Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

Où en sommes nous dans le cycle économique aujourd'hui ?

Audience de l'article : 2821 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

La situation actuelle présente des points communs avec 2000 et 2007 au niveau des excès de valorisation aux USA, mais il y a aussi des différences dans le timing qui rendent cette comparaison très imparfaite.


 

Liens utilisés dans la vidéo :
Graphique du dow de 1970 à 1979 : https://leduc998.wordpress.com/2008/05/23/dow-jones-1970-1979/

Bilan des banques centrales (Yardeni) : https://www.yardeni.com/pub/peacockfedecbassets.pdf


Pour aller plus loin, avec un suivi régulier de la situation économique et des idées d'investissement actuelles (certaines small caps ont beaucoup baissé et sont revenues à des cours d'achat aujourd'hui), la lettre PEA vous apportera des réponses utiles : 
http://formation.objectifeco.com/loc-abadie-portefeuille-pea/

Si vous souhaitez avoir dès maintenant les stratégies simples à appliquer quand le retournement arrivera pour de bon, choisissez un bon bouclier ! :

http://formation.objectifeco.com/loic-abadie-lebouclier/

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Thierry Seguin mercredi, 03 octobre 2018 08:25 Posté par Thierry Seguin

    En parlant d'historique et de recul, j'aimerais faire référence à Martin Armstrong qui nous parle d'un cycls de plusieurs décennies d'amplitude, et dans lequel nous basculons d'une crise du privé vers une crise du public et inversement. Et aujourd'hui nous en serions dans la crise de confiance envers le Public, à savoir les gouvernements, Etats, et leurs dettes. Et donc le pognon qui est stocké sur les dettes d'Etat, et qui représente bien plus que les marchés actions, risque de se déplacer vers les actions par aversion au risque par rapport à un défaut des Etats. Toute référence de PER datant même d'il y a une vingtaine d'années ne serait donc pas forcément pertinente et son scénario est qu'au contraire les actions US vont continuer de monter, et ce de plus en vite si on dépasse un certain seuil.

    Charles Gave de IDL recommande d'ailleurs de placer une partie de son patrimoine dans des actions type Air Liquide, parce qu'il vous en restera toujours quelque chose, plutôt qu'en cash à la banque...cela rejoint la même philosphie.

    J'ajouterais à cela l'effet tsunami. Quand un système s'effondre, il met du temps. C'est un peu comme la gangrène. Les parties périphériques pourissent d'abord. Les capitaux fuient vers le centre, donc les US. Donc amha les marchés US vont surperformer les autres indices, en particulier les émergents, mais également la France, d'ailleurs c'est déjà le cas depuis des mois.
    Et puis quand tout le monde se sera réfugié sur le bateau US, là il pourra sans doute couler lui aussi, mais chaque chose en son temps... en attendant ce sont les Small Caps qui sous performent, et c'est pareil aux US (Russel 2000 qui ne fait rien par rapport au DJ30 qui accueille les capitaux étrangers en priorité...).
    Bonne continuation,

  • Lien vers le commentaire Malta4seasons mercredi, 03 octobre 2018 07:17 Posté par malta4seasons

    Il est vrai que la tendance haussière des bourses américaines ne semble pas brisée. Et votre paradigme suppose que la crise viendra à cause des signaux de l'économie américaine. Pourquoi le paradigme cette fois-ci ne serait-il pas inversé? C'est à dire que la crise démarrerait de l'économie européenne à cause de l'endettement excessif des pays, du manque de cohésion et surtout de cette abérration qui est l'euro. Il est probable que la BCE n'arrivera pas à éteindre le feu et que cela se propage ensuite à l'économie américaine avec perte de confiance dans les marchés financiers (la FED),  hausse des taux d'intérêts et début de phase baissière? On voit bien que l'on est dans un range horizontal au niveau du CAC40 et les premiers signaux alarmants venant au niveau des taux se manifestent déjà.
    Je peux évidemment me tromper mais je ne suis pas totallement convaincu du potentiel haussier des petites capitalisations. Je pense que le redressement aurait déjà dû se produire. 
    La situation est devenue beaucoup trop confuse pour moi à tous les niveaux.