Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


promospeciale

Utiliser le principe de corrélation conformément à ce que vous êtes!

Audience de l'article : 854 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Souvent les traders débutants sur le Forex considèrent chacune de paires indépendamment les unes des autres. Et ceci est une grave erreur, particulièrement en scalping.

Donc qu’en est il du principe de la corrélation des paires de devises et de leur impact sur vos décisions de traders ?

Les paires ont des liens entre elles ; lorsque vous travaillez sur l’eurusd, vous pouvez comprendre aisément qu’elle a lien avec l’usdchf , par exemple. Et ceci est logique, ce qui va toucher l’Euro, va aussi probablement toucher le Franc Suisse ou la livre sterlling, de part les relations étroites qui existent entre les pays et le monnaies.

Leur évolution est donc intimement liée.

Ci dessous, voici un exemple de tableau de correlation, à prendre uniquement de manière indicative car les indices de corrélation des marchés sont en constante évolution.



Lorsqu’on lit, par exemple ici une corrélation de 90,5 % entre l’eurogbp et audusd , il ne faut pas le prendre comme une vérité éternelle, car ces indices évoluent à chaque instant : les paires se coréllent et se decoréllent sans cesse.

Toutefois, si vous observez ce type de tableau plusieurs jours de suite, vous constaterez que certaines sont plus liées que d’autres et qu’il existe des fortes probabilités pour qu’elles évoluent ensembles ou dans des sens totalement opposés.

Concrètement, qu’est ce que cela implique pour votre trading ?

Comment pouvez vous utiliser le principe de corrélation :

  • Guetter à bon escient :
Si vous faites du scalping, comme moi, vous passer un temps important devant vos graphiques. En effet, le scalping demande d’être présent, à l’instant même où le marché vous donne une configuration propice à votre stratégie. Vous guettez donc les points d’entrée, vous courrez , vous chipper quelques pip et vous ressortez aussi vite que vous êtes venus.

Connaître donc le principe de corrélation vous permet de sélectionner les meilleurs marchés à l’instant T .

Ce matin par exemple (02/04) ; l’eurusd et l’usdchf étaient très inversement correlés (95 % si je e souviens bien) les marchés évoluaient donc dans des sens opposés. Comme je travaille sur un graph 1 minute, sur du suivi de micro-tendances, j’ai privilégié ces 2 marchés dans mon observation et rentre en long et en short aux vues des informations que me donnaient les 2 marchés inversement corrélés.

Autre cas, si je vois un range sur un marché, je ne pers pas mon temps et mon énergie à observer d’autre paires correllées à celle ci car tout est à parier qu’elles seront elles aussi dans des ranges meurtriers pour ma stratégie.

Connaître et utiliser le principe de corrélation permet donc d’être au bon endroit, au bon moment, cela vaut son pesant d’or !

  • Repartir le risque :
En utilisant la corrélation des paires, vous avez aussi la possibilité de repartir votre risque :

Exemple : votre gestion vous permet d’utiliser un levier 4 , au lieu d’utiliser la totalité de ce levier sur une paire, vous divisez votre exposition, et la repartissez sur différents instruments. Il est fort probable que l’ensemble des trades pris alors soient gagnants ou perdants ensembles, mais pas forcement car les paires se décorellent souvent pendant un temps assez court, ce qui permet de diluer un peu son risque.

A l’extrême, la corrélation des paires peut être utilisée avec une forme de hedging : je ne pratique pas cette stratégie personnellement, car elle ne convient pas à ma psychologie, mais c’est une approche viable pour qui y retrouve ses forces et ses faiblesses mentales.

Vous avez des paires corrélées (elles évoluent parallèlement et dans le même sens) ; vous prenez 2 trades dans des sens opposés ; tant que les paires sont corrélées, vous êtes hedgés et vous êtes proche de l’équilibre ; dés que le delta entre les 2 trades est positif (à combien ? La question reste ouverte) ,  vous clôturez. Attention toutefois à avoir une bonne politique de risque car lorsque les paires se decorellent à votre désavantage, cela peut vite coûter très cher.

Idem pour des paires inversement correllées, vous rentrez dans le même sens sur les 2 paires et vous veillez à l’état de correlation entre les 2 marchés.

Cette approche pourrait par exemple convenir à une personne qui a du mal à gérer son impatience mais qui garde la tête froide lors de situations compliquées :

L’avantage de cette approche est qu’elle demande très certainement moins de patience ; l’inconvénient est qu’elle demande d’avoir des nerfs bien accrochés.

  • Votre échelle de temps :
Avec la corrélation, vous pouvez travailler les extrêmes et ce pour une raison très simple : ignorant la longueur de la corrélation, au fur à mesure que le temps passe, le scénario se renforce ou s’invalide, mais le postulat de base évolue, sans que vous puissiez le contrôler. Prendre position en utilisant le principe de la corrélation demande donc soit des positions courtes si vous voulez utiliser du levier (attention toutefois à ce qu’il reste faible) ; soit des positions très longues, avec une exposition très faible afin de pouvoir attendre une recorellation suite à une decorrelation.

Les 2 approches non donc rien à voir, et votre exposition , votre politique de risque doivent être construites en conséquences.

  • Avoir un système qui utilise vos forces :
Personnellement, je n’utilise le principe de correlation que pour « guetter dans la bonne direction », toutefois, selon votre rapport au risque et au temps, ce principe peut être utilisé de bien d’autres manières, l’important finalement étant d’avoir un système de travail qui correspond parfaitement à vos forces et à vos faiblesses !
Poster un commentaire