Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

Prendre une position baissière et savoir la gérer

Audience de l'article : 3383 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 1 réaction
Votez pour cet article
(15 Votes) - Note : 3.40
Partagez cet article avec vos connaissances

1) Quelques rappels utiles pour commencer :

 

- Une position baissière (position « short ») permet de réaliser des plus-values lorsque les marchés baissent, et se trouve au contraire perdante quand les marchés montent.
- Toute position baissière est risquée, avec possibilité de perte totale ou partielle de l'investissement.
- Tout produit baissier comporte un risque de défaillance de l'émetteur qui le propose, et/ou de la contrepartie (Matif et Monep)...Il n'y a pas de miracle, on ne peut pas réaliser des plus-values importantes sans risque !


2) les supports pour prendre des positions baissières.
 

 

Vous trouverez dans ce tableau word un résumé rapide des caractéristiques des principales familles de produits baissiers actuellement disponibles sur le marché.

 

Si vous avez peu d'expérience sur les marchés et souhaitez malgré tout tenter des positions baissières, soyez raisonnables : Limitez vous pour commencer à des produits simples à effet de levier faible, en petites quantités, comme le Tracker B40, puis des trackers à levier 2 type BX4 ou BXX quand vous serez un peu plus expérimenté...il serait en tout cas "suicidaire" de vouloir démarrer par des ventes de contrats CAC sur le Matif à levier 15 ou des CFD à levier 20 !

3) Les indicateurs de sentiment de marché : un outil essentiel pour gérer une position baissière .

Un grand marché baissier (comme celui de 2001-2002, ou celui de 1929-1932 aux USA) n'est pas linéaire : Il évolue en zigzag vers le bas, avec une successions de vagues de baisses (qui durent le plus souvent 1 à 4 mois) entrecoupées de rebonds techniques (le plus souvent quelques semaines à 2 mois, parfois plus) pendant lesquels le marché regagne une partie de ce qu'il avait perdu (la hausse atteint ou dépasse souvent 10%) avant l'arrivée de la vague de baisse suivante.

 

Pendant chaque vague de baisse, les investisseurs deviennent de plus en plus pessimistes et leur niveau de peur augmente. La séquence se termine souvent par une ou plusieurs séances de « capitulation » pendant lesquelles la panique est maximale...le rebond est alors imminent.
Au contraire, pendant les rebonds techniques, les investisseurs reprennent confiance en eux, et quand la fin du rebond approche, le sentiment redevient assez optimiste (discours type « le pire est derrière nous »)...et la vague de baisse suivante est alors prête à démarrer .

 

La stratégie que j'aborde ici consiste alors à agir à l'inverse du sentiment de foule dominant : lancer sa position baissière (vendre le marché) quand les investisseurs ont repris confiance en eux, et solder la position quand leur niveau de peur et de pessimisme est maximal.

 

Pour cela on utilise des indicateurs de sentiments de marché.

 

Dans le livre « la crise financière 2008-2010», je propose une méthode assez « basique » et simple d'utilisation, mais qui a le mérite d'éviter aux investisseurs de grosses erreurs (comme lancer une position baissière en pleine panique au plus bas du marché et/ou couper la position pendant un rebond technique).
Cette méthode est basée sur les indicateurs de volatilité (VIX / VXN) qui sont en général associés dans un contexte de marché baissier au niveau de peur des opérateurs et la détection de séances de capitulation.
En résumé : on lance une position baissière à chaque point bas sur le VIX (lorsqu'il se trouve sous sa moyenne mobile long terme à 150 ou 200 jours), et on solde la position à chaque pic important du VIX associé à des volumes anormaux sur les indices boursiers.

 

Des graphes de l'indicateur VIX avec les moyennes mobiles (paramétrables selon vos choix) sont disponibles sur le site stockcharts.

 

Vous pourrez aussi utiliser en complément cet excellent site  comparant le VIX et le CAC (ou le VXN et le CAC) pour affiner vos propres stratégies et modèles...de nombreux graphiques y sont proposés. On y voit très bien l'évolution inversée du CAC et du VIX : chaque pic sur le VIX est associé à un point bas sur le CAC et chaque point bas du VIX est associé à un rebond du CAC.

 

Pour permettre aux lecteurs d'affiner leurs décisions (et surtout de les rendre encore plus autonomes) je présenterai ici deux autres indicateurs de sentiments de marché, avec les liens associés : 

a) le put/call ratio :

 

Il fonctionne un peu comme le VIX, les points bas sur le put/call ratio signalent un optimisme élevé des investisseurs (bon moment pour lancer une position baissière) et les pics signalent un pessimisme fort (bon moment pour solder la position).

 

Le site indexindicators propose un suivi régulier de cet indicateur, comparé au CAC ou à l'indice de votre choix.

 

On voit très bien sur ce graphique l'évolution inversée du CAC et du put/call ratio. (ovales bleus = points hauts du marché ; ovales rouges = points bas du marché)

 

 

 

Dans un marché baissier, comme pour le VIX, les moyennes à 6 mois et 1 an sur le put/call ratio ont tendance à augmenter : Pour prendre une position baissière, on attendra donc que le put/call ratio soit en dessous de sa moyenne à 6 mois ou 1 an (ligne "mean" du graphique)...les plus prudents attendront les seuils de -1SD sur le graphique à 6 mois, au risque de rater certaines vagues de baisse.

b) Le nova/ursa ratio

 

Le site market-harmonics propose un suivi régulier de cet indicateur.

 

C'est un rapport de flux d'investissements entre un grand fond acheteur et son « jumeau » vendeur. Pour lancer une position baissière, il faut que le nova/ursa ratio soit au dessus de 0, et si possible au dessus de 2. Les pics de pessimisme (moment où il faut solder la position vendeuse) se produisent en général à des ratios en dessous de -7.

 

Sur le graphique ci-dessous, on voit bien (ronds bleus) les signaux pour lancer les positions baissières (octobre 07, début dec.07, fin janvier 08, mai 08 et fin juillet 08, et les signaux pour solder ces positions (ronds rouges) qui correspondaient aux points bas du marché.

 

 

 

 

 


En combinant ces trois outils, je pense que l'on dispose de bonnes bases pour choisir ses points d'entrée et sortie de positions baissières.

Un avertissement essentiel pour finir : les idées développées ici sont valables dans un contexte de marché baissier et uniquement dans ce cas. En fin de crise et quand le marché se retournera durablement à la hausse, il faudra évidemment changer de stratégie...ça n'est à mon avis pas encore le cas, loin de là !
 

 

4) Point sur la situation actuelle : 

 

à 4400 pts, le CAC avait regagné environ 10% par rapport à ses plus bas de juillet. Le ratio nova/ursa vers +2 donnait déjà un signal correct pour prendre une position baissière, le VIX était passé sous sa MM150, mais sans former un point bas majeur comme en mai. Le ratio put/call était en zone neutre, sur sa moyenne à 1 an.
 

 

Conclusion : Le signal actuel est pour le moment  moins clair et moins marqué que celui de mai. Les plus « agressifs » auront déjà repris leurs positions baissières autour de 4400 pts sur le CAC en se disant que le rebond en cours a épuisé déjà une bonne partie de son potentiel (l'eurostoxx a rejoint la ligne de cou de sa figure en tête-épaules à 3400 points ; cf l'article de fin juin sur ce sujet ; il en est de même pour le CAC).

 

Les plus prudents attendront que le rebond en cours aille jusqu'à la zone des 4550 pts pour le faire (au risque de rater le mouvement de baisse suivant si le rebond avait épuisé son potentiel fin juillet).
 

 

LOIC ABADIE

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire kagli samedi, 10 avril 2010 13:32 Posté par kagli

    Il serait bon que les articles soient daté,
    surtout lorsqu'il y a (dans cet article) un paragraphe intitulé "4) Point sur la situation actuelle:"

    Cordialement.