Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées de temps en temps  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

La leçon que peu d’entre vous appliquera

Audience de l'article : 1426 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Un gérant de portefeuille qui gérait un fond de 150 millions d’euros m’a dit un jour que la moitié de mes lectures financières étaient bonnes à mettre à la poubelle.

Tu réduis tes lectures de moitié et tu doubles ton rendement horaire.


Je le regarde goguenard.

shutterstock 16547263-600x300


Le point central qu’il voulait faire ressortir c’est que la plupart des recherches étudient le passé en les projetant sur le futur ce qui est d’un point de vue opérationnel une aberration totale.

En revanche d’un point de vue académique cela fait du sens.


Cela n’empêche pas la plupart d’entre nous de lire, cliquer sur une nouvelle après l’autre, dans un enchaînement sans fin jusqu’à finir épuisé.

Après tout lire est plus facile que penser et cela permet d’impressionner les copains dans les dîners mondains.


La grande différence entre lire par curiosité et lire pour obtenir un résultat c’est que les lecteurs en recherche de rendement horaire devront apprendre à détecter rapidement la soupe médiatique, des publications de résultats pertinentes et les « prévisions » des économistes qui viennent titiller les frontières du burlesque, des études statistiques sérieuses.

La peur fait vendre, l’étude des faits rationnels, chiffrés, mis en perspective est une activité vieillissante pour la presse shootée aux hormones.


Comment s’en sortir alors ?

Commencer par vous poser ces 2 questions :


1/L’article/vidéo est-elle basé(e) sur des faits ou sur une opinion ?

2/L’article contient-il une hypothèse qui est testable dans le présent?



Une fois ceci fait, voici quelques astuces complémentaires :


Identifier le consensus et miser contre lui si et seulement si les chiffres prouvent que l’irrationalité est trop forte pour être réelle encore longtemps


Baser tous vos raisonnements sur des chiffres, les banques de données doivent devenir vos amis et les tabloïds vos ennemis



Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez mardi, 17 janvier 2017 09:38 Posté par Tim Sanchez

    Je me suis posé la question mais apparamnent c'est correct ^^ ( deux avis extérieur + correcteur)

  • Lien vers le commentaire alex6 lundi, 16 janvier 2017 23:39 Posté par alex6

    J'ai doute, n'ecrit-on pas plutot: "La leçon que peu d’entre vous appliqueraient ou appliqueront" ?
    "Appliquera" sonne bizarre je trouve...