux ? certaines parties de la france ressemblent d'ailleurs deja a l'afrique, continent le plus a la ramasse

    15 millions de retraités, 10M de fonctionnaires, 6M de chomeurs et assistés ... et 10m de barbus ou plus

    La secu francaise est un schema de ponzi geant. 1/3 du PIB francais part en aides sociales (top OCDE) et 60% du PIB est généré par l'etat. le systeme de retraite en France est un des plus desequlibrés au monde (rapport actif cotisant)

    si on parlait aussi des DOM-TOM francais a la con, comme la reunion par exemple ? il y a meme un terme  pour la CAF , "alloc braguette" A saint martin ou mayotte recemment, on a pu entrevoir le futur de la republique.

    Si on parlait de l'expo des banques francaises a la turquie, italie etc et/ou de leur bilan pourri et de leur leverage ? banques allemandes idem et la DB devisse serieusement.

    Si on parlait de l'euro ?

    les OATS francais

    https://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND

    0,67% pour du 10 ans pour un etat virtuellement en faillite, heuresement que la BCE achete a plein pot

  • Lien vers le commentaire francois vendredi, 17 août 2018 20:53 Posté par frcclair

    geekofrun....relisez cinq fois le titre...et vous comprendrez....
    Merci Loïc.

    Je suis d'accord sur l'aspect général.

    concernant la BOj, que le pays soit nationalisé, ce n'est un problème pour presque aucun japonais. Ce pays est renfermé sur lui-même, achète peu a l'exterieur, (sauf ce qu'il ne peut pas produire), et son endettement est essentiellement detenu par les japonais eux-même(Je rejoint l'analyse de C Gave). C'est un peuple vieillissant, mais extrèmement résilient.
    Coté US, il on des marges de maneuvre a la BC puisque les taux ne sont pas a zéro.
    Quant a l'europe, peuple pas solidaire, gros problèmes d'integration migratoire, taux sans marge de manoeuvre....Les galipettes de Mr Trump ne devrait pas tarder a produire leur effets: Déjà l'effet Livre Turque a commencer a chauffer le chaudron des banques europennes.....la suite ne devrait pas trop tarder.
    D'ailleur,s je souhaite convertir des euros en dollars, et trouver une banque en zone dollar fiable....y'a des infos de ce type dans tes formations? je viens de commener a utiliser transferwise, mais ils travaillent avec deutsch Banque, et ça, ca ne me plait pas!!

  • Lien vers le commentaire DE PRINCE jeudi, 16 août 2018 22:02 Posté par geekofrun

    10 ans de retard fans le titre ...
    Espérons que "l'analyse", si tant est que c'en est une (perso je trouve que ça fait copier-coller d'autres sites), soit moins datée.

  • Lien vers le commentaire ebjiadang jeudi, 16 août 2018 15:08 Posté par ebjiadang

    Bonjour Loic,

    Très bonne analyse.

    Je souhaiterai vous contacter pour discuter de vos formations et avoir quelques points de détails afin de choisir celles qui me correspondent le mieux.
    A quelle adresse email puis-je le faire? Par avance merci de votre réponse.

    Bonne journée.

    Eric B.