Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jacques SAPIR

Jacques SAPIR

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Chômage, les chiffres globaux au delà de la communication du gouvernement

Audience de l'article : 644 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
La question du chômage est aujourd’hui, à l’évidence, une question centrale. Elle l’est pour des raisons matérielles mais aussi en raison de l’imprudente (et impudente) affirmation de François Hollande sur une « inversion » de la courbe du chômage. Il faut savoir que les données officielles sont contestées dans de nombreux pays, comme aux États-Unis et dans un certain nombre de pays européens. En France aussi l’ampleur du chômage prête à polémique, en raison de l’utilisation de la notion de « demandeur d’emploi » comme équivalent à un chômeur. Pourtant, on doit constater que les divers organismes de recueil et d’exploitation des données font un travail honorable. Ce qui pose problème dans notre pays, est la présentation de ces données.

Les chômeurs et les « demandeurs d’emploi ».

Il convient tout d’abord de savoir que les données présentées en France ne sont pas celles du « chômage » mais des « demandeurs d’emploi ». De ce point de vue, les données ne sont pas nécessairement cohérentes avec celles correspondantes au sens de l’OIT. Les données des demandeurs d’emplois sont des données administratives, et peuvent faire l’objet de corrections, en particulier quand le demandeur d’emploi ne remplit pas certaines des conditions pour se voir inscrit. Dans ce cas, il est rayé des listes et « disparaît », mais ne cesse pas pour autant d’exister comme « chômeur »…

Ces données sont de plus réparties en catégories qui sont définies comme suit par la DARES[1].

« …la Dares et Pôle emploi présentent à des fins d’analyse statistique les données sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en fonction des catégories suivantes :

Catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;

Catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;

Catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;

Catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;

Catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés). »

C’est la catégorie « A » qui est constamment citée. C’est elle qui sert aux hommes politiques pour les discours sur le « chômage ». C’est une catégorie importante mais pas nécessairement totalement représentative. On présente ici son évolution :

Graphique 1

Demandeurs d’emplois, catégorie A

A - ChomAOn note immédiatement que la courbe de la catégorie A augment très fortement dans la seconde moitié de 2008 et au début de 2009, ce qui correspond à la crise financière. Elle se stabilise de 2010 à l’été 2011 et reprend alors son ascension. C’est l’effet des reformes dites « Fillon » qui ont cassé la croissance économique. Mais, cet effet se poursuit avec l’élection de François Hollande qui ne présente que peu de différences avec celle de ses prédécesseurs. On est donc passé de 1,9 millions à 2,6 millions de demandeurs d’emplois pour la catégorie « A » de février 2008 à avril 2010 puis de 2,6 millions en avril 2011à 2,9 millions en mai 2012 (effets des « réformes Fillon »). Depuis mais 2012 la courbe n’a cessé de monter et a atteint en août 2015 3,57 millions.

Les chiffres réels

Cependant, la catégorie « A » ne donne qu’une image imparfaite de la situation. On constate en effet que la catégorie « D » en est très proche et devrait logiquement lui être associée. Une personne déchargée de l’obligation de faire un « acte positif de recherche d’emploi » dans le mois courant, quel qu’en soit la cause, mais sans emploi, correspond bien à la conception normale d’un « chômeur ». Retenons donc la pertinence de la catégorie « A + D ».

Par ailleurs, les personnes qui sont en catégorie « B » ont un emploi à temps très partiel qui leur a été imposé (- de 78h par mois) et souhaitent travailler. Cela correspond aux chômeurs qui retrouvent un emploi pour quelques jours, mais qui ne cessent pas d’être des chômeurs pour autant. Ainsi, le chômage réel couvre en réalité les catégories A + B + D, et l’on peut considérer que la catégorie B+D correspond à un chômage masqué statistiquement. La courbe de l’agrégat « A+B+D » est relativement parallèle à celle de la catégorie « A ». Mais les niveaux sont, bien entendu, très supérieurs. On est en février 2008 à 2,6 millions et en juillet 2010 à 3,5 millions. En avril 2011 on est à 3,47 millions et en mai 2012 à 3,74 millions. Puis, la progression continue et l’on atteint en août 2015 4,57 millions. C’est ce chiffre qu’il faudrait, en toute logique, prendre comme une estimation du chômage et non pas les 3,57 millions de la catégorie « A ».

Graphique 2

A - Chom2 - ABD
Compte tenu du nombre de chômeurs qui ont été rayés des listes de pole Emploi ou qui ne se réinscrivent plus, car étant à bout de droits, on peut raisonnablement estimer le nombre de chômeurs réels dans notre pays à 5 millions. Tel est le prix de la politique européiste poursuivit par ce gouvernement.

[1]DARES,http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/statistiques,78/chomage,79/les-mots-du-chomage,1413/les-demandeurs-d-emploi-inscrits-a,9576.html
Poster un commentaire