Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)

Apprendre à identifier un carnet d'ordre sans intérêt 

Audience de l'article : 1855 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Carnet d’ordres ayant un market maker

 

Carnet d’ordres [a] Alcan le 13 février 2007 à 16 :53 :02

Il y a beaucoup de grosses valeurs étrangères avec des teneurs de marché comme HSBC (HSB), Allianz (ALL), Altadis (ALD) mais aussi des valeurs françaises comme Club Med (CU) et, là aussi, ça tourne !

Carnet [a] : sur ce premier print screen, on distingue le teneur de marché qui bouge et se déplace des deux côtés, comme vendeur et acheteur : à 41.72/41.83 euros, les seuls ordres postés à droite et à gauche du carnet (flèches 1 et 2) correspondant aux 2000 titres à l’achat et à la vente à cours limité (flèches 3 et 4) sont ceux du teneur ; il attend d’être tapé à gauche ou à droite pour prendre le spread et gagner sur la différence ; il est animateur de marché sur la valeur, c’est lui qui distribue les cartes.

 

Carnet d’ordres [b] Alcan le 13 février 2007 à 17 :08 :49

Carnet [b] : je n’aime pas trader ces valeurs parce que le teneur change tout le temps de position ; en quelques minutes il peut avoir bougé, ce qui rend la valeur difficile à trader car on ne connaît pas ses intentions réelles ? Cette illustration met en évidence le caractère dynamique du carnet d’ordres qui évolue sans cesse et de façon contradictoire, plus ou moins lisible, etc. ; on voit sur ce second carnet, environ quinze minutes après le premier print screen, que la position du teneur a évolué : sa fourchette est à 41.56/41.68 euros, toujours avec deux mille titres (flèche numéro 1) ; c’est peu lisible aux dernières transactions car ça tape à la vente comme à la hausse à ce moment de la séance (flèche numéro 2), même si le mouvement est plutôt haussier en intraday avec des volumes soutenus avec plus de 45000 titres (flèche numéro 3).

 


Carnet d’ordres à spread élevé

Les penny stocks spéculatives présentent ce type de configuration au carnet ; ce sont des valeurs dont le cours est inférieur, ou autour d’un euro par extension (quasi penny stocks), qui ont connu de grosses difficultés ces dernières années et ont failli déposer leur bilan : des titres comme Infogrames, Eurotunnel et Euro Disney, les deux derniers désormais passés du SRD au Comptant ; des valeurs comme Rhodia, Scor ou Avenir Telecom qui ont appartenu à ce club, en restant entre un et deux euros plusieurs années, etc.

 

Euro Disney, une valeur avec un spread énorme de 12.5% pour un cent/un tick, ici entre 0.09 et 0.08 euro, plus haut/plus bas de séance : alternativement cours flat à + 0.00% pour 9 cents (clôture de la veille), cours en baisse de 12.5% à 8 cents (ouverture de séance) (flèche numéro 1) ; pour ce print au carnet, rien d’exceptionnel : EDL est une valeur qui végète, en stand by, en attente : petits volumes d’échange à la mi-journée (flèche numéro 2), très peu d’activité aux dix dernières transactions relativement espacées dans le temps (flèche numéro 2bis) ; rien à signaler sinon un remplissage massif du carnet, qui n’est pas lisible pour moi compte tenu du nombre d’ordres en attente ; grosse résistance à 10 cents (nombre de titres et d’ordres de vente à gauche), mais rien n’est fiable sur ce carnet (flèche numéro 3) ! Depuis début 2007, elle oscille entre 7 et 10 cents ; un regroupement d’actions se fera peut être dessus, sur le modèle de Scor ou Alstom, pour la rendre moins volatile et la faire sortir de son statut de penny stock ; en effet, beaucoup d’investisseurs hésitent à se placer avec un tel niveau de volatilité, c’est une valeur qui fait peur, un peu comme Eurotunnel !

 

Carnet d’ordres Euro Disney le 13 mars 2007 à 13 :51 :49

 

 

Carnet d’ordres d’une penny stock spéculative dangereuse à trader

 

Carnet d’ordres Infogrames le 13 février 2006 à 17 :18 :10

Voilà une valeur très spéculative dont je me méfie, car on ne sait vraiment pas où elle va ; un gros spread de 3.84% (flèche numéro 1) pour un cent à l’intérieur de la fourchette aux deux meilleures limites (flèche numéro 2a/b,) qu’il faut payer tout de suite en se positionnant sur le titre comme frais d’entrée supplémentaire ; dès qu’on prend position, on prend le spread et on le paye cash en cas sortie à l’intérieur même de la fourchette, c’est à dire même si la valeur ne sort pas de son spread ; un carnet difficile à lire ; en fait, je n’y arrive pas car c’est trop confus : de gros volumes aux dernières transactions (flèche numéro 3), ça ne part pas dans un sens ou un autre ; la penny c’est bien quand ça part fort sur des cassures et des volumes, sinon je ne les joue pas car c’est toujours un peu dangereux : les mouvements sont erratiques et chaotiques, sans logique perceptible ; comme je ne vois rien, je ne joue pas ; sur la majorité des carnets je ne vois rien, seule une minorité est lisible et utilisable dans mon trading.

 

 

Carnet d’ordres insuffisamment liquide

Les valeurs du compartiment C sont trop peu liquides (risque d’illiquidité) et sont dangereuses : si on est pas le premier à prendre sa plus-value ou à couper sa position, on risque de solder dans de mauvaises conditions beaucoup plus bas ; de plus, on ne peut pas shorter, en tant que particulier du moins !

Cependant, en raison de la baisse de volatilité sur les autres compartiments, j’ai fait un plus de comptant en 2006/2007 tout en restant prudent : en prenant les mouvements très tôt, ou alors je m’abstenais d’entrer ; en coupant très tôt les positions dès que j’étais en plus-value latente et surtout, en vendant ma position au moindre doute de retournement !

Voilà une valeur au comptant intradable, SAIRP Composites, il ne se passe vraiment rien au carnet : si personne ou presque ne s’intéresse à une valeur il n’y a pas d’argent à gagner pour moi ! Une seule transaction et juste un titre (flèche numéro 1) ? Un cas extrême d’illiquidité : ça ne bouge pas, RAS ; de plus, les trous de cotation rendent cette valeur dangereuse ; c’est suicidaire de rentrer dans un carnet comme celui-là ; c’est vraiment un titre mort et mortel comme le Comptant en possède parfois ; c’est une cotation fixing deux fois par jour (10h30 et 16h00), donc pas une cotation en continue ; ici, seul le fixing de 10h30 a donné lieu à une transaction pour un seul titre comme on voit sur le graphe et à la dernière transaction (flèche numéro 2) ; cependant, le carnet est assez convenablement rempli (flèche numéro 3) pour une petite valeur du Comptant.

 

Carnet d’ordres SAIRP Composites le 13 février 2007 à 17 :32 :00


Carnet d’ordres à trous de cotation

Sur ce print screen, on a une petite valeur du comprtiment C, cotée cependant en continu, contrairement à la précédente (SAIRP Composites) qui n’a que deux fixings intraday ; il est 11h00 du matin et il n’y a eu aucune transaction : c’est une valeur illiquide sans aucun volume ni volatilité ce jour-là (flèche numéro 1) ! Il n’y a pas beaucoup de titres échangés habituellement non plus, mais là c’est la flatitude totale ! C’est même étonnant à ce niveau de transaction, qu’elle cote encore en continu ? Carnet peu rempli ; à l’achat il n’y a pas de titres postés entre 15 et 35 euros (flèche numéro 2), signe que la valeur n’est pas travaillée et qu’elle peut baisser rapidement par défaut d’acheteurs, même si elle risque d’être suspendue à la baisse par une réservation prudentielle ; ce n’est tout de même pas très rassurant tout ça, alors qu’on ne peut jouer que la hausse au Comptant ; il y a un spread élevé de 2.26% avec peu de titres entre 37.60 et 38.45 euros (flèche numéro 3) ; à droite, du côté des vendeurs, le carnet est un peu mieux rempli cependant ; ce carnet d’ordres ne présente aucun intérêt pour le day trading, il est, de plus, dangereux d’y entrer.

 

Carnet d’ordres Barbara Bui le 15 février 2007 à 11 :07 :00

 

Carnet d’ordres à cotation ponctuelle et limitée

 

Carnet d’ordres Assima le 13 février 2007 à 17 :50 :30

Sur ce print on découvre un carnet sans volumes, peu de titres postés, un unique fixing intraday à 15h30 (15 :30 :03) avec une seule transaction acheteuse de 50 titres exécutée à 6.15 euros (flèche numéro 1) ; à droite, du côté des vendeurs, le carnet est un peu mieux rempli (flèche numéro 2) ; il n’y a plus d’acheteurs en dessous de 5.60 euros (ellipse 3), ce qui veut dire que cette valeur est très dangereuse : si l’on veut vendre sa ligne on risque d’impacter trop fortement le carnet à la baisse en l’écrasant, par défaut de contrepartie acheteuse ; malgré l’amortissement de la résa baisse qui ne manquera pas de se déclencher, cela signifierait qu’il n’y aurait plus d’acheteurs pour assurer la contrepartie ! A un seul fixing par jour en plus, on ne maîtrise plus rien du tout : c’est du trading à l’aveugle, sans aucun garde fou ; je n’ai jamais tradé ce genre de valeurs qui est une sorte de roulette russe !

Vincent Baron

Extrait de l'ouvrage :

 

http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/vincent-baron-temoignage-d-un-trader-9782915401219

Poster un commentaire