Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Pourquoi je quitte l'Irlande et l'Europe ?

Audience de l'article : 2166 lectures
S’expatrier est en grande partie une question de feeling. Je suis parti en Irlande pour 6 mois à la base, j’ai eu confirmation de mes intuitions premières. L’Europe, ce n’est plus pour moi !

Pour avoir beaucoup voyagé, je me sens bien plus à l’aise, en Amérique latine ou en Asie. Quant à la France, n’en parlons même pas c’est encore pire que l’Irlande. Fiscalement parlant, c’est devenu un enfer ! On vous vole ce que vous gagnez à la sueur de votre front !

En fait, pour tout vous dire j’ai saturé complètement. En Irlande, le temps est ignoble et m’agace. Il n’y a presque jamais de soleil, le climat est gris, froid et humide. A côté de cela, le coût de la vie est cher, je paye par exemple près de 800 euros par mois pour une collocation proche du centre-ville.


Une histoire d’expérimentation


Ca fait près de 5 ans, que je parcours le monde. Je me suis rendu dans plusieurs pays du monde avant de porter un jugement.  J’ai pu définir que je serai plus enclin à vivre dans des pays en voie de développement, avec un manque de repère occidental.

Pour certaines personnes, ce sera le contraire. Elles nécessiteront des jalons civilisationnels et des tuteurs pour ne pas se retrouver paumées.


Que veut-on changer réellement dans sa vie ? Quels sont nos objectifs ?

S’expatrier est un choix qui porte des questionnements profonds. Il est préférable de s’interroger  sérieusement avant de partir. Je suis persuadé qu’il y a quelque chose de plus ancrée que le fait de vouloir sortir de la rat race.

Une majorité d’individus perdent leur temps à fantasmer sur des choses qu’ils n’auront jamais ou qu’ils ne feront jamais. Une personne qui se bouge, aura quant à elle expérimentée pas mal de ces pseudos rêves qui font frémir la masse.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’il me paraît important de savoir pourquoi vous voulez quitter la rat race. Or, je me rends compte autour de moi, dans mon entourage proche, que le temps disponible est la denrée la plus précieuse de nos existences. Il ne vous sera pas remboursé.

Accumuler pour accumuler ne me semble pas être une condition sine qua none au bonheur. Gaspiller est temps pour de l’argent, non plus. L’idéal est de pouvoir trouver un équilibre entre sa vie pro et perso. L’arbitrage est souvent délicat dans ce domaine là !

Il y a un élément, auquel par contre, je ne démords pas. Je crois fortement que si l’on désire être l’acteur de sa vie, il faut être capitaine de sa propre barque. L’entreprenariat est le premier chemin qui mène vers la liberté. Tout le reste c’est du pipo !

Quand je vais sur des forums et que je vois des personnes voulant travailler au smic local d’un pays émergent, ça me fait hurler de rire. Il y a aussi ces gens qui ne jurent que par l’hôtellerie ou la restauration. Je me demande parfois, s’ils sont bien sérieux !


Mais revenons-en à nos moutons ! Pourquoi je quitte l’Europe ?

Je vous ai parlé du fait que je me sentais plus à ma place dans un pays en voie de développement. Maintenant, il existe d’autres facteurs qui me poussent à franchir définitivement le pas.

En premier lieu, pour ne pas le répéter assez, l’aspect fiscal m’inquiète. La loi des échanges automatiques de données va se mettre en place pour 2017. J’ai mené mon enquête, en appelant différents professionnels de l’offshore,  des avocats fiscalistes… ils ont tous confirmé mes craintes par rapport à ce sujet. Ce qui se trame est d’une envergure inouïe. Par ailleurs, si vous avez suivi l’actualité ces derniers temps, même le Panama, aurait des fuites. La couche « Panama Papers » n’a pas tenu le choc !

L’UE est dans un étau et sera mise de plus en plus sous pression à l’avenir. Ce qui m’amène au deuxième point ; l’euro. Tout comme moi, bon nombre de spécialistes doutent de sa survie et son existence à long terme. L’ensemble des monnaies plurinationales ont toujours disparu dans l’histoire. L’euro représente un risque pour son patrimoine personnel. L’or et le dollar, ou d’autres devises me paraissent essentiels pour assurer ses arrières.

De surcroît, vivre au sein de l’Europe au moment du délitement de la monnaie unique me semble dangereux. Quelle sera la réaction des personnes spoliées ?

Et je ne parle pas de la crise des migrants qui secoue le vieux continent actuellement… les attentats à répétition, les violences ethniques ! Dans un contexte pareil, quel avenir j’offrirai à moi-même  ou celle de ma famille ? Un futur peu glorieux, c’est certain.


La fin de la procrastination et la prise de décision

La détermination est plus forte que tout dans la vie. Si vous voulez quelque chose coûte que coûte, vous l’obtiendrez, croyez moi ! Plus de 90% des êtres humains ne vont pas au bout de leurs rêves parce qu’ils ne sont pas assez déterminés.

Une fois la phase d’expérimentation terminée, décidez vous et foncez ! Vous êtes seul et responsable. Il n’y aura personne pour vous tenir la main. Franchir le cap est l’étape qui rebute le plus. Pour ma part, j’ai pris conscience à quel point le temps presse. 2017, approche à grand pas ! Il est urgent de réagir.

Au détriment de se faire pipi dessus et d’avoir plein de fuites (comme au Panama), l’important est de s’écouter soi-même, ne pas se mentir et d’aller jusqu’au bout de ses convictions.

Adios, l’Europe ! Bye l’Europe !

William Finck
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire William Finck jeudi, 21 avril 2016 15:53 Posté par William Finck

    Bonjour Fabien,

    Je fais mes valises pour la France, un bref moment, et je me lance ensuite dans un projet qui me tient à coeur depuis 3 ans.

    La Colombie a toujours une place spéciale, mais je compte pas vivre à plein temps dans ce pays.

    J'évoquerai mes aventures sur OE le moment venu.

  • Lien vers le commentaire Fabrice mardi, 05 avril 2016 08:59 Posté par fabulousfab

    bonjour William,

    retour en Colombie ?