Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Régularité en trading et instinct grégaire

Audience de l'article : 953 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
L’instinct grégaire est le rapport qui unit l’individu au groupe. Afin qu’un groupe subsiste et pour limiter les luttes de pouvoir perpétuelles, il a besoin de dominants, ce sont des protecteurs ; de soumis qui recherchent la protection et qui font fonctionner le groupe, d’axiaux qui ont une grande confiance dans le groupe et qui sont utiles à la cohésion générale et de marginaux qui restent en marge du groupe, ils sont attentifs aux dangers potentiels. Enfin, on trouve quelques rares assertifs ; ils sont totalement en dehors du rapport de force, autonomes, ils n’attribuent aucune confiance ni méfiance à priori, leur instinct grégaire est comme en sommeil.

L’individu se positionne instinctivement sur ces 2 axes distincts :

La confiance en soi : Dominant – assertif- soumis

La confiance dans l’environnement : Méfiant- assertif – axial

 

Confiance en soi :

À l’âge adulte, cet instinct est fixe et relatif. Fixe, car l’empreinte cérébrale est définitive à partir d’une vingtaine d’année, et relative, car le niveau de droits est toujours en relation avec un autre : « je suis soumis par rapport X et dominant par rapport à Y. »

En trading, le dominant ultime, c’est le marché, il a tous les droits et le niveau de confiance en soi jouera un rôle majeur dans la politique de gestion.

Vous êtes face à une alternative :

  • Privilégier un bon pourcentage de trades gagnants et un risk-reward agressif
  • Privilégier un risk-reward sécuritaire et avoir un faible pourcentage de trades gagnants
Ce n’est pas vous qui choisissez ce pour quoi vous êtes faits, mais votre instinct grégaire.

 

Dominance :

Un individu dominant aura beaucoup de droits et peu de devoirs. Il saura prendre des risques, il sera plus pugnace et rebondira plus facilement après un échec. Pourtant, il va aussi avoir de gros points faibles: refus de se tromper, prise de risques irrationnelle pour les principaux.

Quand il va rentrer en stress, souvent, le dominant aura un réflexe de lutte, ce qui va accroitre ces points faibles.

Dans son rapport à la perte, le dominant est dans le refus, il faut donc que ces pertes soient rares mais elles peuvent être importantes, car il a la capacité de vivre avec violence. Ce qui ronge le dominant, ce sont les petites pertes répétitives, il devra avoir souvent raison pour acquérir une certaine discipline.

Dans ces choix de gestion, un dominant devra privilégier un bon pourcentage de trade gagnants et un risk-reward agressif.

 

Soumission :

À l’opposé, celui qui a beaucoup de devoirs, un soumis aura plus de difficultés à trouver l’impulsion pour aller au combat. Plus précautionneux, il aura besoin de se rassurer avec l’acquisition de fortes compétences. Il va tenter de trouver un moyen de se protéger des marchés.

Autre aspect délicat avec quelqu’un qui a de la soumission, c’est le droit de gagner, il peut ressentir une sorte de culpabilité face aux gains et alors, il a tendance à se saborder avec des prises de risque brutal.

Le réflexe de stress privilégié est la fuite et après une grosse perte, il entre en inhibition et ne trouve pas l’énergie pour retourner sur les marchés.

Un  trader dans la soumission devra donc privilégier un bon risk reward, quitte à faire beaucoup de petites pertes.

Confiance dans l’environnement :

La confiance dans l’environnement est elle aussi fixe à l’âge adulte. On a les méfiants et les axiaux. C’est le rapport que l’on entretien instinctivement avec le monde : il peut être perçus comme bienveillant, ou, à l’opposé, hostile.

Le niveau de confiance dans l’environnement est très important en trading, car il va conditionner votre vision du marché et la place que vous allez y prendre.

C’est ce niveau qui va définir la vision d’entrée du trader :

  • Les contrarien qui vont opérer les corrections de marché et les retracements
  • Les suiveurs de tendance
Méfiance :

Une personne dans la méfiance à peu de sentiment d’appartenance, le groupe est perçu comme une masse limite inquiétante. C’est une personne observatrice et souvent en retrait.

Ces capacités d’observation sont un gros point fort et il acquiert vite de la compétence. Par contre, comme tout excès, trop d’observation peut vite devenir préjudiciable, car c’est un frein à l’action et il peut devenir très réactif dans la gestion de ses positions.

Un trader dans la méfiance est prédestiné aux approches contrariennes.

Axialité :

Une personne dans l’axialité voit le monde comme une infinité d’opportunités. Pour lui, la vie est une fête. Il aime que les choses soient simples et qu’elles aillent de soi. Une personne dans l’axialité a peu le sens du travail, elle est dans le plaisir ce qui est un frein à l’acquisition de compétences.

D’un autre côté, un trader axial est peu réactif à la perte qu’il considère comme un détail.

Pour toutes ces raisons, Le trader axial devra travailler en suivi de tendance.

Vision de soi faussée :

Ce qui est vicieux avec l’IG, c’est que nous avons généralement tendance à mal nous positionner, car il est peu conscient : c’est difficile de savoir ce que nous sommes réellement.

De plus, l’instinct pousse dans la mauvaise direction :

Le besoin d’avoir raison du dominant le pousse à choisir un bon risk-reward alors qu’il a besoin d’un bon pourcentage de trades gagnants.

Le besoin de sécurité du soumis l’oriente vers un fort pourcentage de trades gagnants alors qu’il ne sait pas gérer un risk-reward agressif

Le méfiant s’orientera à tors vers du suivi de tendance, pensant maximiser ses chances et l’axial peinera à acquérir la compétence nécessaire au suiveur de tendance.

 

Résumé :

Donc pour résumer, on peut dire que :

Le dominant doit privilégier le pourcentage de trades gagnants au détriment du risk reward

Le soumis doit privilégier le risk reward au détriment du pourcentage de trades gagnants

L’axial doit opérer en suivi de tendance et généralement en swing ou long terme

Le méfiant doit opérer en contrarian et généralement en court terme

 

Les interactions :

Nous nous positionnons sur les 2 axes de confiance ; nous pouvons donc être :

Dominant-méfiant : Besoin d’un fort pourcentage de trades gagnants sur des approches contrariennes

Dominant- axial : Besoin d’un fort pourcentage de trades gagnants sur du suivi de tendance

Soumis-méfiant : Besoin d’un bon risk-reward sur des approches contrariennes

Soumis-axial : Besoin du bon risk-reward sur du suivi de tendance
Poster un commentaire