Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

La France, lanterne rouge de l'Europe ?

Audience de l'article : 5417 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 9 réactions
Votez pour cet article
(16 Votes) - Note : 4.63
Partagez cet article avec vos connaissances
Même si c’est sous l’effet de mesures plus que douteuses de fuite en avant dans la dette et de stimulations artificielles qui seront plus tard à l’origine de problèmes aggravés, beaucoup d’économies montrent aujourd’hui des signes de reprise :

- L’activité reste assez dynamique aux USA, à l’exception du dernier trimestre 2012 qui a montré un recul du PIB de 0,1%.

- La Chine montre une accélération sensible de son activité sur les deux à trois derniers mois, avec un emballement de l'agrégat monétaire M1 qui s'est montré fortement corrélé au PIB dans le passé.

- L’Allemagne se reprend également bien, avec un sentiment économique qui retrouve ses meilleurs niveaux de 2010 et un indice PMI qui redresse la tête en février pendant que le secteur des services se montre solide.

Sentiment économique ZEW (source : forexfactory.com)

ZEWall

Indice composite PMI allemand, source : Markit
PMIall

- Et même en Italie, on observe un début d’amélioration, avec un PMI manufacturier encore en contraction mais au plus haut depuis dix mois.


Face à cela, il y a un pays qui pratique autant que les autres la fuite en avant dans la dette et le déficit public…mais qui ne parvient même pas à profiter du début de reprise ambiante, et s’enfonce dans une récession de plus en plus marquée : La France.

Le dernier rapport de Markit sur l’activité manufacturière est franchement mauvais, pour ne pas dire exécrable !

- Les nouveaux ordres se contractent à un rythme sans précédent depuis mars 2009.

- Le recul de l’emploi est au plus fort depuis dix mois.

- la chute de la production industrielle s’accélère.

Production manufacturière en France (source : Markit)
manuffra

Du coté des services, ce n’est pas mieux, avec un plus bas de l’indice d’activité Markit sur 46 mois !

L'indice composite PMI de Markit montre ainsi que la France se situe aujourd'hui au dernier rang des grands pays de la zone euro :

PMIfrance
 

Le constat est en fait sans appel : la France est maintenant le pays d’Europe (parmi les principales économies européennes) où la contraction de l’activité économique est devenue la plus forte.

La situation de notre balance commerciale confirme aussi largement la perte de compétitivité et la dégradation structurelle de l’économie française au cours de la dernière décennie (source du graphique : tradingeconomics)

francebt

Les faits sont donc visiblement en train de donner raison à « the economist », qui avait fait parler de lui fin 2012 avec son article sur la France, présentée comme prochain grand problème de l’Europe.

Le niveau largement excessif des dépenses publiques (57% du PIB aujourd’hui), la rigidité du marché du travail, l’absence de réformes structurelles, avec un immobilisme encore plus marqué depuis les élections de 2012, la fiscalité en hausse provoquent cette dérive de la France vis à vis de ses partenaires économiques, qui est en visiblement en train de s’accélérer depuis l’été 2012. 

Au vu des choix politiques et économiques qui sont affichés aujourd’hui, cette situation a malheureusement peu de chances de changer dans les trimestres à venir, et ce qui me semble être le plus inquiétant est que cette régression de l'économie française intervient au moment où de nombreuses autres économies mondiales connaissent une relative embellie. Qu'en sera-t-il lorsque le maigre cycle de reprise actuel prendra fin ?






loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

9 commentaires

  • Lien vers le commentaire Balthazar mardi, 26 février 2013 22:25 Posté par balthazar

    "Sego a la BPI"

    Elle est plus bete que ses chaussures (c'est pas moi qui  le dit mais les socialistes eux-mêmes)  et elle se retrouve à la tete de ce qui est soi-disant l'outil financier qui va tous nous sauver ... 

    Comme par enchantement ... juste comme ça.

    Aucun media pour s'en offusquer. Normal, ils font partie du systeme eux aussi.
     

  • Lien vers le commentaire Balthazar dimanche, 24 février 2013 12:53 Posté par balthazar

    sans aller jusqu'à "- moins de crêches, moins d'écoles, moins d'aides sociales, moins d'allocations familiales, moins de remboursement de frais de santé, moins d'indemisation du chômage... moins de niches fiscales..."

    on pourrait deja faire : moins de subventions aux commissions théodules et associations  anti-tout, moins de rond-points au mileu de nulle part, de radars et autres guirlandes affichant la vitesse que tout le monde a sur son compteur, moins de dépenses inconsidérées des communes, moins de fonctionnaires, moins de ministres, de députés, de sénateurs, de strates adminitratives locales, moins de lois, moins de niches fiscales.

    Cela ne couterait pas un centime. Le service public délivré  resterait le meme. 
    Deja ça, sans baisser d'un centime les aides sociales, ce serait  deja un sacré bond en avant. Et suffisant à mon avis. Sauf pour les retraites, où là on ne pourra pas faire l'économie d'un alongement.

  • Lien vers le commentaire london511 samedi, 23 février 2013 19:11 Posté par london511

    Cependant les anglais possèdent la banque d'Angleterre, ainsi ils pourront limiter la hausse des taux

  • Lien vers le commentaire Cédric Froment samedi, 23 février 2013 18:19 Posté par cedric froment

    Depuis l'été 2012, les taux UK (2.1%) sont dans le viseur des spéculateurs, ceux de la France ont moins souffert meme s'ils restent supérieurs ( 2.2%)  :


    attaque copie