Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


promospeciale

Trader en panne? Sortez de votre zone de confort!

Audience de l'article : 1824 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Les marchés, comme la vie et comme l’avenir sont incertains. C’est un fait peut être déroutant, insécurisant, angoissant; mais qu’y pouvons-nous? Tout autour de nous n’est qu’incertitude et accepter cette réalité pour ce qu’elle est, sans jugement ni affect particulier est très important et trading, mais aussi dans la vie en général.

Vouloir des certitudes est légitime, la peur de l’inconnu fait partit des hommes depuis qu’ils ont une conscience et je ne suis absolument pas en train de blâmer ceux qui recherchent la sécurité des certitudes. Je voudrai juste vous expliquer que cette quête est vaine et dangereuse en trading.

Les certitudes sur l’extérieur ou sur l’avenir vous assoient dans un fauteuil douillet et confortable au milieu de serpents! Elles vous empêchent de voir la réalité et déforment les informations que le monde ou les marchés vous envoient. Plus vous avez de certitudes, plus vous aurez tendance à faire coller les informations reçues à vos croyances, sans objectivité, sans relativité, ni nuance. Notre esprit nous fait croire ce qui l’arrange et vos certitudes conditionnent vos choix et limitent votre capacité d’action.

Si vous êtes bloqués dans votre trading, que ce soit dans l’élaboration de votre système ou que vous fassiez des pertes avec un bon système; changez tout. Repartez à 0, peu importe le temps que cela prendra pour créer un nouveau système. Que préférez-vous, arrêtez de spéculer, ou continuer à perdre de l’argent et de l’estime de vous-même? Vus comme ça, la réponse semble sans appel, mais c’est sans compter l’espoir, qui lui aussi est de l’ordre des certitudes, l’espoir qu’enfin vous fassiez des gains. L’espoir qui chaque jour vous enfonce un peu plus la tête sous l’eau.

Les marchés ne sont ni justes, ni injustes, ils sont, c’est tout! Ils paient ceux qui font les bons choix avec l’argent de ceux qui font les mauvais. C’est cruel, c’est abrupte, je le sais, c’est la réalité. Les marchés n’ont ni ambition, ni âme, ni destin. Ils existent ici et maintenant et montrent certaines configurations, certaines tendances, certaines probabilités, rien de plus.

Donc, pourquoi sortir de votre zone de confort si vous êtes en panne? C’est très simple, car si vous allez là où ne connaissez rien, vous aurez un regard neuf, dénué de certitudes et de pronostic. Etablissez un nouveau système simple, quelques moyennes mobiles, et peu d’indicateurs pour vous montrer les résistances et les supports. Etablissez des règles de gestion de position  en accord avec vous même; et mettez-vous bien en tête que vous pouvez perdre ou gagner sur chaque position. Rien ne sera jamais certain, ici abandonnez tout espoir (comme devant la porte des enfers!) , mais construisez, jour après jour, à force de travail et de remise en question votre réussite à venir.

Les marchés paient les besogneux, et les pragmatiques, pas les croyants ou les éternels optimistes. Alors, laissez tomber vos opinions et cantonnez vous à créer un système qui vous donne des points d’entrée, un bonne gestion du risque et appliquez ce cadre construit dans l’incertitude générale.

Quand je pars en voyage, je peux choisir à quelle heure je pars, pas à quelle heure j’arrive.

Des réactions?
Poster un commentaire