Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

Les fonctionnalités avancées du carnet d'ordre

Audience de l'article : 1565 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Comment repérer les types d’ordres dans le carnet ?

- Les ordres postés en attente d’exécution

Les ordres limités sont les seuls visibles au carnet d’ordres, car positionnés/postés en attente d’exécution dans le carnet ; les day traders n’aiment pas ce type d’ordres qui dévoile les intentions.

- Les ordres exécutés instantanément

Les ordres au marché ne font que passer dans le carnet, car ils ont vocation à être exécutés immédiatement, à n’importe quel prix.

Alors que pour l’ordre meilleure limite on est servi au dernier cours quand on est servi mais sans certitude d’être exécuté pour la totalité de son ordre car cela dépendra de la contrepartie, dans le cas d’un ordre au marché ou ATP,  on est sûr d’être exécuté instantanément pour toute la quantité demandée, mais on ne sait pas à quel prix : c’est un ordre au mieux qui devient souvent au pire si l’on n’a pas analysé la contrepartie au carnet !

Ce dernier ordre correspond le plus souvent à la volonté de solder dans l’urgence une position perdante ou pour entrer tout de suite au début d’une accélération haussière (ou baissière) pour être exécuté tout de suite pour la totalité de la quantité souhaitée.

Les ordres à seuil de déclenchement deviennent des ordres ATP quand le seuil est atteint et sont donc invisibles dans le carnet comme les ordres au marchée sauf en dernières transactions au moment de leur exécution.

- Le rôle des warnings (clignotants)

Ces clignotants à l’intérieur du carnet d’ordres, en particulier au niveau des deux meilleures limites et des dernières transactions, etc. permettent, soit d’indiquer qu’un échange instantané vient d’avoir lieu aux dernières transactions, soit que le niveau de remplissage du carnet a été modifié (nouveaux blocs d’ordres à cours limité) ; ils sont verts lorsqu’ils indiquent une modification à connotation haussière ; ils sont rouges lorsqu’ils annoncent une modification à connotation baissière.

 

Qu’est-ce que le spread et le tick ?

- Le tick

C’est l’unité de variation d’un cours en euro qui était de un centime d’euro pour les valeurs inférieures à 50 euros ; de 5 centimes d’euro pour les valeurs de 50 à 99 euros ; de 10 centimes d’euro pour les valeurs supérieures à 100 euros ; cela signifiait que tous les 0.01 les 0.05 et les 0.1 euro peuvent être remplis par des ordres limités à l’achat ou à la vente ; lorsqu’il y a un trou dans la cotation c’est qu’il n’y a personne pour acheter ou vendre à ce prix précis, sauf à compter sur d’éventuels ordres cachés ou ordres iceberg toujours possibles ?

- Le spread

C’est l’écart ou la fourchette entre la meilleure offre et la meilleure demande qui était au minimum de 0.01 euro pour les valeurs inférieures à 50 euros, de 0.05 pour celles qui sont entre 50 et 99 euros et de 0.1 euro pour les valeurs supérieures à 100 euros.

Le spread peut-être plus élevé si certains niveaux de cotation sont vides ; cette information est du plus grand intérêt pour le tape reader, comme nous le verrons plus loin.

Le même spread en valeur absolue (0.01ou 0.05 ou 0.1 euro avant le 19 février 2007) n’avait pas la même signification en pourcentage : passer de 0.33 à 0.34 euro sur Eurotunnel ne représente que 0.01 centime d’euro seulement mais plus de 3 % en valeur relative, alors que, passer de 19.99 à 20 euros sur France Telecom représente une variation bien plus faible en pourcentage.

- La modification du pas de cotation par Euronext le 19 février 2007 et ses conséquences

Les nouveaux, ou plutôt le nouveau, pas de cotation unique instauré par Euronext est le suivant : 0.01 euro soit un cent d’euro, quel que soit le compartiment A, B ou C, le marché ou la valeur.

 

A quel prix et comment être exécuté dans le carnet d’ordres ?

Pour être exécuté dans un carnet d’ordres à l’achat ou à la vente, les intervenants n’ont que deux possibilités : soit ils mettent un ordre à cours limité ou à seuil/plage de déclenchement, soit ils passent un ordre à la meilleure limite ou au marché. 

Dans le premier cas, un intervenant passant un ordre à cours limité va devoir attendre de se faire taper par la contrepartie : s’il est vendeur par un acheteur, et s’il est acheteur par un vendeur ; il risque de ne pas être servi tout de suite, voire pas du tout, car il dépend de l’évolution du cours et de la contrepartie correspondante ; une exception cependant, si le cours limité correspond au cours de la meilleure limite de la contrepartie, il sera exécuté si les quantités sont suffisantes et s’il n’est pas précédé par des ordres déposés avant lui ou prioritaires comme au marché.

L’ordre ASD qui devient un ordre au marché/ATP lorsqu’il atteint son seuil, doit être supérieur au cours actualisé d’un tick.

Mais le seul ordre qui donne la possibilité d’entrer sur un titre instantanément et pour la totalité de la quantité demandée, c’est l’ordre au marché s’il n’y a pas assez de liquidité, pour être servi à la meilleure limite.

Si l’on se positionne dans le carnet en attente à la meilleure limite, à cours limité ou à seuil de déclenchement, on risque d’attendre longtemps et de n’être jamais exécuté ?

Comment le cours d’équilibre se fixe-t-il dans le carnet d’ordres ?

Le cours est le prix d’équilibre d’une action à un moment donné qui résulte de la rencontre entre la meilleure demande à l’achat et la meilleure offre à la vente aux meilleures limites, c’est à dire la rencontre entre le premier acheteur et le premier vendeur.

 

C’est le rapport de force entre le nombre et l’agressivité des acheteurs ou des vendeurs qui détermine le prix d’équilibre : si les acheteurs vont chercher les vendeurs en ordres au marché ou à la meilleure limite, les blocs vendeurs vont se faire avaler par des acheteurs plus agressifs et les prix monteront ; si les vendeurs vont chercher les acheteurs en ordres au marché ou meilleure limite, les acheteurs vont se faire manger par des vendeurs plus entreprenants et les cours vont baisser.

Lorsqu’une ligne est avalée à l’achat ou à la vente, on passe à la ligne suivante et donc le cours décale à la hausse ou à la baisse, c’est donc comme cela que se construit le cours :

- le cours descend si ce sont les acheteurs qui se font taper, signe d’une pression vendeuse, et alors la ligne saute lorsque tous les ordres se sont fait avaler à ce niveau de prix ;

- le cours monte si c’est la ligne des vendeurs qui se fait cogner, signe d’une pression acheteuse, alors cette ligne saute et on passe à la ligne suivante qui est plus élevée d’un tick au moins, etc.

Une remarque intéressante de Vincent concernant l’intervention au carnet : parfois, un petit ordre d’achat ou de vente à un cours limité permet de faire sauter, pour une quantité donnée, la ligne, et donc le cours décale rapidement, surtout si :

- la ligne est avalée, alors on passe à la suivante ;

- les trous d’air au carnet amplifient le mouvement en accroissant subitement le spread ;

- les stops loss positionnés massivement sous une horizontale importante sautent tous ensemble, ou sous un chiffre rond 10 euros, ou sous un support historique, ou sur une résistance majeure, et entraînent, par effet domino, le cours vers le bas.

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.edouardvalys.com/livre-vincentbaron.jsp

Poster un commentaire