Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Investir avec un esprit contrariant

Audience de l'article : 2497 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(15 Votes) - Note : 2.93
Partagez cet article avec vos connaissances

Pour certains investisseurs, l’approche “contrarian” qui consiste à aller à l’encontre du marché et acheter des actions en défaveur est LA façon intelligente d’investir en bourse. Le célèbre gestionnaire de fonds David Dreman est considéré comme le pape de cette approche. Acheter au son du canon et vendre au son du violon est le mantra de ce type d’investisseur.

 

Dans son excellent livre “The inner game of investing“, Derrick Niederman trace un portrait plutôt caustique de l’investisseur contrarian. Selon lui, investir à contre-courant demande un ego très fort et une bonne dose d’entêtement. Il ajoute que l’investisseur contrarian agit différemment de la majorité car il se croit plus intelligent que la moyenne et qu’il aime se percevoir comme un être d’exception ! Ouch ! Son jugement est peut-être trop dur et verse un peu dans la psycho-pop mais il porte quand même à réfléchir…

 

À mes débuts en bourse, je pensais moi aussi que l’approche contrarian était “the name of the game“. Je me méfiais des titres populaires qui étaient probablement sur-évalués et ne pouvaient être de bons placements. Puis, j’ai réalisé que la plupart des grands succès boursiers étaient des titres qui avaient toujours été “populaires”. Microsoft et Starbucks étaient déjà des coqueluches du marché dans les années 80. Ce statut de vedette boursière ne les a aucunement empêché de récompenser fortement leurs actionnaires dans les années 90 ! À éviter systématiquement les titres populaires, on risque de passer à côté de grandes occasions.

 

En fait, la popularité (ou l’impopularité) d’un titre est sans importance. Ce qui compte, c’est de faire l’évaluation la plus juste possible de son potentiel de croissance. “Que la foule soit en accord ou non avec vous ne vous donne ni tort ni raison”, a déjà dit Warren Buffett ! L’indépendance d’esprit, ce n’est pas d’avoir une opinion contraire à la majorité. C’est être capable de se forger une opinion sans se soucier de faire partie ou non du courant majoritaire. Ça peut être dur à accepter pour les investisseurs contrarian mais la foule a parfois raison !

 

 

 

Philippe RANCOURT

 

Article original :

 

http://www.entrepreneurboursier.com/2008/03/27/lesprit-de-contradiction/

Poster un commentaire