Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
William Finck

William Finck

Je m'intéresse à l'économie, la finance, la santé et... les impôts !

J'ai vécu 6 mois en Colombie, expérience que j'ai relaté sur un site : www.capcolombie.com

William-Finck

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
Loic Abadie - Le bouclier

Pourquoi je n’investis pas dans l’immobilier ?

Audience de l'article : 2824 lectures
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Le constat est le suivant. Nous les millennials, nous sommes une génération quelque peu précarisée. Beaucoup d’entre nous s’endettent, alors qu’aujourd’hui cela ne relève plus d’aucun sens. Le rêve de l’acquisition d’un bien immobilier balayé par le revers de ne plus pouvoir rembourser les crédits bancaires un beau jour ! Je dis tout simplement non merci.

Et pourtant, une majorité de jeunes croit encore à cette utopie fumeuse. Nous sommes de plus en plus nombreux sur la planète et la croissance est proche de zéro. J’ai tourné le problème dans tous les sens, il en ressort que je préfère galérer et jouer à la fourmi les 10 premières années de ma jeunesse afin d’en profiter par la suite.

Je ne suis pas minimaliste dans l’âme, cependant je dois avouer que la société et son consumérisme ont tapé très fort ! Voir cette masse d’individus endoctrinés est tout simplement effarant.

Donc ma stratégie est de constituer un capital sur quelques années et d’arriver avec des moyens financiers le moment voulu. En outre, nous arrivons dans un autre monde, une révolution numérique et robotique s’affirme de plus en plus. Construire une maison va s’avérer une opération de moins en moins coûteuse ou fastidieuse pour chaque être humain.

Dans les pays développés, il y a une sorte d’inertie face à ce sujet. En France, l’ensemble de la population est toujours cramponné à ses croyances, la pierre c’est ce qu’il y a de mieux, de plus fiable, on ne prend pas de risque, c’est du tangible. Tout ce baratin habituel, je le connais par cœur à force d’en faire les frais tous les jours… j’adore mes parents mais quand ils me bassinent avec leur immobilier, j’explose !

En Europe, plus généralement, les prix sont surévalués et ne permettent pas à un jeune actif comme moi d’en profiter sans s’endetter considérablement. Ce qui me fascine, c’est qu’il existe des gens pour croire à cette fable !

Je vous rassure, je connais aussi le phénomène inverse… j’ai par exemple des amis qui voyagent aux 4 coins du monde sans se soucier de rien… au final, ils se retrouvent fauchés avec des retours pour la plupart douloureux en France, errants complètement paumés. C’est là que l’on se rend compte que l’argent est le moteur de pas mal de choses dans la vie.


Le capital est en tout cas un des leviers qui mène à la liberté ! Alors quelle est la meilleure solution pour tirer son épingle du jeu ?


Devenir une cigale ou une fourmi ? J’ai opté pour mon choix, mais au-delà de celui-ci, j’ajouterai un élément central supplémentaire, le pouvoir personnel de création de richesse.

Je suis persuadé, qu’il est primordial de nos jours, de se former sans cesse, être un électron libre capable de générer de la valeur ajoutée, et de rendre service à autrui. Beaucoup de millennials consomment sans se poser les bonnes questions… ils ne dépendent souvent, que d’une seule source de revenus… et quand ça s’écroule, ce sont tous les pans de leur vie qui s’effondrent. Pris de cours, ils ne peuvent réagir. Mon conseil émanant de mon humble expérience, ayez toujours un plan B sous le coude au cas où ça capoterait, sans mauvais esprit.


Bref, William c’est bien beau ce blabla… tu ne nous dis toujours pas pourquoi tu es toujours aussi réticent face à l’immobilier ?

Je le concède mon titre était un poil provocateur. En réalité, je m’inscris dans la mouvance de ces américains trentenaires, (bien que j’en ai 29), qui ont décidé de vivre de manière modeste dans des vans ou mobil home. On fait les écureuils pendant quelques temps, et par là suite comme le loup, on sort du bois pour en tirer les bénéfices.

Je crois que j’achèterai plutôt de l’immobilier dans un marché sous-évalué, et accessible, en zone émergente. Pour le reste, je préfère rester locataire et de ne pas me mettre dans le rouge financièrement.

Les salariés n’ont pas ce problème car leurs revenus sont plus ou moins stables. Enfin, je suis conscient que mes propos puissent choquer certains. Les personnes plus âgées que moi ont globalement plus de moyens, c’est donc normal qu’elles possèdent une vision tout à fait différente par rapport au sujet.

Pour autant, je me sens toujours comme un extraterrestre avec les individus de ma classe d’âge… aussi, si vous avez des commentaires ou des critiques sur cette façon de voir les choses, elles sont les bienvenues !

William Finck

Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire cano samedi, 07 mai 2016 10:55 Posté par Zlatalan

    Salut William, j'espère que tu vas bien 
    Je suis d'une génération relativement proche de la tienne (24 ;) ) et j'ai acheté sur 25 ans pour faire du locatif y'a a peine 2 mois (je suis toujours sous compromis) ! 

    De mon côté je me suis tourné le problème dans l'autre sens... et ai cherché ce qui avait changé en "20 ans" autour de moi. En définitive... assez peu de choses ! 

    On avait aussi des taux de chômages assez "chauds" aussi dans les années 90 (+ de 8%), des explosions sociales, des manifs, des crises et des gens qui se plaignent tout le temps #Français ! 
    depuis 20 ans, mes parents ont la même maison, qui pourrait durer encore 20 de plus sans trop de pb.. dans la même ville avec les mêmes routes menant aux mêmes endroits.. les immeubles se sont un peu améliorés, sans plus.. On a toujours besoin d'une bagnole pour se déplacer.. bref en gros les quelques gros changements sont technologiques et en réalité.. a part vivre 200 fois plus vite avec plus de stress.. RIEN A CHANGE les INVENTIONS sont quasi innexistantes, on innove juste et encore... (Alors certes tout s'est accéléré en termes de mondialisation.. mais en local ca n'a pas eu tant d'impact que ca). 

    J'ai aussi réfléchi à l'impression 3D dans le domaine de la construction.. quand on regarde, les parties qui prennent 24h à se contruire comme nous pouvons le voir dans certaines videos sont aussi celles qui prennent 3 jours avec des ouvriers (les parpings...). Le reste (fondations, aspects techniques, aménagement intérieur, terrain).. il y'aura a mon avis de l'eau qui aura coulé sous les ponts avant que l'ont trouve un robot qui fasse tout.. a voir.. 

    Du coup, comme pas mal ici j'économise a fond.. pour investir sur différents supports (bourse notamment..) mais aussi l'immo ! car je suis sûre qu'il y'a de bonnes opérations à y faire d'une part pour diversifier son patrimoine, et d'autre part pour prendre de la renta.. à 8% net / an c'est non négligeable, surtout quand une banque finance à 110% sur des taux a 2.30% nn ? ... 
    Alors certes, en 25 ans il va s'en passer des choses, mais rien n'empêche de revendre et prendre une perte (comme en bourse finalement).. même s'il est difficile de perdre 100% sur l'immo pour le coup.. (et il y'a toujours la stratégie de la fuite à l'étranger.. là où le contentieux ne peut pas suivre ^^).. 

    Enfin bon, tout ca pour dire que j'ai l'impression qu'on s'attend pour pas mal d'entres nous à un boulversement mondial.. qui finalement ne vient jamais vraiment.. et que cette attente nous fait finalement perdre du temps sur bon nombre d'investissements.. par conséquent je trouvais cela dommage, c'est pourquoi je me suis lancé de mon côté.. 

    Merci pour tes articles en tout cas ;) et bon weekend à toi, 

    Alan