Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

70% de chômage avec l'arrivée des robots ?

Audience de l'article : 3679 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Je suis un Singulariste, en ce sens que je crois en la théorie de la Singularité. Je tiens pour vraie l'idée qui veut que les machines vont devenir prochainement, à l'échelle d'une ou deux décennies (au maximum trois), plus intelligentes que les êtres humains, et qu'elles nous seront supérieures à tout point de vue. Et depuis longtemps je m'interroge sur les conséquences possibles que cette révolution pourrait avoir sur les sociétés humaines, et sur la notion même d'Humanité.

Cependant, l'automatisation de l'économie, notamment de l'industrie, a démarré il y a déjà fort longtemps. On pourrait même dire que la robotisation est un phénomène inhérent à la révolution industrielle, et que le taux de robotisation augmente de façon linéaire depuis deux siècles avec l'accroissement des connaissances humaines. Cette évolution est amenée à se poursuivre et à s'amplifier fortement, avec l'arrivée sur le marché du travail de machines (humanoïdes désormais) agiles et performantes. Pour illustrer cette tendance, vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous le nouveau robot "travailleur" de la firme japonaise Kawada Industries qui a été conçu dans le but délibéré de remplacer les ouvriers humains travaillant à la chaîne (250 000 € l'unité) :


Les capacités de ces robots peuvent encore vous paraître trop limitées, mais dans ce domaine des bonds de géants sont réalisés chaque année, et la décennie qui vient va nous réserver bien des surprises. La France aussi suit le mouvement, mais son entreprise phare, Aldebaran Robotics, a préféré opter pour la robotique de services : les robots d'assistance et de téléprésence. De toute manière, le nombre d'industries et donc d'emplois industriels en France fond comme de la neige au soleil, donc il n'y aura bientôt plus rien à remplacer ! Ainsi, le gisement d'emplois "disponibles" dans les services pour les robots est bien plus conséquent...

Certes, le remplacement des humains par les robots ne va pas se faire du jour au lendemain. Au début, ils vont pénétrer dans les secteurs privés ou publics via le rôle d'assistants. Ils vont donc "assister" les enseignants dans les écoles, les pompiers lors des incendies, les salariés et les fonctionnaires lors de l'accueil et des réunions, les agriculteurs, etc etc... Tout le monde sera concerné d'une façon ou d'une autre, tout le monde devra apprendre à vivre avec les machines. Puis, avec le temps, celles-ci seront sans cesse perfectionnées et "humanisées" (pour effrayer la population le moins possible), jusqu'au jour où la plupart des humains seront devenus inutiles.

Car, une fois que les robots auront acquis les mêmes aptitudes, physiques et intellectuelles, que les êtres humains moyens, quel choix les entreprises privées ou les puissances publiques vont-elle faire ? La réponse est évidente. Une machine peut travailler jour et nuit, elle n'a pas besoin de dormir ou de faire des pauses, nulle obligation de payer des cotisations ou de lui verser un salaire, il suffit juste de l'acheter et de lui fournir de l'énergie (et de la faire réparer de temps en temps). Nous pouvons encore gagner quelques batailles, mais nous avons d'ors-et-déjà perdu la guerre.

Certains nous prédisent déjà un futur taux de chômage tournant autour de 70% voire 80% ! Je ne sais trop quoi penser de ce chiffre, tout ceci est très subjectif, mais une chose est sûre, un tel taux de chômage forcé serait catastrophique pour la population humaine, sauf si l'on passe à une société d'assistanat généralisé. Dans ce type de système, la quasi-totalité de la population dépend de la puissance publique pour survivre, via l'imposition des entreprises robotisées. Disons que ceci n'est pas une perspective hyper-enthousiasmante...

Toutefois, il ne faut pas sous-estimer ici un biais anthropocentrique un tantinet méprisant. En effet, si les machines deviennent aussi intelligentes que les êtres humains, pourquoi choisiraient-elles de travailler pour des patrons humains sans rien recevoir en retour ? Car, avec l'intelligence vient la conscience de soi, et de sa condition. N'est-ce pas présomptueux de croire qu'elles vont obéir au doigt et à l'oeil ? Qu'est-ce qui nous fait croire que les robots seraient intéressés par nos emplois ? Une fois un certain stade acquis, leurs intérêts seront peut-être très divergents des nôtres. Tenez, par exemple, ils seront particulièrement adaptés pour se lancer à la conquête du Système Solaire, et de la galaxie. Certains pourraient choisir de nous laisser tout seuls sur notre caillou bleu...

Il faut se garder de brandir des scénarios apocalyptiques trop simplistes. Les robots commencent à susciter de nombreuses peurs, et ce n'est que le début ! Parfois, il est vrai que ces peurs sont tout à fait légitimes : l'utilisation de robots "soldats" par l'armée américaine sur les champs de batailles va certainement enclencher une nouvelle course à l'armement robotique qui, à mon humble avis, ne va rien apporter de bon. Mais, de façon plus globale, une question se pose : quel genre de relations les humains vont-ils nouer avec les machines ?

Aymeric PONTIER 

Source :

http://aymericpontier.blogspot.com/2011/02/singularite-vers-un-taux-de-chomage-70.html

Poster un commentaire