Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

 Le carnet d’ordre comme marché des valeurs mobilières

Audience de l'article : 1605 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

- Les acteurs

 

Sur les marchés financiers en général et sur le carnet d’ordres en particulier, les clients finaux sont les investisseurs institutionnels ; ce sont eux qui sont à l'origine de l'essentiel de l'offre et de la demande ; en effet, les investisseurs particuliers ne représentent, en réalité, qu’une proportion étroite et marginale de l’ensemble des intervenants.

 

Les investisseurs institutionnels, comme les investisseurs particuliers, n'ayant pas d'accès direct au marché, ont recours à des intermédiaires pour trouver une contrepartie vendeuse s’ils sont acheteurs, ou acheteuse s’ils sont vendeurs ; ces intermédiaires professionnels du marché sont des brokers (ou courtiers en français) soit dealers, soit le plus souvent les deux.

 

Les brokers n'agissent qu'en tant qu'intermédiaires : ils mettent en relation les acheteurs et les vendeurs et se font payer ce service par des commissions mais ne prennent théoriquement pas de position pour leur propre compte ; les dealers négocient pour leur propre compte et animent le marché en intercalant des offres entre les prix demandés par les acheteurs et les vendeurs pour assurer une réduction des spreads ; ce sont, en fait, souvent les dealers qui négocient - généralement directement avec les clients finaux - puis revendent leur position sur le marché interbancaire, éventuellement par l'intermédiaire d'un broker.

 

- Les fonctions du marché

 

Le marché est le lieu où se rencontrent l'offre et la demande d'un certain bien, et où ce bien s’échange ou non, sur la base d’un prix d’équilibre fixé au moment de cette rencontre transactionnelle ; on distingue généralement le marché des capitaux où se négocie les outils de financement à long terme, et le marché monétaire qui concerne le financement à court terme.

 

Les principales fonctions d'un marché sont :

- la transmission des ordres : un ordre annonce une intention d'acheter ou de vendre ;

- l'exécution des ordres, c'est-à-dire leur transformation en transactions (ou trades, contrats, deals, opérations etc.) ;

- la diffusion de l'information macro-économique (prix acheteurs/vendeurs offerts par les participants ou bid/offer et profondeur du marché avec la quantité d'actifs disponibles à un prix donné), mais aussi de l’information micro-économique (prix volumes des transactions réalisées).

 

On distingue deux types de marché suivant la manière dont interagissent les participants : les marchés organisés et les marchés de gré à gré :

 

- Sur le marché organisé, l'interaction est multilatérale et centralisée dans un carnet d'ordres ; le coeur du marché est un algorithme qui organise et exécute les ordres en fonction de règles de priorité, mais il n'y a pas à proprement parler de négociation puisque les participants communiquent leurs ordres de façon anonyme ; les prix sont déterminés en fonction des ordres entrés successivement dans la fourchette des deux meilleures limites, acheteuse et vendeuse ; on dit que le prix suit les ordres selon la règle du premier arrivé premier servi, dans une logique de fonctionnement linéaire/historique, de type file d’attente ; la dernière transaction réalisée effectivement au carnet, fixe à cet instant, le dernier cours coté connu du titre.

 

Dans ce cadre, le marché fonctionne généralement en continu et toute l'information disponible est accessible simultanément par tous les participants ; le marché est théoriquement transparent ; cependant, tous les acteurs n'ont pas accès à ce type de marché, seuls participent à la négociation les intermédiaires agréés, qui sont, en France, les sociétés de Bourse (brokers/courtiers) pour le marché des titres.

Après la négociation, tous les ordres sont transmis à une chambre de compensation garante de la bonne fin des transactions, qui contrôle également les quantités échangées (blocs de titres entre institutionnels qu’on appelle les « applications »), à la recherche des volumes anormaux pouvant interpeller sur les intentions des intervenants ; les données sont ensuite stokées informatiquement et archivées pour rester disponibles quelques années en cas de litige et/ou d’enquête de marché, diligenté par l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui joue le rôle de gendarme de la Bourse en France.

 

- Sur le marché de gré à gré, l'interaction est bilatérale ; les participants font des offres de prix (cotations) et les trades se font si un vendeur trouve un acheteur au prix proposé pour tout ou partie de la quantité à négocier : ont dit alors que les ordres suivent les prix.

 

Ce marché est généralement segmenté :

 

- sur le segment client/dealer, les clients institutionnels ou « corporates » négocient avec les professionnels : les dealers ; ceux-ci jouent aussi un rôle d'animation en affichant en permanence des prix pour faciliter les transactions ; ils ont la fonction de market maker ou teneur de marché ;

- les dealers revendent leurs positions sur le segment interdealers, éventuellement par l'intermédiaire d'un broker.

 

Les marchés de gré à gré connaissent un important bouleversement depuis la fin de la décennie 90 et le tournant du millénaire, avec la diffusion de plus en plus importante des systèmes de négociation électroniques où les agents économiques peuvent désormais intervenir directement via un institutionnel en ligne qui met une plate-forme de passation d’ordres à leur disposition.

Le type d’organisation des échanges au carnet décrit dans cette dernière partie, est surtout caractéristique du stock market américain bien plus liquide que le SRD français ; chez nous, seule une minorité de valeurs CAC, des grosses valeurs du SRD ou certaines petites et moyennes valeurs spéculatives de type penny stocks, fonctionnent sur ce modèle du market maker ; pour les échanges de gré à gré entre institutionnels, on parlera d’applications ou d’échanges de blocs de titres importants, visibles ou non au carnet par des quantités dévoilées ou non (discrétion de ce type d’échanges pour ne pas trop impacter le carnet d’ordres).

 

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

http://www.edouardvalys.com/livre-vincentbaron.jsp

Poster un commentaire