Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tanguy CARADEC

Tanguy CARADEC

Je suis investisseur et blogueur, à la fois passionné de l’investissement et curieux du fonctionnement de notre monde moderne.  A l’age de 16 ans, j’ouvre mon premier PEA au Credit Mutuel, placé sur un fonds indiciel CAC 40. Coup de chance, en 1 an le gain est de près de 50%. Depuis, je sais que l’on peut gagner en bourse… j’apprendrai plus tard que l’on peut aussi perdre.

4 ans plus tard, je commence des études en école de commerce, à l’ESSEC et je cherche un investissement pour financer en partie mes études (qui coutent cher à mes parents). Le rendement des actions est depuis plusieurs années supérieur à 10% par an (nous sommes en 1999) et je réfléchis à faire un prêt étudiant à 4% pour le placer sur les marchés actions. Au même moment, je tombe sur une offre de la Société Générale proposant un produit garantissant (croyais je à l’époque, en fait un produit structuré), sauf accident exceptionnel, un rendement de 40% sur 3 ans. Ni une, ni deux, je vais ouvrir un compte à la Société Générale, emprunte le maximum possible et soucrit au placement en récupérant au passage la différence sur mon compte. Le placement devant à échéance rembourser 100% de mon prêt et de ses intérêts. Mais je comprends plus tard que je parie au pire moment, nous sommes en pleine bulle internet et le placement soi-disant garanti sera en fait une grosse perte étant investi entièrement en actions.

A la sortie de l’école, mes premiers salaires contribuent à rembourser mon prêt étudiant et je fais une pause dans mes investissements. Puis le prêt soldé, je m’intéresse de nouveau à la bourse en particulier à l’analyse technique, mais aussi aux turbos, sans grand succès. je dois remettre en question l’enseignement que j’ai reçu et décide d’apprendre à investir. A force de lire et d’apprendre auprès de mes mentors, je finis par comprendre plusieurs lecons essentielles pour réussir ses investissements. J’ ai diversifié mes investissements avec l’ immobilier et l’ or, et je peux envisager à présent de devenir libre financièrement sans travailler jusqu’à 65 ans.

Mon objectif est de continuer à développer mon patrimoine ainsi que de partager mon expérience pour vous aidez à vous aussi investir et devenir libre.

Tanguy Caradec

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

Quand vendre une action ?

Audience de l'article : 1050 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Cet article participe à l’événement inter-blog “Quand vendre une action” organisé par Ben du blog BourseEnsemble.com.

Comme disait le milliardaire américain Jim Rogers, pour gagner en bourse il faut acheter une action bon marché, attendre qu’elle monte puis la vendre. Simple non ? Et pourtant, la réalité est que peu de gens arrivent à bien vendre !

VENDRE EST PLUS DIFFICILE QU ACHETER A CAUSE DE NOS EMOTIONS

On dit souvent que la vente est plus difficile que l’achat et je peux confirmer après 20 ans d’expérience en bourse que c’est largement vérifié. Cela est dû à notre psychologie humaine. Lorsque vous venez d’acheter une action, le fait de regarder son cours va déclencher toute une série d’émotions. La peur et la cupidité.

Si votre position affiche une perte vous serez tenté de vendre car vous aurez peur de perdre. A l’inverse, si vous êtes en plus-value, vous pourriez avoir peur de perdre votre gain. Au risque de voir le titre continuer sa hausse sans vous. Concrètement, cela donne ceci :

cycle de l'investisseur particulier

Vous ne devez donc en aucun cas laissez vos émotions dicter votre décision de vente :

  • Il ne faut pas vendre sous l’effet de la peur.Lorsque le cours de votre action baisse, refaites votre analyse. La situation fondamentale de l’entreprise a-t-elle changé ?
  • A l’inverse, il faut vendre l’euphorie ! Si les nouvelles sont bonnes et que la valorisation de l’entreprise est exagérée, alors il est temps de vendre et d’attendre la prochaine opportunité pour investir son capital.
Voyons comment faire cela concrètement

MON PROCESSUS POUR SAVOIR QUAND VENDRE

  • Définir une thèse d’investissement. C’est une explication limpide en 30 secondes sur l’intérêt d’un investissement. Par exemple Sears, pour citer celle d’un gestionnaire que j’ai interviewé. « Sears détient le plus grand parc d’immobilier commercial des Etats-Unis. Pour reconstruire ce parc aujourd’hui, il faudrait 100 milliards de dollars. Et la société est vendue pour 4 milliards seulement. En plus, il n’y a pas assez d’espace disponible dans les zones de chalandise de Sears pour reconstruire une telle surface »
  • De cette thèse découle une valeur cible de l’entreprise que l’on veut acheter. Par exemple, Sears vaut selon cette thèse plusieurs dizaines de milliards de dollars.
  • Tant que cette valeur n’est pas atteinte, je ne fais rien. Si le cours vient à baisser alors que la thèse est inchangée, je peux me renforcer et profiter des « soldes »
  • Si la situation de l’entreprise évolue, je peux adapter la thèse.
  • Lorsque la valeur cible est atteinte, je peux vendre la position. Soit en totalité, soit en partie si vous croyez encore dans la thèse d’investissement, c’est-à-dire si vous pensez que la valeur de l’entreprise peut continuer à augmenter significativement
LES 4 QUALITES QU IL VOUS FAUT ACQUERIR

  • Savoir évaluer l’entreprise dans laquelle vous allez investir. Investissez donc dans des entreprises que vous êtes capables de comprendre.
  • Etre patient. Une action peut rester sous-évaluée longtemps. Comme disait Peter Lynch, le gérant star du fonds Magellan, les meilleures plus-values étaient obtenues en moyenne au bout de 3 -4 ans. N’oubliez que la valeur de la majorité des entreprises évolue lentement dans le temps.
  • Ne pas avoir besoin de vendre: n’investissez que l’argent dont vous n’avez pas besoin dans les prochaines années
  • Savoir saisir sa chance. Le rendement d’investissement n’est pas quelque chose de certain. Il y a une part de chance. Soyez donc flexible et prenez votre plus-value si le marché décide de valider rapidement votre thèse.
UNE ASTUCE FISCALE : MATERIALISEZ VOS MOINS-VALUES

  • Si vous avez un compte-titres, sachez qu’il est possible de déduire 50% de ses plus-values si on détient ses titres depuis au moins 2 ans. Si c’est votre cas, pensez à le renseigner lors de votre déclaration d’impôts.
  • Ce dispositif d’abattement peut influer votre décision de vente. En effet, la déduction des moins-values de titres détenues depuis au moins 2, est également de 50% et non plus de 100%. Moralité : ne laissez pas trainer vos plus-values et encaissez les avant la barre des 2 ans de détention.
J’espère que cet article vous aidera à vous améliorer. Dans mon cas, j’ai vu une très nette différence de ma performance depuis que j’applique ces principes.

Je vous souhaite de bons investissements.
Poster un commentaire