Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

point marchés, août 2013 / 1 : stratégie à long terme.

Audience de l'article : 5654 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 6 réactions
Votez pour cet article
(4 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances

J'avais décidé, il y a un mois, de couper mes positions baissières autour de 3800 points, en raison de signaux défavorables sur les indicateurs de sentiment. C'était un bon choix, sans lequel j'aurais eu à subir des pertes significatives sur ma ligne de BX4, qui auraient annulé les bons résultats d'autres trades (sur VET Affaires et Plastivaloire par exemple). La hausse est maintenant bien installée, et nous allons faire un point sur la situation, avec deux articles, l'un pour le long terme, l'autre pour le court / moyen terme.

Pour ce qui est du long terme les choses sont pour moi claires : je ne crois toujours pas au début d'un marché haussier séculaire ou de longue durée. Ce type de marché ne débute jamais dans des situations de fort optimisme, et aujourd'hui, tous les indicateurs de sentiment à long terme sont en situation de large excès d'optimisme :

- Rendements sur dividende historiquement bas aux USA.

- Niveaux de cash des mutual funds historiquement bas.


- Ratio VFICX / VWEHX des fonds obligataires historiquement bas, montrant un niveau d'aversion au risque exceptionnellement faible.

vficx0908


- niveaux de cash sur les comptes à levier du Nyse négatifs et aux niveaux des grands pics de marché de 2000 et 2007.

cash0908

Je pourrais ajouter de nombreux autres exemples, tout cela pour illustrer un fait : jamais dans l'histoire des cent dernières années un marché haussier séculaire n'a vu le jour à un moment où les opérateurs avaient une aversion au risque faible et un optimisme élevé sur le long terme.

L'hypothèse d'un marché haussier séculaire étant pour moi quasiment exclue, il nous reste deux scénarios à envisager :

- Le retour dans les trimestres et années à venir d'une large vague de baisse de plusieurs années (du type 2000-2002 ou 2007-2009).

- Une situation à la japonaise avec alternance de marchés haussiers et baissiers cycliques, durant quelques mois à quelques années dans un long range horizontal.

Je vais être clair avec vous : je ne suis aujourd'hui toujours pas capable de choisir entre ces deux scénarios, les deux restent possibles. Dans tous les cas, ils produiront un environnement particulièrement difficile pour les investisseurs de long terme, qui ne pourront pas compter sur une tendance haussière prolongée sur les marchés actions, ou sur des niveaux de rendement intéressants sur l'obligataire et l'assurance-vie à cause des taux très bas.

Dans ce contexte, il faudra pour moi maîtriser trois domaines pour gagner en toutes circonstances :

- La sélection de bonnes valeurs de rendement. Elles sont indispensables dans un contexte où il sera difficile de miser sur la croissance (exemple du Japon sur les vingt dernières années), et où les taux très bas font que les produits obligataires rapportent de moins en moins à l'investisseur. Les meilleures opportunités se trouvent aujourd'hui sur le secteur des small caps.

- La sélection d'"anomalies de marché", c'est à dire de valeurs décotées ou oubliées du marché. On en trouve aussi régulièrement sur le secteur des small caps, la hausse récente de Plastivaloire en est un bon exemple (valeur très décotée, que le marché vient de redécouvrir, à un moment où les autres équipementiers automobiles ont signé des hausses de 15 à plus de 100%). Trouver ces "anomalies" est pour l'investisseur un gage de sécurité : celui-ci n'a pas besoin de compter sur une forte croissance de la société ciblée pour réaliser une plus-value, il suffit pour lui que le marché prenne conscience de l'anomalie !

- La spéculation à la baisse : Même dans un contexte de range horizontal à la japonaise, il y a des vagues de baisse importantes, qui peuvent durer plusieurs trimestres. L'investisseur se doit donc de connaître les outils pour gagner de l'argent à la baisse, via les indicateurs de sentiment. Il ne s'agit évidemment pas de faire que cela, mais d'y consacrer un niveau allant de 0 à 30% de son portefeuille en fonction du niveau de sentiment de marché. Et même sans spéculer à la baisse, il faut au moins savoir à quel moment protéger son portefeuille contre un risque de baisse, donc identifier les situations les plus dangereuses (fort excès d'optimisme sur les indicateurs de sentiment à court et moyen terme).

Ces trois piliers constituent  actuellement l'essentiel de ma gestion au sein de mon PEA, pour obtenir des résultats dans tous les environnements de marché. Cela n'exclut bien sur pas ponctuellement de rentrer sur certaines belles valeurs de croissance, mais je ne baserai jamais toute ma gestion sur cela dans le contexte actuel, et encore moins sur l'investissement à long terme dans des fonds indiciels ou apparentés !








loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

6 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Oliver samedi, 10 août 2013 08:51 Posté par obotrade

    Après un article de Claude Matty sur un Hidenburg Omen début juin
    c'est au tour de Marc Faber de penser à un krach de plus de 20% d'ici la fin de l'année sur les marchés US. Pour lui, l'envolée des indices n'est plus alimentée que par un nombre restreint d'actions alors qu'en parallèle, de nombreux titres inscrivent de nouveaux plus bas (un des critères de l'Hidenburg Omen). Je ne sais pas si aujourd'hui début Aôut nous sommes à nouveau dans les conditions d'un nouveau Hidenburg Omen : Deux signaux à 36 semaines d'intervalle, validant le Hindenburg Omen doivent se succéder.

    Les injections liquidités de la FED vont diminuer,
    Peu de cash dans le Mutuals Funds,
    Cash dispo négatif sur les comptes avec levier du NYSE,
    il reste qui pour acheter des titres ?
    Le particulier, à qui les médias ressasent que la reprise est là, bref que ça repart.
    Bref le particulier est préparé psychologiquement à acheter pour que la distribution commence.
    Le CAC est de nouveau au dessus des 4000, genre la baisse de juin a été une telle opportunité pour rentrer qui si ça recommence il ne faut pas hésiter.


  • Lien vers le commentaire thoor vendredi, 09 août 2013 14:21 Posté par bankor

    Loic ,
    je relisais ton point marché juin 2013 et tu privilègiais le début d'une baisse plus sévère .
    L'exercice de la prévison est diffcile car on maitrise rien dans un marché auto porté .
    La question qui se pose est celle des limites des banques centrales et de la politique monétariste .
    Il me semble que Paul JORION  a compris et va nous dévoiler sa théorie bientot .
    Celà me parait plus sérieux que de faire le chat qui retombe sur ses pattes comme toi LOIC avec un aplomb énorme .

  • Lien vers le commentaire Stifler vendredi, 09 août 2013 09:27 Posté par stifler

    Quand vous dites : "jamais dans l'histoire des cent dernières années un marché haussier séculaire n'a vu le jour à un moment où les opérateurs avaient une aversion au risque faible et un optimisme élevé sur le long terme."

    C'est vrai. Mais vous perdez peut-être de vue qu'il y a quelque chose de nouveau depuis une centaine d'années : La FED fait tourner la planche à billet. Sur le marché, elle est une acheteuse de poids !!! Ce n'est pas prêt de s'arrêter à mon avis...

    Le marché ne va peut-être pas être haussier pendant 20 ans mais la FED ne va pas s'arrêter de si tot d'émettre des billets.

    Quand au modèle japonais, c'est exact mais ils n'avaient pas fait tourner la planche à billet pendant des années ...

    Ce qui est nouveau, c'est la planche à billet qui tourne à plein régime.

    Les opportunités seront nombreuses sur le forex ...