Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Benjamin Sicard

Benjamin Sicard

Bonjour,
Nouvel arrivant sur Objectif Eco aprés des années de lecture des articles et spectateur des vidéos du site sur Youtube.
Un ancien lecteur de Tropical Bear (pour les plus anciens...), la crise de 2008 tout un programme.

Ingénieur qui gére des projets et du business le jour, mais associal avant tout, qui passe ses nuits à suivre l'économie, la politique, l'histoire ou tout autre sujet de curiosité.

promospeciale

De la volatilité et des banques centrales, ' Imprimez ! Imprimez ! Qu'ils disaient ! '

Audience de l'article : 573 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Dans l’article précédent consacré au temps et aux façons de l’aborder, il a été proposé de ne plus lutter contre le temps qui passe mais d’en faire un allié.

Il n’est pas question de remettre en cause l’approche du Black Swan de Taleb puisqu’elle fonctionne mais plutôt d’en prendre le contre pied.

Au lieu de parier sur un choc de volatilité à venir au risque de ne pas pouvoir tenir ses positions autant l’attendre et intervenir après. Mais pourquoi cela ?

Au-delà des capacités personnelles de résistances face à un événement qui ne se produit pas, le fait majeur qui me pousse à vous proposer cela est le fait que depuis plus d’une décennie, tour à tour, les banques centrales ont pris le parti de contrôler le temps voir même de l’arrêter.

Ne nous trompons pas, en baissant les taux ou/et en injectant en masse des flots de liquidité sur les marchés c’est bel et bien de contrôler le temps que tentent inlassablement de faire les diverses banques centrales du monde. Elles se sont prises pour ‘Dieu’. A nous d’en profiter.

Ne pouvant planifier un rajeunissement du monde occidental, un retour à des finances publiques saines, à un retour de la croissance comme disent les politiques ou à une élévation de niveau de formation des populations, j’arrête là la liste, elle pourrait être continuée sans problème par vous tous et bien passons outre et jouons de cela, profitons de la situation.

Les taux d’intérêt réels sont négatifs, les banques prêtent à 1% à taux fixe pour une ‘duration’ de 15 à 20 ans (exemple Français) aux particuliers, des obligations d’entreprises sont négatives, les obligations d’Etat à 10 ans sont négatives, les dettes sont à des niveaux dantesques, le tirage est illimité, ‘What ever it takes !’ comme dit l’autre et bien, soit, profitons-en, non ?

Aux questions qui pourraient arriver, mes réponses :

Combien cela va-t-il durer ? Personne ne le sait et là n’est pas la question.

Est-ce bon pour l’économie ? Personne ne le sait et là n’est pas la question.

Ont-elles eu raison de le faire ? Personne ne le sait et là n’est pas la question.

Faut-t-il redémarrer le temps en augmentant les taux ? Personne ne le sait et là n’est pas la question.

Pour cette dernière, je vous laisse juste imaginer les taux souverains à 10 ans à 5% et voir ce qu’il se passerait dans nos économies.

En tant que Français, je vous laisse imaginer la tête de nos ministres et de notre président ce jour là… je ne m’inquiète pas pour eux, rassurez-vous, mais pour les quelques dizaines de millions de français qui seront dans les rues ce jour là. Et ce ne sera pas pour : la grande marche blanche pour la paix, la joie et la bonne humeur si vous voyez ce que je veux dire, ça ressemblera plus à la sortie des échafauds comme au bon vieux temps comme disent les anciens.

Bref tout cela n’a aucun intérêt pour nous, nous n’avons aucun moyen d’intervention, nous sommes condamné à subir, à observer le comportement de nos banques centrales, elles veulent imprimer ? Et bien qu’elles impriment, elles veulent arrêter le temps ? Et bien qu’elles le fassent, peu importe.

Le résultat, les marchés sont administrés, une baissent de 7-8 % entraine un tirage de plus, un ralentissement de l’économie, un tirage, un Covid, un tirage, un risque, un tirage…

Cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien sur les marchés, tous les jours des milliards se font et se défont comme toujours. Ceux qui sont rentrés à la mi-mars sont content, qui sont rentrés en janvier le sont un peu moins… comme toujours des gagnants et des perdants.

La question reste toujours la même comment gagner ?

Nous aborderons dans le prochain article la méthode de trading et les produits associés pour tirer profit de cela.

A bientôt, pour la suite.

Bon trade à tous !

Benjamin.

Poster un commentaire